Loading...

Difference between revisions of "Adresse:Tour aux Florins (Guldenturm) (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
 
Line 4: Line 4:
 
|complément_rue1 = quai des
 
|complément_rue1 = quai des
 
|rue1 = Bateliers
 
|rue1 = Bateliers
|numéro1 = 42
+
|numéro1 = 43
|longitude1 = 7.7558699
+
|longitude1 = 7.756086
|latitude1 = 48.5816464
+
|latitude1 = 48.581721
|complément_rue2 = quai des
+
|nom_complet = 43 quai des Bateliers
|rue2 = Bateliers
 
|numéro2 = 43
 
|longitude2 = 7.7560093
 
|latitude2 = 48.5817247
 
|nom_complet = 42-43 quai des Bateliers
 
 
|date1_afficher = 1476
 
|date1_afficher = 1476
 
|date1_début = 1476
 
|date1_début = 1476
Line 19: Line 14:
 
|type1 = construction
 
|type1 = construction
 
|courant1 =  
 
|courant1 =  
|date2_afficher = 1874
+
|date2_afficher = environ 1580
|date2_début = 1874
+
|date2_début = 1580
 
|date2_fin =  
 
|date2_fin =  
 
|structure2 =  
 
|structure2 =  
|type2 = démolition
+
|type2 = reconstruction
 
|courant2 =  
 
|courant2 =  
 +
|date3_afficher = 1874
 +
|date3_début = 1874
 +
|date3_fin =
 +
|structure3 =
 +
|type3 = démolition
 +
|courant3 =
 
|photo_principale = 42 quai des Bateliers Strasbourg 13770.jpg
 
|photo_principale = 42 quai des Bateliers Strasbourg 13770.jpg
 
}}
 
}}
Line 32: Line 33:
 
|date = 1476
 
|date = 1476
 
}}
 
}}
La tour a été édifiée en 1476 lors des menaces d'intervention de Charles le Téméraire. Elle était destinée, en renforçant la muraille du XIIIème siècle, à fermer la vieille ville vers l'Ill, pour le cas où le quartier de la Krutenau serait envahi.<ref> Strasbourg panorama monumental (p269</ref>
+
La tour a été édifiée en 1476 lors des menaces d'intervention de Charles le Téméraire. Elle était destinée, en renforçant la muraille du XIIIe siècle, à fermer la vieille ville vers l'Ill, pour le cas où le quartier de la Krutenau serait envahi.<ref> Strasbourg panorama monumental (p269</ref>
  
 
Roger Forst apporte encore les éléments suivants concernant la tour : "Elle fut détruite par le feu en 1580 et reconstruite. A deux reprises, en 1660 et 1663, on y enferma l'hôte le plus remarquable, un curé irascible nommé Martin Gross. En 1776, on vendit la tour aux enchères à un nommé Guldin, d'où son nom. En 1780, elle appartenait au ''Stattmeister'' Zorn von Bulach. Avant sa destruction en 1874, elle avait été acquise par le marchand de bois de chauffage Jung, qui possédait un entrepôt derrière la tour, le long du Rheingiessen"<ref> "Le Strasbourg disparu", éd. La Nuée Bleue / DNA , Strasbourg 2001, p.53</ref>
 
Roger Forst apporte encore les éléments suivants concernant la tour : "Elle fut détruite par le feu en 1580 et reconstruite. A deux reprises, en 1660 et 1663, on y enferma l'hôte le plus remarquable, un curé irascible nommé Martin Gross. En 1776, on vendit la tour aux enchères à un nommé Guldin, d'où son nom. En 1780, elle appartenait au ''Stattmeister'' Zorn von Bulach. Avant sa destruction en 1874, elle avait été acquise par le marchand de bois de chauffage Jung, qui possédait un entrepôt derrière la tour, le long du Rheingiessen"<ref> "Le Strasbourg disparu", éd. La Nuée Bleue / DNA , Strasbourg 2001, p.53</ref>
  
C'est devant cette tour, située à la place de [[Adresse:43_quai_des_Bateliers_(Strasbourg)|l actuelle pharmacie]], appelée faussement " Tour des Martyrs " que les magistrats reçurent solennellement les zurichois. Le matin, vers les deux heures, les courageux nautonniers se mirent en route, à la faveur d' un ciel étincelant d' étoiles et aux acclamations d' une nombreuse population... Lorsque dix heures sonnèrent ils passaient sous le pont de Bâle; une décharge d' artillerie les salua de la part de la ville et mille voix les félicitèrent de leur courageuse entreprise.. Dès lors, ils purent espérer arriver avant le coucher du soleil à l' antique cité qui devait les recevoir... A sept heures du soir, ils firent leurs adieu au Rhin et entrèrent dans le bras d'eau qui le joint à l' Ill...Après qu' il eurent amarrée leur bateau, quelques membres du sénat vinrent les complimenter au nom de la ville et de ses nombreux convives. Caspar Thomann répondit: qu' en amenant du millet chaud de Zurich à Strasbourg, en dix - sept heures, ils voulaient prouver par là à leurs amis combien ils seraient prompts à venir à leurs secours lors que le danger l' exigerait<ref> Strasbourg Illustrée et Pittoresque. F. Piton</ref><sup>,</sup><ref>Le Blason La Batelière 1576 - 1976.</ref>.
+
C'est devant cette tour, située à la place de [[Adresse:43_quai_des_Bateliers_(Strasbourg)|l'actuelle pharmacie]], appelée faussement " Tour des Martyrs " que les magistrats reçurent solennellement les zurichois. Le matin, vers les deux heures, les courageux nautonniers se mirent en route, à la faveur d'un ciel étincelant d'étoiles et aux acclamations d'une nombreuse population... Lorsque dix heures sonnèrent ils passaient sous le pont de Bâle; une décharge d' artillerie les salua de la part de la ville et mille voix les félicitèrent de leur courageuse entreprise.. Dès lors, ils purent espérer arriver avant le coucher du soleil à l' antique cité qui devait les recevoir... A sept heures du soir, ils firent leurs adieu au Rhin et entrèrent dans le bras d'eau qui le joint à l'Ill...Après qu'il eurent amarrée leur bateau, quelques membres du sénat vinrent les complimenter au nom de la ville et de ses nombreux convives. Caspar Thomann répondit: qu'en amenant du millet chaud de Zurich à Strasbourg, en dix - sept heures, ils voulaient prouver par là à leurs amis combien ils seraient prompts à venir à leurs secours lors que le danger l'exigerait<ref> Strasbourg Illustrée et Pittoresque. F. Piton</ref><sup>,</sup><ref>Le Blason La Batelière 1576 - 1976.</ref>.
  
  

Latest revision as of 00:14, 11 November 2019

43 quai des Bateliers

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1476
Structure Bâtiment militaire

Date de reconstruction environ 1580

Date de démolition 1874
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Tour aux Florins (Guldenturm) ou Tour d'or1

Date 1476

La tour a été édifiée en 1476 lors des menaces d'intervention de Charles le Téméraire. Elle était destinée, en renforçant la muraille du XIIIe siècle, à fermer la vieille ville vers l'Ill, pour le cas où le quartier de la Krutenau serait envahi.2

Roger Forst apporte encore les éléments suivants concernant la tour : "Elle fut détruite par le feu en 1580 et reconstruite. A deux reprises, en 1660 et 1663, on y enferma l'hôte le plus remarquable, un curé irascible nommé Martin Gross. En 1776, on vendit la tour aux enchères à un nommé Guldin, d'où son nom. En 1780, elle appartenait au Stattmeister Zorn von Bulach. Avant sa destruction en 1874, elle avait été acquise par le marchand de bois de chauffage Jung, qui possédait un entrepôt derrière la tour, le long du Rheingiessen"3

C'est devant cette tour, située à la place de l'actuelle pharmacie, appelée faussement " Tour des Martyrs " que les magistrats reçurent solennellement les zurichois. Le matin, vers les deux heures, les courageux nautonniers se mirent en route, à la faveur d'un ciel étincelant d'étoiles et aux acclamations d'une nombreuse population... Lorsque dix heures sonnèrent ils passaient sous le pont de Bâle; une décharge d' artillerie les salua de la part de la ville et mille voix les félicitèrent de leur courageuse entreprise.. Dès lors, ils purent espérer arriver avant le coucher du soleil à l' antique cité qui devait les recevoir... A sept heures du soir, ils firent leurs adieu au Rhin et entrèrent dans le bras d'eau qui le joint à l'Ill...Après qu'il eurent amarrée leur bateau, quelques membres du sénat vinrent les complimenter au nom de la ville et de ses nombreux convives. Caspar Thomann répondit: qu'en amenant du millet chaud de Zurich à Strasbourg, en dix - sept heures, ils voulaient prouver par là à leurs amis combien ils seraient prompts à venir à leurs secours lors que le danger l'exigerait4,5.


Démolition6

Date 1874

A cet emplacement se trouvait depuis le Moyen Age et jusqu'en 1874 la tour aux Florins (Guldenturm)

La tour se trouvait au bord du Rheingiessen, puis de la rue de Zurich.

Vendue par la ville à un particulier en 1774, elle se verra menacée, dès 1873, par les transformations apportées au quartier par la suppression du canal (Rheingiessen). Les prétentions financières du propriétaire amenèrent les autorités à abandonner l'idée de l'acquérir et elle fut démolie en 1874.

Promenade littéraire (extrait)

Date 1962

"Je me voile la face en pensant qu'il y avait encore, jusqu'aux environs de 1870, une superbe tour moyenâgeuse, près du coin de la rue de Zurich. Elle était comme coiffée d'un immense bonnet aux larges ailes. On la voit sur le célèbre tableau de Théophile Schuler décrivant l'arrivée des Zurichois. Maudits soient ceux qui l'ont démolie ; maudits les magistrats qui n'ont pas empêché le crime."7.

Autres vues sur cette adresse

Références

  1. Strasbourg Panorama Monumental (édition G4J) (Livre)
  2. Strasbourg panorama monumental (p269
  3. "Le Strasbourg disparu", éd. La Nuée Bleue / DNA , Strasbourg 2001, p.53
  4. Strasbourg Illustrée et Pittoresque. F. Piton
  5. Le Blason La Batelière 1576 - 1976.
  6. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre)
  7. Robert REDSLOB, Sous le regard de la cathédrale, éd. Sutter 1962, p. 58

Sources

- Strasbourg panorama monumental (p269)

- Dictionnaire historique des rues de Strasbourg

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jean-Daniel Lohner

26 months ago
Score 0
Georges Foessel archiviste de la ville écrit dans " Présence de Strasbourg " n° 65 de 1980. Elle fut démolie par manque de crédits pour son achat et sa restauration en 1875.

Jean-Michel Wendling

26 months ago
Score 0

Les différentes sources font erreur. Elles s’appuient sur Seyboth en l’interprétant à faux. Il y a bien eu une vente aux enchères de la Tour d'Or en 1776, mais il s’agit d’une auberge au quartier Saint-Nicolas. Aucun Guldin n’a acquis de maison à cet endroit au XVII° siècle. La Tour portait déjà ce nom (Goldener Thurn, parfois Gulden Thurn, tour d’or ou aux florins) au XVI° siècle et sans doute bien avant. La Tour d’Or a bien été été vendue aux enchères par la Ville mais seulement le 30 mai 1780, c’est le maître maçon Michel Nagel qui l’a achetée. Elle revient ensuite au propriétaire de la maison voisine, Jean Jung.

Jean-Michel Wendling

Fabien Romary

26 months ago
Score 0
BARTSCH Christian : Vous trouverez une iconographie importante concernant le Rheingiessen, le Guldenturm et le Pont aux chats dans l'ouvrage 'Strasbourg Panorama Monumental (Edition Mémoire d'Alsace G4J) de la page 269 à 282'. Les iconographies sont également fortement documentés.

Fabien Romary

26 months ago
Score 0

Après vérification sur le terrain (cour de l'immeuble) il ne semble rien rester de la tour aux Florins (Guldenturm). Peut être au niveau des fondations dans les caves...

Par contre le mur visible place des Bateliers et accessible depuis le passage piéton du parking des Bateliers date du 13ème et n'a rien à voir avec la tour.

Christian BARTSCH

26 months ago
Score 0

Bonjour,

Des images et photos privées, ainsi que l'histoire du Rheingiessen, Guldenturm,Pont aux Chats, m'intéresseraient beaucoup. Merci

Raphael PROT

26 months ago
Score 0
Il me semble qu'un vestige de cette tour est toujours présent, dans la cours de l'immeuble. Visible en passant par le parking des bateliers. A vérifier !

Jean-pierre diehl

26 months ago
Score 0
Bonjour. L'histoire fait que mes ancêtres directs ont été propriétaires de la Guldenturm, et que celui qui la possédait au moment de l'annexion, en 1870, était le cousin germain de mon arrière grand père, un optant. La famille qui possédait le pâté de maison était des Jung. Une Caroline Jung a épousé un Diehl, qui vivait avec elle au 42 qui quai, contre la tour. La fratrie comprenait André Jung le théologien, Jean l'aîné, batelier, poissonnier,et Jacob dit l'Amiral qui amarrait ses péniches quai des pêcheurs. Jacques et Jean avaient les premiers à relier le Rhin à la Seine,Strasbourg à Paris, en péniche, en 1826. Je me suis intéressé à cette tour:pourquoi a-t-elle été détruite? On m'a raconté (en gros, vu qu'il n'y avait plus de batelage, l'emplacement ne valait plus le coup) Dommage. J'ai des images anciennes de ces lieux, glanées au fil des ans. Votre site est très bien... On va y revenir. Amicalement Jean Pierre Diehl, de Paris