Loading...

Difference between revisions of "Personne:Hans Baldung Grien"

From Archi-Wiki

(Quelques vues de l'exposition en cours à l'Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg)
Line 57: Line 57:
  
 
=== Quelques vues de l'exposition en cours à l'Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg ===
 
=== Quelques vues de l'exposition en cours à l'Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg ===
En lien avec la grande exposition de Karlsruhe,  le Musée de l'oeuvre Notre-Dame à Strasbourg présente également une exposition de dessins et estampes issu des collections du cabinet des Estampes et des Dessins de Strasbourg<ref>https://www.musees.strasbourg.eu/regards-sur-hans-baldung-grien consulté le 04/12/2019</ref>.
+
En lien avec la grande exposition de Karlsruhe,  le Musée de l'oeuvre Notre-Dame à Strasbourg présente également une exposition de dessins et estampes issus des collections du cabinet des Estampes et des Dessins de Strasbourg<ref>https://www.musees.strasbourg.eu/regards-sur-hans-baldung-grien consulté le 04/12/2019</ref>.
 
<gallery>
 
<gallery>
 
Fichier:OND expo Hans Baldung Grien 20191203 DSC07448.jpg|Adam et Eve (vers 1514)
 
Fichier:OND expo Hans Baldung Grien 20191203 DSC07448.jpg|Adam et Eve (vers 1514)

Revision as of 19:31, 20 March 2020

Image principale
Date de naissance 1485
Date de décès 1545
Métier Artiste peintre



Biographie

Hans Baldung dit Grien est sans doute né vers 1485 à Schwäbisch-Gmünd, Allemagne, et décédé en 1545 à Strasbourg.

On peut raisonnablement le tenir pour l'un des plus grands peintres de la Renaissance allemande.

Après avoir probablement fait son apprentissage en Souabe, il est actif à partir de 1503 à Nuremberg comme compagnon dans l'atelier de Albrecht Dürer. Il vient s'établir à Strasbourg en 1509 et se marier avec la strasbourgeoise Margareta Herlin.

En 1512 il se fixe pour cinq ans à Fribourg en Brisgau, où il a obtenu la commande du maître-autel de la cathédrale, qu'il termine en 1516 et qu'on considère comme son chef-d'oeuvre.

En 1518, il rentre à Strasbourg, où il reste jusqu'à sa mort.

Sa production est intense et on en aura une petite idée grâce à ce lien vers des images de ses tableaux [archive].

Ayant eu une grande réputation en son temps, ses oeuvres sont à présent dispersées dans le monde entier, mais un petit nombre seulement d'entre elles est présent à Strasbourg, au Musée de l'Oeuvre Notre Dame, sans compter cependant le maître-autel de Fribourg en Brisgau, toujours en place évidemment. La Kunsthalle de Karlsruhe (Allemagne) comporte également plusieurs oeuvres1.

Hans Baldung Grien est enterré au cimetière Sainte Hélène à Strasbourg, mais sa tombe est trop ancienne pour avoir été préservée par le temps qui passe2,3.

Expositions Hans Baldung Grien4

Date 11/2019 à 03/2020

Une grande rétrospective se tient à la Kunsthalle de Karlsruhe du 30/11/2019 au 08/03/2020 avec 200 tableaux prêtés par de nombreux musées1.

Un article pour les abonnés des DNA signé par Serge Hartmann apporte de riches éléments d'information sur cette exposition5.

Il est fortement conseillé d’aller voir cette exposition monographique unique de ses propres yeux, car il n’est de toutes les façons possible que de donner un petit avant-goût de l’œuvre multiforme, complexe et fascinante de ce maître de la Renaissance germanique, qu’était Hans Baldung Grien.

Hormis les trois photos montrant le cadre et la signalétique du musée, on ne partagera que trois œuvres, très différentes, mais enrichies des explications trouvées sur place :

La première œuvre est une sanguine partiellement délavée, datant d’environ 1513-1515, et montrant une tête de jeune fille baissant les yeux. Elle est conservée au « Kupferstichkabinett » du « Kunstmuseum » de Bâle.

La seconde photo montre une Crucifixion, datant de 1512. Ce tableau de grand format était peut-être à l’origine le panneau central d’un rétable en trois parties. Le donateur est représenté en petit près du bord inférieur droit. Sans doute était-il abbé du couvent de bénédictins de Schuttern, près d’Offenbourg, Bade-Wurtemberg, en Allemagne. Dans les explications, on lit encore que « Baldung représente la crucifixion comme un assemblage savamment organisé d’éléments verticaux et horizontaux. Parmi les nombreux personnages de ce tableau, la Vierge endeuillée domine incontestablement dans son habit bleu et blanc ». Peint sur un panneau de tilleul, l’œuvre est conservée à la « Gemäldegalerie », aux « Staatlichen Museen » de Berlin.

La troisième œuvre, datant de 1523, a un tout autre caractère et représente deux sorcières. D’après les explications trouvées sur place on lit que « sur ce tableau extravagant, Baldung présente la sorcière comme l’incarnation du pouvoir de séduction des femmes. Le propos de l’artiste est de mettre en scène des corps nus de manière sensuelle, et même provocante, ce qu’illustre en particulier la figure de gauche. La funeste menace que représente cette séduction s’annonce dans l’incendie jaune poison qui embrase le ciel. Comme le dragon enfermé dans la fiole de verre, il renvoie sans doute à la syphilis qui faisait rage à l’époque ». Peint sur un panneau de tilleul, ce tableau est conservé au « Städel Museum » à Frankfurt-Am-Main.


Quelques vues de l'exposition en cours à l'Oeuvre Notre-Dame de Strasbourg

En lien avec la grande exposition de Karlsruhe, le Musée de l'oeuvre Notre-Dame à Strasbourg présente également une exposition de dessins et estampes issus des collections du cabinet des Estampes et des Dessins de Strasbourg6.

Le Livre d’esquisses de Karlsruhe

L’exposition monographique consacrée au peintre Hans Baldung Grien à la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe dépassant largement le cadre de ce site, on se limitera à évoquer le Livre d’esquisses (Skizzenbuch), dont la consultation est proposée au visiteur sous une forme numérisée.

Précisons d’emblée que ce Livre d’esquisses constitue un témoignage exceptionnel du travail de Hans Baldung Grien, et qu’il est constitué de plus de cent dessins de l’artiste, qui ont vu le jour entre 1511 et 1545.

D’après les historiens, ces dessins avaient été légués à la mort de l’artiste à son seul élève nommément connu, à savoir le peintre Nikolaus Kremer (c. 1500-1553)7. A la mort de ce dernier, les dessins seraient ensuite passés dans les mains de Sebald Büheler, artiste et chroniqueur strasbourgeois , qui était son beau-frère. Büheler fit alors relier les fragments divers en livre en 1582. Et ce document est aujourd’hui conservé à la Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe, et a été numérisé pour être consulté facilement.

Il faut dire qu’il le mérite. Voici ce qu’écrit à leur propos un historien de l’art, auteur du premier ouvrage approfondi consacré à Hans Baldung Grien en langue française8 : « Bien que l'on conserve aussi de nombreux dessins isolés, ce recueil n'en représente pas moins un remarquable aperçu des intérêts très variés de Baldung : têtes humaines, animaux (mammifères et oiseaux), plantes, ruines de châteaux dans les Vosges ou en Souabe, rues et édifices de Strasbourg vus du haut de la plate-forme de la cathédrale et datant probablement du début des années 1520"9.

On se contentera de proposer ici trois vues de Strasbourg. La technique utilisée est la mine ou pointe d’argent. Celle-ci était un outil très apprécié aux XVe et XVIe siècles, notamment pour dessiner dans des carnets de croquis, car elle ne nécessitait pas d’eau et était facile à transporter, et pouvait être utilisée à tout moment, sans même avoir besoin d’être taillée. En observant la reliure, on remarquera que la pointe d’argent sert de fermoir au livre, glissée entre deux œillets10.

Important chantier de restauration

Date 25/01/2020

Le musée de l'Oeuvre Notre Dame veut sauver le tableau "La Lapidation de Saint Etienne" de Hans Baldung Grien, peint par le maître de la Renaissance germanique en 1522.

Ce tableau n’avait en fait jamais été montré au public, car jugé irrécupérable depuis qu'il avait subi, comme de nombreuses autres oeuvres, les dommages d'un grave incendie survenu dans les combles du Palais Rohan, le 13 août 1947. Il avait été accordé à Strasbourg en 1896 par les Musées de Berlin, en échange d’un Quentin Metsys, afin d’étoffer les collections de la ville, après leur destruction liée au siège de 1870.

Les premiers tests effectués par des équipes très spécialisées et pourvus de grands moyens à Versailles semblent plutôt positifs. (soit dit en passant, on voit paradoxalement les bienfaits de la centralisation typiquement française).

La conservatrice du Musée de l’œuvre Notre-Dame se déclare « plutôt optimiste sur le résultat final », mais elle précise que ce projet de restauration sera long et cher, et que les frais de restauration nécessiteront des mécènes…11.

Références

  1. a et b https://www.kunsthalle-karlsruhe.de/fr/exposition/hans-baldung-grien/ [archive] consulté le 04/12/2019
  2. Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 2, pages 95 -96
  3. article de Wikipedia [archive]
  4. https://www.kunsthalle-karlsruhe.de/fr/exposition/hans-baldung-grien/ [archive]
  5. Article des DNA du 1er décembre 2019 : "L'événement Hans Baldung Grien" : https://c.dna.fr/culture-loisirs/2019/12/01/l-evenement-hans-baldung-grien [archive], consulté le 04/12/2019
  6. https://www.musees.strasbourg.eu/regards-sur-hans-baldung-grien [archive] consulté le 04/12/2019
  7. On trouvera sur le site Geneanet quelques éléments biographiques concernant ce peintre : https://gw.geneanet.org/whelmlinger_w?lang=fr&pz=vincent+pierre+wilfred&nz=helmlinger&p=niclaus&n=kremer [archive], consulté le 19/01/2020
  8. Frank Muller : Hans Baldung Grien : Entre christianisme et paganisme, Editions du Signe, 2019
  9. Frank Muller : Dossier de l'Art n°275, page 29
  10. Explications recueillies à l'exposition de Karlsruhe, Janvier 2020
  11. Article de Serge Hartmannn dans les DNA du 25/01/2020 : "Le musée de l'Oeuvre Notre Dame veut sauver La Lapidation de Saint Etienne de Hans Baldung Grien : https://c.dna.fr/edition-strasbourg/2020/01/24/il-faut-sauver-le-soldat-baldung-grien [archive], consulté le 25/01/2020

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.