Loading...

Actualité:Consommation de notre serveur

Aus Archi-Wiki

11/01/2017

Actualité Consommation de notre serveur.jpg

C'était il y a environ deux ans, lors d'une présentation de notre site www.archi-wiki.org, je disais devant quelques personnes qu'un serveur était plus « écologique » que des déplacements en voiture pour aller chercher ces informations. Une auditrice n'était pas du tout d'accord, pour elle un serveur ne pouvait pas être qualifié d'écologique.

Étant personnellement très sensible avec ces notions d'écologie et de développement durable j'ai décidé de prendre enfin le temps de savoir ce que consommait réellement un serveur par rapport à une voiture.

D'abord, disons le tout net, le meilleur moyen d'être écologique c'est de ne faire aucun déplacement, de ne rien consommer, chauffer, ni allumer. Un serveur, bien sûr, comme tout autre appareil électrique consomme de l'énergie et donc participe, d'une façon ou d'une autre, aux émissions de CO².

Ce que je voulais dire, en comparant la consommation d'un serveur et d'une voiture, c'est que nous ne sommes pas sur les mêmes échelles. Intuitivement, pour moi, un serveur ne pouvait être que plus écologique qu'une voiture.

Vérifions le donc par le calcul.

CALCUL – consommation serveur

D'abord il nous faut connaître la puissance du serveur. Malheureusement je n'ai pas reçu cette information de notre hébergeur OVH1 [archive] je vais donc prendre pour le calcul une valeur « moyenne » plausible de 200 Watt / h.

S'agissant d'un serveur il est allumé 24h /24 365j/ an soit 8760 heures.

La consommation théorique est donc de 200 Watt * 8760 soit 1752 kW

Le prix moyen du kWh, en France, est de 0,1449€ TTC2 [archive] soit un coût annuel théorique de 253,86 €

Il s'agit d'un montant théorique et maximal car en pratique un serveur (ou un ordinateur) ne consomme jamais toute sa puissance, tout dépend de l'utilisation (la charge du serveur).

COMPARATIF AVEC UNE VOITURE

Combien de km peut on parcourir en voiture avec 253,86 euros ?

On prendra comme hypothèse une consommation de 5L/100km et un coût du carburant de 1,3 euros / L. On négligera le coût du véhicule, assurance et autres paramètres car il s'agit uniquement de comparer la consommation entre un serveur et une voiture, pas la maintenance, l'amortissement ou l'entretien. Avec 253,86 euros on peut mettre 195,27 L dans son réservoir (253,86 /1,3) soit parcourir, en théorie, 3905 km (195,25*100/5)

En considérant que le réservoir de notre voiture imaginaire soit de 60L, notre serveur consommerait donc l'équivalent d'à peine plus de trois pleins d'essence par an (195,27 / 60 L soit 3,25)

CONCLUSION

Si un automobiliste devait réunir l'ensemble du volume de données existant sur le serveur pour lui (pour son usage propre, sans partager), il consommerait bien plus que 3 pleins d'essence quelque soit l'endroit où il habite, car les données sont éparpillées partout, pas seulement aux archives ou dans les bibliothèques. Sans parler du temps passé à réunir ces informations.

La consommation électrique de notre serveur est donc marginal par rapport au volume de données accessible (12000 adresses documentées, plus de 1500 biographies de personnes ou d’architectes et plus de 66000 photos & documents) et surtout le nombre de personnes qui y ont accès (à ce jour environ 1000 quotidiennement).

Ce qu'il faut retenir c'est que la façon de faire, collaborative, en partageant les données rend extrêmement efficient (=peu consommateur) la façon de stocker et de rendre accessible l'information. Chaque contributeur qui ajoute des informations, même s'il prend sa voiture pour aller la chercher, la met en ligne et la partage, ce qui fait économiser au final des milliers de déplacements pour aller chercher la même chose.

Évidemment pour des volumes de données beaucoup plus importants (comme pour Google, facebook ou Amazon) la quantité de serveurs est telle qu'il faut optimiser l'usage des serveurs (on parle ici de dizaine de milliers jusqu'à des millions de serveurs), nous en sommes très loin pour Archi-Wiki !

Ce comparatif prouve surtout que l'échelle de valeur entre un usage privé de l'information (garder pour soit) et un usage collaboratif (partager) est à l'avantage indéniable du partage des données, tant d'un point de vue écologique que sociétal. Finalement ce n'est pas tant le serveur ou Internet qui sont écologique et efficient c'est la façon de collaborer et de partager les informations qui le sont.

Cette conclusion militerais donc pour un « revenu collaboratif » dont les contours et le type de société qui va avec reste à inventer.


1 [archive] mon mail du 04/01/2017 est à ce jour resté sans réponse et l'information ne figure pas sur leur site.