Loading...

17 avenue de la Paix (Strasbourg)

From Archi-Wiki

17 avenue de la Paix

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1906 à 1907
Architecte Auguste Muller
Auguste Mossler
Agence d'architecture Müller & Mossler
Structure Maison
Courant architectural néo-XVIIIe siècle
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse

Construction 1

Date 1906 à 1907
Architecte Auguste Muller
Auguste Mossler
Agence d'architecture Müller & Mossler

Description

Maison néo-XVIIIe siècle, construite par les architectes Auguste Muller et Auguste Mossler en 1906-1907, alors que la voie s’appelait encore « Kaiser-Friedrich Strasse »2.

La façade sur rue est symétrique et possède un oriel central sur deux niveaux, dont le sommet est formé d’un fronton curviligne très richement orné, et dont la base est gratifiée d’un cartouche imposant, comportant les initiales J A.

Le dernier niveau présente cinq lucarnes, également réparties selon une parfaite symétrie, sous un toit en ardoise..

Historique

En réalité, le toit n’avait sûrement pas cet aspect à l’origine si l’on se fie au projet conçu par les architectes Muller et Mossler pour le professeur et docteur Ehret, dès la mi-décembre 1905, l’autorisation de construire étant accordée pour ce projet à la date du 15 janvier 1907.

On n’en sait pas plus sur ce commanditaire, car, sans qu’on en sache la raison, il s’est finalement retiré du projet entre les mois de juin et de juillet 1907, cédant la place à un nouveau commanditaire.

Celui-ci, Georg Hommel, est directeur d’une cimenterie (Direktor der Lothringer Portland-Cement-Werke). Et entre-temps les architectes ont déménagé du n° 16, avenue de la Marseillaise (Hohenlohestrasse 16) au 19, avenue des Vosges (Vogesenstrasse 19).

C’est donc lui qui réceptionne la maison lorsque les travaux sont achevés en date du 5 août 1907. On se basera sur ce changement de propriétaire en cours de chantier pour émettre l’hypothèse que le cartouche au-dessus de l’entrée, aujourd’hui pourvu des initiales J A, n’avait sans doute pas été pourvu d’initiales au début.

Dès 1911, le propriétaire Georg Hommel, désire procéder à des transformations dans son immeuble, et en particulier au niveau du toit (Umwandlung des Dachstocks). Il s’adresse pour cela aux architectes qui ont construit la maison et les travaux ayant reçu l’autorisation le 21 décembre 1911 sont terminés à la date du 10 mars 1913.

Quelles ont été exactement ces transformations, il est difficile de le dire. On trouve en effet dans le dossier un projet daté d’octobre 1911 et qui ne correspond pas du tout à l’aspect actuel.

Après la Première Guerre Mondiale

A la fin de la Première Guerre Mondiale, la villa appartient à un nouveau propriétaire, à savoir le banquier Jules Asch3.

L’hypothèse que c’est lui qui a fait apposer ses initiales sur le cartouche de l’entrée ne laisse pas de place à beaucoup de doutes. Dès 1923, il procédera à son tour à des travaux de réfection de sa villa.

C’est à nouveau la toiture qui fait l’objet de travaux, la toiture existante en ciment volcanique étant en mauvais état, il décide de la remplacer par une toiture en ardoises. L’entreprise « Oberthur et Cie », située 7, rue Stoeber, exécute ces travaux.

On apprend également par le dossier que l’immeuble a été endommagé lors du bombardement aérien du 25 septembre 1944, mais il n’est pas question de reconstruction par la suite, les dommages n’ont donc sans doute pas été sévères.

D’ailleurs, vers 1950, se trouvait dans cet immeuble le centre de documentation et la bibliothèque du consulat des Etats-Unis après la guerre4.

En 1968, la Compagnie d’Assurances « La Strasbourgeoise », située au n° 19, sollicite l’architecte Jean-Paul Berst, situé 16, avenue de la Paix, pour l’aménagement de bureaux au 3 e étage.

En 1981, le même architecte a en charge la réhabilitation des logements et bureaux.

Et enfin, en 1993, une demande d’autorisation est émise pour deux enseignes aux lettres E.C.I. (Europe Constructions Investissements).

Aujourd’hui, au vu des lettres CF aux fenêtres du 2e étage, on devine, parmi les occupants de la maison, l’agence immobilière Contades Finances.

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 949W9
  2. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre), 2002, p.167
  3. Annuaire d’adresses de Strasbourg en ligne de l’année 1920
  4. Ce renseignement émane d’un contributeur qui n’a pas donné sa source

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

4 months ago
Score 0
Je signale un tout petit détail, mais que je trouve remarquable : les initiales dans le cartouche (J. A.) ne sont pas celles du commanditaire (qui s'appelait Georg Hommel, qui était un important directeur de cimenterie, et qui était encore propriétaire en 1914), mais celles du banquier Jules Asch, propriétaire en 1920, donc lors du retour de l'Alsace dans le giron français. C'est sans doute un cas rare, sinon unique de remplacement d'initiales, mais il est encore plus probable que le cartouche ait été laissé vide par le premier propriétaire... , et il est presque assuré qu'on ne saura jamais le fin mot de l'histoire...