Loading...

15 rue du Sanglier (Strasbourg)

From Archi-Wiki

15 rue du Sanglier, 25 rue des Hallebardes

Image principale
"2015-05-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction environ 1600
Structure Immeuble

Date de démolition 1944

Date de construction 1950 à 1952
Architecte Claude Misbach

Date de rénovation environ 5/2015
Consultez les 2 actualités de l'adresse


Construction1

Date environ 1600

Ici se trouvait une maison où habitait une personne dont le nom ressemblait à "sanglier" en allemand. C'est ce nom qui, par une erreur de traduction, a donné son nom à la rue.

"D'abord "Hauwartgasse", du nom d'un fonctionnaire épiscopal qui y demeure au 13e s. Le nom propre se corrompt peu à peu en "Hauergasse", ce qui signifie défense de sanglier, et en terme de vénerie, sanglier de cinq ans."2.

Une plaque représentant un sanglier est située sur l'immeuble, mais l'original se trouve à l'Oeuvre Notre Dame.3

Autres données, suite à la consultation du dossier :

- le rez-de-chaussée était occupé en 1928 par la Maison Treger-Fuchs (Grande Maison de Blanc / Fabrique de Lingerie), ce qu'illustre un cliché contenu dans le dossier de l'immeuble. On devinera, juste au-dessus de l'enseigne "Treger-Fuchs", la partie inférieure du bas-relief du sanglier.

- Voici justement quelques renseignements concernant la reconstitution de ce bas-relief, contenus dans le dossier de l'immeuble: on apprend qu'ont été consultés notamment Mrs Haeusser, architecte à l'Oeuvre Notre Dame, ainsi que Mr Schimpf, architecte principal à l'O.N.D.. Etait d'abord pressenti le sculpteur Stentzel, mais celui-ci ayant cessé toute activité officielle, c'est son successeur Mr. Roth, qui l'a réalisé.

- Il avait été décidé par ailleurs que la reconstitution soit réalisée d'après la photographie du bas-relief possédée par Mr. Wittmer (voir ci-dessous, une photocopie de cette photographie), sachant que l'original du pendant du sanglier, c'est à dire le relief de la laie, se trouve conservé dans les collections lapidaires du M.O.N.D. (largeur : 0,72 cm, hauteur : 0, 385 cm). Il était prévu que le travail nécessite environ 173 heures (payées à l'époque 13 F de l'heure, le devis se montait donc à 2249F). Le bas-relief est achevé et posé au 28.1.1971.

Démolition4

Date 1944

Tous les certificats de sinistrés qu'on trouve dans le dossier donnent comme date de destruction le bombardement aérien du 11.8.1944.

Pourtant, il a été affirmé que la maison aurait été démolie lors des bombardements de la seconde guerre mondiale (25/9/1944).5

Construction6

Date 1950 à 1952
Architecte Claude Misbach

La reconstruction de l'immeuble, complètement détruit, est confiée à l'architecte DPLG Claude Misbach (6, rue des Arquebusiers). Le commanditaire est Paul Meyer, propriétaire d'une boucherie-charcuterie fine. Le permis de construire date du 11.10.1950, suivi d'un avenant du 5.12.1950. Les travaux sont achevés à la date du 10.12.1952.

Rénovation en cours

Date environ 5/2015


Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 815W73
  2. Connaître Strasbourg, éd. Alsatia, 1988, p. 108
  3. visite guidée du 11/07/2011 dans le cadre d'une visite thématique "Les noms de rues racontent" [archive] organisée par l'office du tourisme
  4. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 815W73
  5. visite guidée du 11/07/2011 dans le cadre d'une visite thématique "Les noms de rues racontent" [archive] organisée par l'office du tourisme
  6. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 815W73

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Fabien Romary

26 months ago
Score 0
Effectivement pas judicieux. A la rigueur quand le commerce n'existe plus on peut écrire pour le titre 'ancien magasin Treger Fuchs' mais ici ce titre principal pour la fiche ne se justifie pas. C'est corrigé.

Wilfred HELMLINGER

26 months ago
Score 0
Est-il judicieux de donner à une adresse le nom d'un commerce, surtout lorsque celui-ci a disparu de cette adresse depuis très longtemps, et qu'il n'occupait probablement pas par ailleurs toute la surface commerciale disponible ? Ici le magasin Treger-Fuchs était visiblement cantonné à l'angle de la rue du Sanglier (voir photo vers 1928). En effet Ria Gerner, qui vient de décéder à l'âge de 102 ans, avait déjà fêté en 1974 le cinquantenaire du magasin de dorure, d'encadrement et de cadeaux, situé au n° 25 rue des Hallebardes, que son père Camille Gerner, maître doreur avait ouvert en 1924, et qu'elle reprit en 1961, au décès de de ce dernier. Elle ouvrit ensuite un second magasin rue du Dôme en 1992. Les mosaïques décorant le dallage de la rue des Hallebardes ont été réalisées par C. Brandt d'Obernai. C'est aussi à l'initiative de Ria Gerner que furent scellées dans les murs qui bordent la rue 50 véritables hallebardes, illuminées individuellement la nuit. (sources : DNA des 12 et 13 novembre 2013 et NDBA n° 13, page 1164)