Loading...

1 rue Sainte Catherine (Strasbourg)

From Archi-Wiki

1 rue Sainte Catherine (Strasbourg)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction environ 1780
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date environ 1780

Cet immeuble situé à l’angle de la rue de Zurich, à la Krutenau, a déjà une longue histoire, qui sera à peine esquissée ici.

« Maison du XVIIIe à bandeaux », écrit à son propos, le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 146. Sa date de construction est en réalité difficile à cerner. Est-elle contemporaine de la construction du n° 3 contigu, qui date de 1780, d’après le site « Maisons de Strasbourg [archive] » ? Comme il est impossible de l’affirmer, on proposera cette date à titre indicatif.

Quand s’ouvre le dossier de l'immeuble, à la Police du Bâtiment, en 1887, on trouve une demande d’autorisation de l’entrepreneur Frédéric Haussmann datée du 11 juillet 1887, pour ravaler l’immeuble à l’angle de la rue de Zurich. Mais l’entrepreneur évoque ce dernier immeuble comme s’il faisait partie du n° 3, et que l’ensemble serait la propriété des héritiers de Mr. Ditsch.

En 1912, la propriétaire de l'immeuble, la veuve Heitz fait appel à l’architecte Siegfried Simmonds et à l’entrepreneur Anton Finck pour transformer le rez-de-chaussée. L’autorisation date du 5.3.1912 et les travaux sont exécutés au 3.9.1912.

Et en 1927, on assiste à la transformation d’une fenêtre existante en porte (celle de gauche), par le propriétaire. Le maître d’œuvre est cette fois l’entreprise de construction Guri [archive] et Meyer. Le but de ces travaux est de transformer les logements d’habitation du rez-de-chaussée en atelier ou magasin.

La Ville hésite à donner son autorisation. Dans un premier temps, elle la refuse même, mais dans un deuxième temps elle accepte, reconnaissant que l’humidité présumée des lieux est de toute façon plus malsaine encore pour une habitation que pour un atelier. L’autorisation est donc finalement accordée le 25.2.1927. On notera que la clef d'arcade comporte le dessin d’une ancre, emblème des bateliers, ainsi que les initiales H.B.ou H.D.. Peut-être s'agit-il d'une réutilisation ?

L’immeuble présente alors presque sa physionomie actuelle. La suite des événements est ensuite surtout marquée par la succession de l’occupation des locaux au rez-de-chaussée : en 1929, on y trouve un « Tailleur pour hommes sur mesure, et réparations ». En 1967, on y trouve un magasin « Brocante Curiosités ». Par la suite, on y trouve la librairie ou une annexe de la librairie « L’image et le Livre », puis un magasin d’ « Antiquités », et finalement l’antenne d’un centre d’accueil et / ou de soins . On notera pour finir qu’aujourd’hui est prévu un réinvestissement locatif de l’immeuble, dont on trouvera les précisions dans l’événement idoine.

Information

Date 2016

Grâce à un conventionnement social, une association hébergera très prochainement dans cet immeuble cinq familles avec un ou deux enfants.

Un article de Marie Druart au titre évocateur (« Réinvestir plutôt que construire ») et paru dans le Strasbourg-Magazine de juin-juillet-août 2016, page 16, évoque en effet un dispositif d’accompagnement humain, technique, administratif et financier, créé avec l’appui de nombreuses structures.

Celui-ci a pour objectif de jouer le rôle de facilitateur, en aidant les propriétaires qui hésitent pour toutes sortes de raisons à louer leur bien.

Cette initiative a donc été prise dans le cas de cet immeuble, qui devrait pouvoir accueillir bientôt cinq familles. On trouvera le détail de ce projet dans l’article ci-dessous.

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

44 months ago
Score 0

Un grand merci pour cette remarque, et je viens de procéder aux corrections !

Le pire, c'est que j'avais fait la bonne lecture aux Archives, mais que chez moi, déconnecté du dossier, j'ai mal interprété et je me suis créé une énigme évidemment insoluble !

Un grand merci. C'est la preuve que le site est vraiment "collaboratif" !

S R.

44 months ago
Score 0

Les plans de 1912 n’indiquent pas de projet de création d'une porte d'entrée, celle-ci existait sûrement déjà avant. Je suppose que vous avez pris les deux façades du rez-de-chaussée pour une seule et même façade avec un état existant et un état projeté, ce qui n’est pas le cas d’après les légendes.

Une erreur de date (1902 au lieu de 1912) semble également s’être glissée dans le texte.