Loading...

Actualité:Des bâtiments et des hommes

From Archi-Wiki

27/11/2019


Qui a construit mon immeuble ?

Groupe d'étudiants à l'Ecole d'architecture de Strasbourg, vers 1927. De g. à dr. : René Deuchler, Etienne Mantz, Tim Helmlinger, Eugène Rohmer, Georges Spinner, N.N., Pierre Nicolas Muller (coll. part.)
Qui a construit ces immeubles ?

Cette question d'apparence simple n'a pourtant pas toujours de réponse et celle-ci, quand elle existe, n'est pas si simple à trouver. On peut faire des recherches aux archives de la ville, dans des livres, sur internet, mais on n'est pas assuré d'avoir un résultat et il faudra y passer pas mal de temps.

Soyons honnête, à moins d'avoir fait construire soi-même sa maison, on connaît rarement le maître d'oeuvre ou l'architecte du lieu où l'on habite. Parfois le nom est indiqué sur la façade mais ce n'est pas courant. La plupart du temps, nous habitons un immeuble ou un quartier dont nous ne savons pas grand chose de l'histoire et des hommes qui l'ont imaginé.

Il est finalement plus facile de dater un bâtiment, même sans source, que d'en connaître l'auteur.

Les livres se prêtent davantage à un travail de synthèse qu'à un recensement systématique des bâtiments qui composent une ville. Les raisons sont multiples : support physique, coût, impossibilité d'être à jour et de corriger les erreurs sans attendre la prochaine édition.

Internet, ou tout au moins le support informatique, offre l'opportunité d'un recensement systématique et de donner enfin la possibilité aux habitants et aux usagers de connaître, quand c'est possible, le nom des concepteurs des bâtiments et lieux qui s'élèvent dans nos villes.

S'il est aisé de recenser les bâtiments existants, c'est une autre paire de manche de recenser ceux qui ont disparu ou qui ont été transformés. Heureusement, il y a des sources comme les livres, les cartes et plans historiques ou les archives.

S'agissant des architectes ou du maître d'oeuvre, c'est souvent plus compliqué que le recensement des bâtiments. Parfois on ne connaît pas le nom de l'architecte même pour des bâtiments récents qui ont moins de 30 ans ou, plus surprenant, qui viennent tout juste d'être construits. Aussi curieux que cela puisse paraître pour les bâtiments contemporains, on trouve presque toujours sur le permis de construire le nom du promoteur ou de la SCI commanditaire (maître d'ouvrage) mais pas toujours le nom de l'architecte !

Régulièrement nous sommes interpellés par des architectes qui souhaitent que leur nom figure sur le bâtiment recensé. C'est bien notre but de rendre à César ce qui lui appartient.

Archi-Wiki rend hommage aux architectes et plus généralement aux bâtisseurs.

Depuis ses débuts, nous recensons sur Archi-Wiki les bâtiments sans tenir compte de l'époque ou de l'intérêt supposé (qui est sujet aux modes et goûts de l'époque), ainsi que le nom des architectes ou maîtres d'oeuvre.

Dès la première version du site en 2004, le nom de l'architecte figurait parmi les objectifs de recensement et des biographies plus complètes ont été rapidement ajoutées pour des questions d'équilibre : on ne peut pas comprendre complètement l'édification d'un bâtiment si l'on n'en sait pas un minimum sur son géniteur.

des bâtiments....

Par simplification et pour que le titre de cet article soit clair pour tout le monde, j'ai évoqué la notion de "bâtiments" plutôt que de "lieux" qui est plus impersonnelle et moins parlante. En effet, nous recensons en premier lieu les bâtiments, mais aussi les places, les rues et le mobilier présent dans l'espace public comme les sculptures par exemple. La notion d'adresse (ou lieu) sur Archi-Wiki s'entend de la sculpture au quartier, plus vaste ensemble documenté.

Le terme "lieu" est plus générique que la notion d'adresse ou de bâtiment. Un lieu est identifié par son adresse et ses coordonnées dans l'espace (latitude, longitude).

Dans l'idéal, chaque lieu présent dans l'espace urbain devrait être documenté sur Archi-Wiki de façon à connaître le nom du créateur et l'année de construction.

Comme nous le disions en introduction, au premier abord, il est plus simple de recenser les bâtiments existants que ceux qui ont disparu.

L'examen d'un bâtiment existant permet de relever de nombreuses informations, même sans source, juste en observant attentivement. D'abord des informations d'ordre matériel ou physique (volumétries, étages...) mais aussi le type (habitat, industriel...), le style (renaissance, classique, art nouveau, etc) , parfois la date de construction lorsqu'elle est indiquée (parfois gravée près de l'entrée ou sur la façade) ou déterminable de façon approximative (Renaissance, XVIIIème, années 1930 etc).

... et des hommes

Groupe d'étudiants à l'Ecole d'architecture de Strasbourg, vers 1927. De g. à dr. : René Deuchler, Etienne Mantz, Tim Helmlinger, Eugène Rohmer, Georges Spinner, N.N., Pierre Nicolas Muller (coll. part.)

Derrière chaque façade, chaque plan, chaque oeuvre, il y a un géniteur. Peu importe qu'on l'appelle architecte, maître d'oeuvre, artiste ou créateur, et bien sûr qu'il soit homme ou... femme!

Comme nous recensons les lieux au sens large, et pas seulement les bâtiments ou immeubles, on trouve aussi sur Archi-Wiki les oeuvres d'art (sculpture, fresque...) qui parsèment la ville. Ainsi on trouve sur le site le nom des sculpteurs et plus généralement des artistes qui contribuent à laisser leur trace dans l'espace urbain.

Chaque créateur, qu'il soit sculpteur, architecte ou maître d'oeuvre bénéficie d'une biographie sur le site. La biographie permet de contextualiser l'oeuvre parmi les autres réalisations de son auteur. Elle permet aussi de connaître sa formation, ses influences et ses lieux de création.

Par choix, en terme de présentation et de recherche, nous nous limitons la plupart du temps à rechercher qui est le maître de l'oeuvre, c'est à dire celui qui a créé l'oeuvre ou qui en a eu l'idée, tracé le plan. Ainsi nous ne cherchons pas à connaître, sauf exceptions1, les auteurs du gros oeuvre ou du second oeuvre. Parfois on trouve le nom du bureau d'étude ou de l'ingénieur lorsque l'information nous semble avoir du sens2.

Il faut aussi savoir que dans les dossiers d'archives de la ville, il est très rare d'avoir connaissance des entreprises qui sont intervenues dans la construction d'un bâtiment. Ces informations seraient probablement connues si nous avions accès aux archives des architectes, ce qui est rarement le cas, quand elles n'ont tout simplement pas disparu.

Beaucoup d'architectes que nous recensons ne sont pas connus dans le sens où il n'ont pas fait l'objet d'étude par les professionnels (service de l'inventaire de la Région, auteurs d'ouvrages etc) ou de travaux universitaires. Notre travail d'inventaire, "naïf"3 et systématique, anticipe ou dans l'idéal favorise ou contribue aux recherches institutionnelles et universitaires.

Contrairement au bâtiment qui est physiquement présent, le nom de l'architecte est assez rarement écrit sur la façade. En général la mention du nom de l'architecte ou de l'entrepreneur concerne certains immeubles de la fin du XIXe et du XXe siècle sans que cela soit une généralité. On trouve donc souvent cette information dans les dossiers d'archives de la police du bâtiment de la ville pour les immeubles après 1870 à Strasbourg ou Colmar. Pour les immeubles plus anciens, il faut consulter d'autres archives (collections privées, familiales, inventaire des successions etc) ou collecter des informations se trouvant dans d'innombrables ouvrages ou sources qu'il faut patiemment consulter4.

Parfois on trouve le maître d'ouvrage mais pas toujours le maître d'oeuvre.

Derrière les façades qui composent la ville, il y a toujours un architecte ou un concepteur, il est étonnant que de nos jours encore, on s'interroge sur les personnes qui ont réalisé tel ou tel bâtiment. Le travail restant à réaliser pour établir des nomenclatures exhaustives - si c'est possible - est immense.

La difficulté vient probablement de l'accès aux sources permettant de connaître le nom de l'auteur. Paradoxalement, il est souvent plus simple de connaître le nom de l'auteur pour des édifices d'une centaine d'années plutôt que des réalisations récentes. L'explication vient peut être du fait que lorsqu'un auteur est décédé, on a peut être plus de facilité à reconstituer sa biographie (parfois existante à travers des ouvrages) puisqu'on a une vue d'ensemble sur son oeuvre. Pour les architectes en activité, on est parfois en porte-à-faux vis à vis de son travail car on a un regard qui manque parfois de recul ou d'éléments de comparaison5. D'autre part, un architecte en activité, aura tendance à vouloir mettre en valeur ce qui le concerne sur Archi-Wiki (biographie ou oeuvres) ou même à ajouter ses oeuvres pour sa publicité (ce qui ne pose pas de problème si la rédaction est neutre).

l'année de construction

Troisième donnée essentielle du triptyque des données recensées : l'année de construction. Bien entendu par année, outre la construction, on indique aussi les dates de rénovation, transformation, agrandissement, démolition, c'est à dire tous les grands événements de la vie du bâtiment ou du lieu.

Le repère temporel permet de classer l'information de façon chronologique. Nous avons fait ce choix car c'est la façon de présenter la plus naturelle dans le cadre d'une présentation par fiche des adresses. Parfois, lorsque nous n'avons pas d'année précise, nous indiquons "environ" et pour les périodes plus anciennes, souvent antérieures au XVIIIe siècle, nous indiquons le siècle ou la période lorsque nous n'avons pas d'indications plus précises à communiquer.

Conclusion

La limite physique d'un livre, c'est le nombre de pages ou le nombre de volumes pour une encyclopédie. Pour un site internet traitant d'architecture, la vraie limite n'est pas tant le nombre de données récoltées ou affichées mais les choix au niveau présentation de ces données. Quelles données afficher, comment les présente t-on et pour quel public ?

Internet et les bases de données, à l'heure du « big data » et de l'économie du savoir, ne remplaceront pas demain les livres6. Ces outils en ligne viennent en complément des livres et sont de plus en plus indispensables pour les étudiants, les auteurs et d'une manière générale les chercheurs.

La présentation sur Archi-Wiki a fait l'objet d'une méthodologie qui est un canevas en terme de présentation et de recensement des données auquelles doivent se conformer les contributeurs. La méthodologie fixe les contours du recensement et les choix en termes de présentation, elle permet que les fiches soient relativement homogènes et crédibles. Bien évidemment, s'agissant d'un site collaboratif, le contenu est en perpétuelle modification et amélioration. Ainsi on ne peut pas attendre la même qualité d'un seul coup sur chaque fiche7.

Quelque part Archi-Wiki permet d'incarner les bâtiments en leur donnant une identité plus complexe qu'une simple lecture de façade. En se baladant dans la rue, on ignore le plus souvent qui sont les auteurs des oeuvres (bâtiments, place, sculpture...) qui nous entourent. Le site est moins un travail de synthèse sur les bâtiments des villes qu'une nomenclature adresse par adresse, lieu après lieu en tâchant de trouver qui et quand pour l'oeuvre construite.

Il est étonnant, en cette fin 2019, qu'il soit toujours aussi difficile d'avoir accès à une information aussi simple que le nom du créateur d'une oeuvre (qu'il soit architecte, sculpteur etc) visible depuis l'espace public. Cette meilleure connaissance de l'espace public est un préambule indispensable pour bâtir la ville de demain mais aussi d'ores et déjà mieux apprécier ou tout simplement comprendre ce qui existe.

Dans un musée ou une exposition, on s'attend à trouver le nom de l'artiste à côté de l'oeuvre, dans l'espace public pour les bâtiments ce nom de l'auteur est souvent l'exception. Un peu à l'image d'un GPS qui permet de nous situer, Archi-Wiki permet dans l'idéal de retrouver le nom de l'architecte et surtout sa biographie. Relier un bâtiment à l'oeuvre d'un homme, c'est être témoin de notre humanité et certainement avoir une vision anthropomorphique de nos villes. Des villes bâties et conçues par des hommes à l'usage des hommes.

Le support et le choix de présentation des adresses, "par fiche" permettent un accès aux informations, au plus grand nombre. Le site s'adresse donc en premier lieu au grand public dans un esprit de vulgarisation et d’accessibilité des informations (gratuites et en ligne). Cela dit nous savons qu'Archi-Wiki est consulté par de nombreux étudiants et professionnels, ainsi les données "brutes" disponibles permettent de créer d'autres contenus, comme des livres ou des articles plus synthétiques qu'une accumulation d'adresses, ... pour notre plus grand plaisir !

Fabien Romary
Fondateur d'Archi-Wiki

Références

  1. Par exemple lorsqu'un entrepreneur avait aussi le rôle de maître d'oeuvre
  2. Par exemple si le bâtiment en question est autant le résultat du travail d'un architecte ou d'un ingénieur, comme c'est de plus en plus le cas dans les réalisations contemporaines d'envergure en particulier dans le publique
  3. parce qu’il n'y a pas de quadrillage systématique par quartier ou période, chacun est libre d'inventorier ce qui lui plait, cette forme de recensement est aussi un travail de passionnés qui s'intéressent à telle période, tel architecte ou style architectural
  4. Actuellement nous recensons plus de 1900 sources sur Archi-Wiki
  5. C'est sans doute l'une des raisons qui fait que l'inventaire de la Région ne recense pas les bâtiment de plus de 20 ans
  6. et peut être ne remplaceront jamais les livres, le papier a plus d'affinité avec le corps humain que n'en a un écran LCD
  7. A terme, il faudrait que les fiches de qualité soient distinguées comme c'est le cas sur Wikipédia avec la présence d'une étoile

Quelques sources biographiques d'architectes

- Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA) (Livre)
- Dictionnaire Historique des rues de Strasbourg,éd.2012 (Livre)
- Metacult - Sommaire des recherches et cahiers en ligne [archive] Sharam Hosseinabadi : « Un dictionnaire des Architectes et Entrepreneurs de Strasbourg (1824-1942) », in Metacult, cahier n° 5, février 2016, page 17