Loading...

13 Route du Polygone (Strasbourg)

From Archi-Wiki

13 Route du Polygone

Image principale



Chargement de la carte...

Date de construction 1890 à 1891
Architecte Adolf Koenen
Structure Immeuble

Date de transformation 1932
Architecte Robert Lehmann

Date de démolition 1973

Date de construction 1974 à 1977
Promoteur SAEGIM
Agence d'architecture A3 Architecture
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction de 18901

Date 1890
Architecte Adolf Koenen

M. J. Wagner, pharmacien (Apotheker), domicilié 17 route du Polygone, effectue une demande de permis de construire en date du 15 juin 1890 pour l'édification d'un immeuble de trois étages. Le permis est accordé le 7 juillet 1890.

L'architecte est A. Koenen, auteur d'autres constructions plus tardives à Neudorf.

En octobre 1890 un nouveau permis est accordé pour la construction d'une dépendance dans la cour (Hintergebäude).

En décembre 1890, le même architecte signera les plans pour l'édification d'un portail et d'une grille autour de sa propriété.

Le pharmacien installera son officine au rez-de-chaussée de la nouvelle construction et occupera vraisemblablement l'un des logements dans les étages2.

On notera sur les plans la présence d'un meuble d'apothicaire, en effet ce type de meuble était intégré dans le bâti, pas prévu pour être déplacé comme un meuble traditionnel.

On remarque que sur le plan de situation, la parcelle de l'immeuble se trouve encadrée par un vaste jardin dénommé Garten des Immig (jardin d'Immig), témoignant de la faible densité des constructions dans le secteur à la fin du XIXe siècle.

La toiture de l'immeuble sur rue était à l'origine à la Mansart, sobre, avec des terrassons presque plats. Le plan, très symétrique, affirme le style néoclassique de l'ensemble.

Sur le plan on observe des grilles ou balustrades que l'on ne retrouve pas sur les photos anciennes, il est probable que la façade ait été modifiée. Le plan montrait également deux grandes portes placées de façon symétrique. L'une d'elle menait à la pharmacie (Apotheke), l'autre aux salles de préparations et de stockage des produits pharmacologiques (laboratoire et à différents magasins et pièces de travail).

L'accès aux logements se faisait par l'arrière de l'édifice. Chaque étage comportait des logements 5 pièces de dimension inégale. On notera que les logements ne disposaient pas de salle de bains. Les toilettes étaient sur le palier.

La dépendance assez vaste, sur deux niveaux, possédait une structure à colombage (comme le bâtiment principal) avec une coursive à l'étage.

Modification de toiture en 19321

Date 1932
Architecte Robert Lehmann

Le 26 juillet 1932 une demande de permis de construire est demandé par M. L. Quirin, domicilié 13 route du Polygone pour l'agrandissement de la toiture de l'immeuble. Le permis est accepté le 25 août 1932.

L'architecte est Robert Lehmann.

L'immeuble fut vraisemblablement occupé, jusqu'à sa démolition par une pharmacie au rez-de-chaussée. La dernière dénomination était « Pharmacie du Samaritain ». De nos jours (2021) on trouve encore une pharmacie portant ce nom à Neudorf, 60 route du Polygone, dans un immeuble des années 1970, peut être le déménagement a t-il eu lieu lors de la démolition de l'immeuble.

Démolition1

Date 1973


Dès 1958 le propriétaire M. Pierre Feder, pharmacien, effectue une demande d'autorisation pour démolir son immeuble. Le préfet lui accorde cette possibilité dans un courrier du 7 juillet 1958 sous réserve de déposer un permis conforme à la législation avec le nouveau projet.

Finalement le propriétaire ne donnera pas suite à son projet de démolition, au contraire, il demandera dès 1959 une autorisation pour construire une nouvelle dépendance dans la cour (deux garages, une buanderie et un séchoir, l'ancienne dépendance de 1890 ayant été démolie précédemment.

En 1970, la Ville demande au propriétaire de ravaler sa façade en raison de son état dégradé. Celui-ci demande un délai supplémentaire en raison de son projet de valoriser les logements. La Ville lui accorde le délai tout en lui faisant savoir lors de différents échanges de courriers que des projets urbains importants existent dans le secteur (c'est l'époque on l'on parle de la rocade urbaine place de l'Etoile) et qu'à ce jour la démolition et la construction d'un nouvel immeuble n'est pas possible. Le ravalement de façade pourra donc attendre...

Le propriétaire envisage en 1971 la démolition et différentes propositions. L'une d'elles intégrait le 13 et 15 route du Polygone. Finalement ce projet dessiné par l’architecte Barthelemy ne sera pas retenu (il ressemblait à ce qui a été édifié au 25-27 route du Polygone).

Finalement le propriétaire vendra son immeuble à la société SAEGIM qui déposera un permis de démolir en 1973. Le nouvel immeuble se concentrera sur la seule parcelle correspondant au n°13.

Dans les observations en rapport avec la démolition, la Ville note que « la construction est de médiocre qualité et mal entretenue », les immeubles de la période allemande étaient souvent très mal considérés.

Construction

Date 1974 à 1977
Promoteur SAEGIM
Agence d'architecture A3 Architecture

Le permis de construire a été déposé le 5 juin 1973 par la société SAEGIM représenté par son président M. Ayroles Roger. Le permis est accord le 5/07/19733.

L'architecte est l'agence A3 Architecture.

L'immeuble dénommé « La Porte Dauphine » comporte 24 appartements, dont 4 logements par paliers et des duplex au dernier étage. Des parkings se trouve dans la cour ainsi qu'au sous-sol. Deux commerces se trouve au rez-de-chaussée.

Les travaux commencent en 1974 et sont achevés en 1977. Le certificat de conformité est daté du 13 septembre 19773.

En raison de différences entre la façade réalisée et le permis de construire, la ville demande à ce qu'un avenant au permis de construire soit déposé. Le nouveau permis est déposé le 27/08/1980, il est accordé le 10/10/19804.

Les premiers locataires des commerces sont « Maisons PAL » et l'agence d'intérim Tempor dont les locaux sont toujours présents en 2021.

Descriptif

L'immeuble, en raison de sa physionomie (encorbellement, haute toiture), s'inscrit dans la tendance régionaliste.

Ce style de toit est très souvent utilisé dans les immeubles des années 1980.

Les hautes toitures avec lucarnes rampantes sont censées rappeler les toitures régionalistes des immeubles du vieux Strasbourg, dites "toitures traditionnelles".

Vues prises depuis cette adresse

Références

  1. a b et c Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 233MW1761
  2. Les Annuaires d'adresses n'ont pas été consultés à ce jour
  3. a et b Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 854W241
  4. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 854W242