Loading...

23 place Broglie (Strasbourg)

From Archi-Wiki

23 place Broglie, 30 rue de la Mésange

Image principale
Chargement de la carte...

Date de démolition 1870
Structure Immeuble

Date de construction 1872 à 1874
Architecte Edouard Roederer

Date de démolition 25/9/1944

Date de rénovation 1948
Consultez les 2 actualités de l'adresse


1870

Date 1870

L'immeuble situé à cet emplacement a été bombardé pendant la guerre de 1870.

Construction1

Date 1872 à 1874
Architecte Edouard Roederer

Immeuble à l’angle de la rue de la Mésange, de la place Broglie, et de la rue des Etudiants, construit entre 1872 et 1874 par l’architecte Roederer d’après le livre Strassburg und seine Bauten [archive] publié en 1894, P.543.

D’après ce livre, le rez-de-chaussée comportait à l’origine des boutiques, le premier étage les bureaux de la société d’assurances Rhin et Moselle, et les étages supérieurs des logements. A noter que le siège des assurances Rhin et Moselle se trouvait au 5 rue du Maréchal Joffre.

On peut voir l’élévation de la façade vers la place Broglie, le plan du rez-de-chaussée et du premier étage dans le même ouvrage à la page 541. A l’origine le bâtiment comportait deux entrées indépendantes, une vers la rue des Etudiants et une vers la rue de la Mésange, et deux cages d’escalier séparées. Aujourd’hui, seule l’entrée côté rue de la Mésange existe encore. Sur les plans, on peut voir que les espaces de service (locaux du portier, cuisines et les deux escaliers de service) sont placés contre le mur mitoyen, permettant de réserver ainsi les vues vers l’extérieur pour les appartements.

Le livre Strassburg und seine Bauten indique que les façades sont en grès blanc des Vosges et de style Renaissance française. Cette affirmation concernant le style n’est cependant pas très juste, puisque les façades ne comportent pas de fenêtres à meneaux et de hautes toitures, mais font plutôt référence à l’architecture française du XVIIème siècle ou à l’architecture parisienne du XIXème siècle, notamment par l’utilisation d’une toiture mansardée. On peut noter que cette influence parisienne se retrouve sur deux immeubles situés à proximité, le 1 [archive] et le 2 rue du Dôme [archive]. Le 1 rue du Dôme [archive] a d’ailleurs été réalisé à la même période par le même architecte.

Les façades vers la place Broglie et la rue de la Mésange sont munies de balcons à balustrades au premier et au deuxième étage. (Ceux orientés vers la rue de la Mésange, visibles sur une photographie de 1878 [archive], n’existent plus actuellement.) Les balcons du premier étage sont supportés par des consoles ornées de têtes de lions rugissants. Vers la place Broglie et vers la rue de la Mésange, les fenêtres du 1er étage comportent des mascarons, tandis que celles du deuxième étage ont des cartouches. La corniche à glyphes sous la toiture mansardée est ornée au niveau de chaque lucarne d’un mascaron. (Ceux vers la rue de la Mésange ont également disparus.)

Dans cet immeuble se trouvait la librairie Berger-Levrault qui avait été fondée à Strasbourg en 1676. Elle avait abandonné Strasbourg suite à l'annexion de 1871 pour s'établir à Nancy, pour revenir à cette adresse après 1918, et y rester jusqu'en 1993.2

Démolition

Date 25/9/1944

Le site Maisons de Strasbourg [archive], consulté le 10/07/2016 indique que le bâtiment a été détruit partiellement par le bombardement aérien du 25 septembre 1944.

Rénovation

Date 1948

La reconstruction de l’immeuble s’est faite en 1948 d’après le site Maisons de Strasbourg [archive], consulté le 10/07/2016.

On peut supposer que c’est principalement la partie située vers la rue de la Mésange qui a été touchée par le bombardement, puisque certains ornements et les balcons visibles de ce côté sur les photographies anciennes ont disparu ou ont été simplifiés. On peut également remarquer que sur le pan coupé entre la rue de la Mésange et la place Broglie, les emplacements où l'on s'attendrait à voir des éléments décoratifs sont grossièrement taillés, alors que sur l’autre pan coupé, les décors sont bien présents, ce qui permet de supposer que cette partie de l’immeuble a été épargnée, et qu’il a dû être principalement reconstruit du côté de la rue de la Mésange et de l’angle avec la place Broglie.

La façade vers la rue des Etudiants est également plus simple, mais cela peut s’expliquer par l’étroitesse de la rue qui n’aurait pas permis d’admirer des détails de sculpture sur la façade, et le fait que les plans d’origine ne prévoyaient pas de balcons de ce côté-ci tend à étayer cette hypothèse. Cette façade n’a donc pas forcément été reconstruite et à peut-être même servi de modèle à la simplification opérée du côté de la rue de la Mésange.

Autres vues sur cette adresse

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.