Loading...

20 rue de Bouxwiller (Strasbourg)

From Archi-Wiki

20 rue de Bouxwiller

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1883
Structure Immeuble
Courant architectural néoclassique

Date de extension 1912
Architecte Auguste Muller
Auguste Mossler
Agence d'architecture Müller & Mossler
Consultez les 1 actualités de l'adresse


Construction1

Date 1883


Bel immeuble d'angle, construit en 1883 pour Carl Leser, propriétaire d’un négoce de matériaux de constructions et de fourneaux ( Leser,C & Co., Baumaterialen u. Ofenhdlg.).

Ce renseignement, puisé dans les annuaires en ligne de Strasbourg permet de confirmer la date de construction : en 1882, cette entreprise se situait en effet encore au n° 7, place des Etudiants (Studentengasse 7), avec des logements situés au n° 8, place Broglie (Broglie pl. 8), alors qu’en 1884, la localisation de l’entreprise se trouve bien au n° 1, rue de Wissembourg (Weissenburgerstr. 1), ce qui est la toute première adresse de l’immeuble situé aujourd’hui au 20 boulevard de Bouxwiller.

On trouve bien aux Archives de la Ville un dossier concernant le n° 1, rue de Wissembourg, mais il contient deux maigres feuillets ne comprenant que le nom du propriétaire (Leser), et une date qui attestent de l'installation du gaz dan l'immeuble (4.7.1883)... On ne trouve donc aucun dessin, ni plan, ni renseignement concernant l’architecte, etc…dans ce dossier, qui a cependant le mérite de confirmer les informations extraites de l’annuaire.

Transformation et extension pour un nouveau propriétaire2

Date 1912
Architecte Auguste Muller
Auguste Mossler
Agence d'architecture Müller & Mossler


En 1912, a lieu une importante transformation et extension, dont la partie la plus visible est l’entrée munie de colonnes comportant un beau portail surmonté d’un décor remarquable qui symbolise l’activité commerciale caractérisant les lieux à cette époque.

Cette transformation leur donne globalement l’aspect qu’ils présentent encore aujourd’hui :

Le rez-de-chaussée possède un ensemble en pierre à refends. Le premier étage possède des fenêtres surmontées de corniche tandis que le deuxième étage alterne corniche et fronton triangulaire. Au troisième et dernier étage on trouve des fenêtres légèrement cintrées.

La corniche sous toiture est décorée de modillons.

L'angle, sur une travée, possède deux chaînages d'angle à refends avec les façades donnant sur la rue de Bouxwiller et la rue de Wissembourg.

Sur l'imposte au dessus de l'entrée on trouve un cartouche avec les symboles du dieu Hermès (dieu de la paix, de l'éloquence et du commerce).

L'ensemble est de style néo-classique.

La transformation à usage privé et commercial (Wohn u. Geschäftshause) était conçue par les architectes Müller et Mossler pour l’entreprise «  Magnette u. Beeh », située jusque là boulevard du Président Wilson (Kronenburgerring ).

Les gérants de ce commerce étaient Jean Magnette et Charles Beeh et leurs produits étaient à cette date des produits coloniaux et des fruits des pays du sud (Kolonialwaren und Südfrüchte en gros, Buchsweiler Str. 6, Ecke Weissenburg. Str. 1).

La transformation a peut-être été réalisée par l’entreprise de constructions de Charles Urban. Un courrier de cette entreprise daté du 17 octobre 1913 semble du moins l’attester.

A moins qu’il ne s’agisse à cette occasion de l’importante extension constituée par la construction de l’immeuble industriel situé à côté , au n° 20 a, rue de Bouxwiller, et qui forme l’angle avec la rue des Magasins ? Il est précisé qu’après la construction a lieu l’installation de machines.


Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

22 months ago
Score 0
Je vais être obligé de chambouler un peu la fiche actuelle, car il s'avère que près de 30 années séparent la construction du bâtiment d'angle central (construit vers 1883) de l'extension avec portail et symboles du commerce (construit vers 1912 pour les Etablissements Magnette und Beeh). Bravo aux "Anciens" qui raccordaient les bâtiments les uns aux autres sans en avoir l'air...Mais je sens que la rédaction va être difficile, d'autant que la source de 1883 se limite à deux feuillets quasi-mutiques... Mieux vaut prévenir pour ne pas décevoir ensuite...