Loading...

1 rue Saint-Gothard (Strasbourg)

From Archi-Wiki

4 rue du Jeu de Paume, 1 et 3 rue Saint-Gothard

Image principale







Chargement de la carte...

Date de construction environ 1700
Structure Maison

Date de démolition 1952 à 1954

Date de construction 1954 à 1956
Architecte Albert Strohmenger
Marcel Strohmenger
Structure Immeuble

Date de transformation 1986 à 1987
Architecte Said Kayali
P. Vincent
Structure Restaurant
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date environ 1700

Maison avec une porte cochère dont l'arc est en anse de panier, et un toit à la Mansart au deuxième étage, probablement construite vers le début du XVIIIe siècle.

Historique1

D'après un plan de 1860, la maison 4 rue du Jeu de Paume semblait déjà exister.

Le dossier d'archives de la Police du bâtiment couvre la période 1876-1952.

Dans les années 1880, Carl Joseph Braunagel, maître serrurier, occupait à cette adresse un atelier de construction et de serrurerie artistique2. Carl Joseph Braunagel est le père de l'artiste Paul Braunagel.

En 1911, la maison est occupée par un marchand de bois et de charbon qui fait installer une scie dans un atelier.

En 1914, la propriétaire, Mme Bricka fait modifier une fenêtre dans une chambre par l'entrepreneur Albert Metzger, demeurant au n°17 de la même rue.

En 1924, une autorisation est demandée pour ouvrir un débit de boisson au comptoir de l'épicerie.

En 1950, Mme Bricka habite toujours à cette adresse mais la maison est dans un état de délabrement avancé avec risque d'écroulement.

1952 à 1954 : Démolitions des maisons1,3

Aspect vers 1930

Date environ 1930


Aspect en 1942

Date 1942


Construction

Date 1954 à 1956
Architecte Albert Strohmenger
Marcel Strohmenger


A la place des maisons a été construit un nouvel immeuble comportant sept étages dont le dernier est en retrait.

La première demande de permis de construire est effectuée le 23 mars 1954 par l'architecte A. Strohmenger. L'architecte agit en qualité de maître d'ouvrage, gérant de la société immobilière "Turin" et de maître d'oeuvre. Le permis est accepté le 22/09/1954 après modification du projet suivant l'alignement légal3.

A l'origine, le projet incluait outre la création de logement dans les étages, l'installation d'une station service au rez-de-chaussée avec de grandes baies vitrées donnant sur la placette.

Au rez-de-chaussée se trouvait en effet à l'origine une station service "Esso".

L'immeuble est achevé en août 19563.


On notera que la demande de permis de construire et les plans comportent le tampon de l'agence Strohmenger, avec les mentions des deux architectes père et fils, A. Strohmenger, architecte et Marcel Strohmenger, architecte DPLG. L'immeuble est donc l'oeuvre de ces deux architectes et à notre connaissance, il s'agit de la première oeuvre du jeune architecte Marcel Strohmenger (29 ans au dépôt du permis).


L'immeuble, bien qu'imposant, est en grande partie masqué par les arbres situés le long de la rue Saint-Gothard. La nouvelle construction comporte trois façades, deux avec balcons filants donnant rue Saint-Gothard et rue du Jeu-de-Paume. La façade centrale, légèrement incurvée, ne possède pas de balcon mais des garde-corps permettant de grandes ouvertures. Cette façade donne sur une agréable placette où se situe au rez-de-chaussée un restaurant avec terrasse.

La façade est éminemment moderne avec sa structure en béton apparente. Ce modernisme est atténué par l'emploi de briques apparentes pour les surfaces opaques. Le premier étage est traité comme un entresol (pas de balcon) de chaque côté de la rue, ce qui permet de faire une transition avec les immeubles plus anciens à proximité.

Le traitement des façades rappelle certains immeubles de la Cité Rotterdam construits à la même période.

Le n° 3 rue Saint-Gothard, bien que plus simple, a été construit en même temps que l'immeuble d'angle et fait partie du même projet3

La façade, sur trois côtés, en angle saillant rappelle l'immeuble construit au 2 Allée de la Robertsau.

Transformation du rez-de-chaussée (restaurant)

Date 1986 à 1987
Architecte Said Kayali
P. Vincent


En mars 1986 une demande pour l'aménagement d'un restaurant est effectuée. Les ouvertures du rez-de-chaussée sont légèrement modifiées. Certaines ouvertures sont fermées et remplacées par de la brique dans l'esprit des étages et du reste de l'immeuble.

L'agence d'architecture chargée de la transformation est Kayali S. et Vincent P., architectes DPLG, 9 rue de Reims 67000 Strasbourg.

Les travaux sont achevés en mai 1987, une attestation de conformité est délivrée en juin 1987.

L'origine de la demande est effectué par le gérant du restaurant grec Poséidon.

Dans le dossier se trouvent plusieurs photographies datées de 1986 (ci-dessous) avant les modifications. Un courrier témoigne également que la station service est fermée depuis quelques années.

Depuis plusieurs années, se trouve au rez-de-chaussée le restaurant libanais Au Cèdre.

Références

  1. a et b Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 737W63
  2. Informations communiquées par Loïck Beck, 2017, ces informations se trouvent sur un papier à en-tête de l'entreprise
  3. a b c et d Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 735W132

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

66 months ago
Score 0
Il ne semble donc pas, d'après tes recherches, Roland, qu'il y ait eu ici un atelier de serrurerie d'art, qui se trouvait donc sans doute plutôt au n° 4 rue des Forges. Mais aujourd'hui, on trouve à cette adresse un bâtiment moderne.

Wilfred HELMLINGER

66 months ago
Score 0
Magnifiques photos. Merci Roland !