Loading...

Difference between revisions of "Personne:Paul Dopff"

From Archi-Wiki

(Révision du 3/03/2013 à 22h20 importée depuis Archi-Wiki)
(Révision du 13/06/2013 à 9h24 importée depuis Archi-Wiki)
Line 13: Line 13:
 
Il a été nommé architecte en chef de la ville de Strasbourg en 1928, directeur des services techniques en 1948, où il a coiffé un service d'architecture dirigé par Jean Muller. Il a pris sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. On trouvera sur le site Archi- Strasbourg la liste de ses principales réalisations à Strasbourg, ainsi que dans la notice de François Igersheim, in ''Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne'' n° 48, page 5084, dans laquelle nous avons puisé ces renseignements.
 
Il a été nommé architecte en chef de la ville de Strasbourg en 1928, directeur des services techniques en 1948, où il a coiffé un service d'architecture dirigé par Jean Muller. Il a pris sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. On trouvera sur le site Archi- Strasbourg la liste de ses principales réalisations à Strasbourg, ainsi que dans la notice de François Igersheim, in ''Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne'' n° 48, page 5084, dans laquelle nous avons puisé ces renseignements.
  
François Igersheim consacre à cet architecte une notice synthétique dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA) n° 48, page 5094. On y apprend que "d'abord collaborateur de Fritz Beblo, expulsé en 1919, Dopff poursuivit, dans le style architectural, du ''Heimatstil'', l'oeuvre de Beblo en exécutant le cimetière Nord de Strasbourg, le cimetière Sud, la suite de la grande percée (soit le côté pair de la rue de la Division Leclerc) (office HBM). Mais il imprima sa marque à l'urbanissme strasbourgeois de l'entre-deux guerres, avec l'édification de nombreux édifices publics : la grande halle de l'exposition au Wacken (1924), l'Office du Travail (rue de Bouxwiller), l'Ecole hotelière, rue de Lucerne (actuel Collège Fustel), l'Ecole du Stockfeld (1933-1934), l'Ecole primaire de la Musau (1933-1934), l'Ecole du Rhin (route du Rhin, 1937-1938). Mais il fut également le maître d'oeuvre de l'Office HBM de Strasbourg, pour qui il exécuta la cité Jean Dolfus, avenue de la Forêt Noire (1924-1925), la cité Léon Bourgeois (1925) (...), la cité Jules Siegfried (1927-1928), route du Polygone et allée de l'Orphelinat, les groupes d'immeubles de la place de la Bourse (1928-1930), la cité Louis Loucheur route du Rhin (1929-1931), la [[Adresse:9 rue Lauth (Strasbourg)|cité de la rue Ernest Lauth]] (1931-1932), '''la cité du quai des Alpes (maisons individuelles), '''la cité Georges Risler (1931-1933), [[Adresse:Groupes HBM Rue de Bâle (Strasbourg)|le groupe de la rue de Bâle (1932-1934)]], le groupe d'habitation de la Forêt Noire à la rue de Louvain. Dopff fut nommé architecte en chef de la ville en 1928, directeur des services techniques en 1948 (...). Il prit sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. Au collège Vauban, ensemble scolaire, dont il construisit l'Ecole maternelle, rue de Louvain, on donna son nom" (fin de citation).
+
François Igersheim consacre à cet architecte une notice synthétique dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA) n° 48, page 5094. On y apprend que "d'abord collaborateur de [[Personne:Fritz Beblo|Fritz Beblo]], expulsé en 1919, Dopff poursuivit, dans le style architectural, du ''Heimatstil'', l'oeuvre de Beblo en exécutant le cimetière Nord de Strasbourg, le cimetière Sud, la suite de la grande percée (soit le côté pair de la rue de la Division Leclerc) (office HBM). Mais il imprima sa marque à l'urbanissme strasbourgeois de l'entre-deux guerres, avec l'édification de nombreux édifices publics : la grande halle de l'exposition au Wacken (1924), l'Office du Travail (rue de Bouxwiller), l'Ecole hotelière, rue de Lucerne (actuel Collège Fustel), l'Ecole du Stockfeld (1933-1934), l'Ecole primaire de la Musau (1933-1934), l'Ecole du Rhin (route du Rhin, 1937-1938). Mais il fut également le maître d'oeuvre de l'Office HBM de Strasbourg, pour qui il exécuta la cité Jean Dolfus, avenue de la Forêt Noire (1924-1925), la cité Léon Bourgeois (1925) (...), la cité Jules Siegfried (1927-1928), route du Polygone et allée de l'Orphelinat, les groupes d'immeubles de la place de la Bourse (1928-1930), la cité Louis Loucheur route du Rhin (1929-1931), la [[Adresse:9 rue Lauth (Strasbourg)|cité de la rue Ernest Lauth]] (1931-1932), '''la cité du quai des Alpes (maisons individuelles), '''la cité Georges Risler (1931-1933), [[Adresse:Groupes HBM Rue de Bâle (Strasbourg)|le groupe de la rue de Bâle (1932-1934)]], le groupe d'habitation de la Forêt Noire à la rue de Louvain. Dopff fut nommé architecte en chef de la ville en 1928, directeur des services techniques en 1948 (...). Il prit sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. Au collège Vauban, ensemble scolaire, dont il construisit l'Ecole maternelle, rue de Louvain, on donna son nom" (fin de citation).
  
 
== Personnes liées ==
 
== Personnes liées ==

Revision as of 18:02, 28 August 2017

Image principale
Date de naissance 24 mars 1885
Date de décès 26 octobre 1965
Métier architecte


Biographie1

Architecte en chef de la ville de Strasbourg.

Il est né à Riquewihr et décédé à Strasbourg, fils de Gustave Dopff, viticulteur et négociant en vins et de Julie Schmidt. Il a fait ses études aux écoles polytechniques de Karlsruhe et Munich, puis, en 1912, au Stadtbauamt de Strasbourg.

Il a été nommé architecte en chef de la ville de Strasbourg en 1928, directeur des services techniques en 1948, où il a coiffé un service d'architecture dirigé par Jean Muller. Il a pris sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. On trouvera sur le site Archi- Strasbourg la liste de ses principales réalisations à Strasbourg, ainsi que dans la notice de François Igersheim, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 48, page 5084, dans laquelle nous avons puisé ces renseignements.

François Igersheim consacre à cet architecte une notice synthétique dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne (NDBA) n° 48, page 5094. On y apprend que "d'abord collaborateur de Fritz Beblo, expulsé en 1919, Dopff poursuivit, dans le style architectural, du Heimatstil, l'oeuvre de Beblo en exécutant le cimetière Nord de Strasbourg, le cimetière Sud, la suite de la grande percée (soit le côté pair de la rue de la Division Leclerc) (office HBM). Mais il imprima sa marque à l'urbanissme strasbourgeois de l'entre-deux guerres, avec l'édification de nombreux édifices publics : la grande halle de l'exposition au Wacken (1924), l'Office du Travail (rue de Bouxwiller), l'Ecole hotelière, rue de Lucerne (actuel Collège Fustel), l'Ecole du Stockfeld (1933-1934), l'Ecole primaire de la Musau (1933-1934), l'Ecole du Rhin (route du Rhin, 1937-1938). Mais il fut également le maître d'oeuvre de l'Office HBM de Strasbourg, pour qui il exécuta la cité Jean Dolfus, avenue de la Forêt Noire (1924-1925), la cité Léon Bourgeois (1925) (...), la cité Jules Siegfried (1927-1928), route du Polygone et allée de l'Orphelinat, les groupes d'immeubles de la place de la Bourse (1928-1930), la cité Louis Loucheur route du Rhin (1929-1931), la cité de la rue Ernest Lauth (1931-1932), la cité du quai des Alpes (maisons individuelles), la cité Georges Risler (1931-1933), le groupe de la rue de Bâle (1932-1934), le groupe d'habitation de la Forêt Noire à la rue de Louvain. Dopff fut nommé architecte en chef de la ville en 1928, directeur des services techniques en 1948 (...). Il prit sa retraite en 1954, remplacé par Georges Laforgue. Au collège Vauban, ensemble scolaire, dont il construisit l'Ecole maternelle, rue de Louvain, on donna son nom" (fin de citation).

Personnes liées

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.