Loading...

20 Rue Aufschlager (Strasbourg)

From Archi-Wiki

20 Rue Aufschlager (Strasbourg)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1935 à 1936
Architecte René Kraess
Entrepreneur Emile Jockers
Structure Maison
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse

Construction1

Date 1935 à 1936
Architecte René Kraess
Entrepreneur Emile Jockers

Maison conçue pour une famille, construite au milieu des années 30, et dont le charme consiste dans la synthèse entre les éléments classiques et modernes.

Parmi les premiers, on mentionnera en particulier les arcs en plein cintre munis d’une clef des fenêtres et de l’entrée, au niveau du rez-de-chaussée.

Parmi les seconds, on mentionnera le balcon de l’étage avec ses ouvertures rectangulaires munies de petits garde-corps en fer forgé.

Un bandeau de pierre, enfin, mais qui se limite à la façade sur rue, divise les deux niveaux, apportant une certaine rigueur à ce caractère composite.

Le maître d’œuvre est l’architecte-ingénieur diplômé René Kraess, situé au n°120, route des Romains, à Strasbourg Koenigshoffen2.

Le maître d’ouvrage est un employé, domicilié jusque là rue du Lazaret, à Strasbourg Neudorf.

L’entreprise de construction est celle d’Emile Jockers, situé au n° 25, rue des Chargeurs, à Strasbourg Koenigshoffen.

L’autorisation de construire est accordée le 25 mai 1935. Il est précisé dans le dossier que le permis d’occupation est à délivrer à la date du 12 juin 1936.

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 643W183
  2. D’après les annuaires d’adresses de Strasbourg de 1935 et 1936, l’immeuble situé 120, route des Romains était bien à cette date la propriété de membres de la famille Kraess (Georges Kraess, employé, et Robert Kraess, entrepreneur de transport ), mais l’architecte René Kraess n’y apparaît pas. Il faut donc conclure que cette adresse ne constituait ni son domicile personnel, ni son bureau

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.