Loading...

Actualités adresse:Gaz de Strasbourg (Strasbourg)

From Archi-Wiki

1-3-5 rue des Bonnes Gens, 13-14-15 Place des Halles

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1931 à 1933
Architecte Gustave Oberthur
Sculpteur Alfred Marzolff
Structure Immeuble
Courant architectural Art déco

Date de transformation 1997
Architecte Georges Heintz

Date de ravalement 2005

Date de Patrimoine XXème 2015
Retour à la fiche

Histoire du Gaz de Strasbourg

Date 1840

C' est le terme flamand "ghoast" signifiant "esprit" qui est à l' origine du mot gaz.

Toute cette aventure commence dans le quartier du Marais Vert, situé entre les rues du Faubourg de Saverne et du Faubourg de Pierre. Au début de XIXe siècle, ce vaste espace peuplé de vielles masures, vestige des anciennes fermes des maraîchers qui, longtemps, avaient occupé ce lieu fréquemment inondé et dénommé " Grûne Bruch ". Au maisons s' ajoutent des hangars, des écuries militaires, des estaminets et même des fabriques.

En ce 1er janvier 1840, le premiers becs de gaz ont fait leurs apparition. Il marque une petite révolution dont Frédéric Piton dans son Strasbourg Illustré et Pittoresque se fait écho " Vous parcourez la nuit, les places, les rues et les quais de la ville, éclairés par ces belles flammes sans huile et sans mèche, sans suif, et sans salpêtre; sous la tulipe radieuse d' un bec de gaz, vous pouvez bien lire votre journal si l' envie vous prend, et si vous entrez dans une rue où un réverbère ancien style projette encore parcimonieusement sa lumière rougeâtre et enfumée, vous faite fi de cet éclairage du passé ".

A cette date pourtant il reste encore 535 réverbères à huile contre 63 nouveaux au gaz. Seul les grandes places: Cathédrale, Broglie, Gutenberg, Kléber et leurs alentours, profite de cette innovation. Mais la proportion va rapidement s' inverser, puisque, à la veille de la guerre de 1870, l' huile ne représente plus que 1,3 % du budget municipal dévolu à l' éclairage public.

En 1884 marque une nouvelle étape. La construction d' une nouvelle gare libère les terrains occupés par l' ancienne et permet l' extension de l' usine, sur l' emprise passant de 1,3 à 3,4 hectares. Désormais, l' usine va s' inscrire dans un vaste pentagone dessiné par les rues des Bonnes gens, de Bouxwiller, Friesé et de Hausbergen (actuel centre-hall). La rue du travail n' existant pas encore tout ce terrain est occupé par divers installations.

Aux fours de condensateurs, aux épurateurs, aux gazomètres, au service de fabrication de briquettes en poussière de coke pour le chauffage, s' ajoutent, en 1887, une distillerie d' ammoniaque en 1889, un grand gazomètre télescopique, en 1893, les premiers fours à récupération.

Après la première guerre mondiale fut construite une cokerie gazière 35, Avenue du Rhin. En 1932, l' ancienne usine était démolie pour être remplacé par un immeuble pour la société du Gaz de Strasbourg.

Il reste encore quelques immeubles où l' on peut voir une plaque "GAZ in allen étagen" traduit par Gaz à tous les étages.1

2010 Réseau GDS2

Date 2010

En 2010, le bâtiment devient propriété de Réseau GDS.

Références

  1. Strasbourg Magazine n° 80 septembre 1997 (p. 34 et 35
  2. réseau GDS (brochure-dépliant)

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.