Loading...

Théâtre National de Strasbourg (TNS) (Strasbourg)

From Archi-Wiki

7 place de la République

Image principale
"2011-07-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1888 à 1892
Architecte Skjold Neckelmann
August Hartel
Sculpteur Johann Baptist Riegger
Structure Bâtiments publics
Courant architectural néo-renaissance

Date de démolition 25/9/1944

Date de construction 1954 au 1/10/1957
Architecte Robert Will
Pierre Sonrel
Paul Dopff

Date de construction environ 1967
Sculpteur René Hetzel
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de transformation 7/2011 à 03/2012
Architecte Ixo Architecture
Structure Théâtre

Classement Monument Historique 29/9/1995
Consultez les 11 actualités de l'adresse


Délégation régionale d'Alsace Lorraine1

Date 1888 à 1892
Architecte Skjold Neckelmann
August Hartel
Sculpteur Johann Baptist Riegger

Au départ, ce bâtiment construit entre 1888 et 1892 qui constitue le pendant de la BNU face au Palais du Rhin fut affecté à la délégation régionale (Landesausschuss). Ce dernier était auparavant situé dans un bâtiment provisoire à l'emplacement de l'actuelle préfecture.

La salle des séances, prévue pour 60 élus, était située à l'arrière du bâtiment. Celui-ci est construit en grès blanc provenant de carrières à proximité de Phalsbourg et reprend des formes architecturales de la Renaissance italienne,

Les architectes August Hartel et Skjold Neckelmann ont conçu le projet, mais Hartel meurt en 1890, Neckelmann termine alors le chantier seul. Les deux architectes ont également conçu la BNU voisine.

L'ouvrage "Strassburg und seine Bauten " (1894) signale, page 415, la contribution du sculpteur Johann Baptist Riegger concernant les deux groupes sculptés représentant l'Alsace et la Lorraine sur la façade ("Die Figurengruppen auf dem Mittelbau der Vorderfront sind von Bildhauer Riegger hier modellirt worden ")

Historique du bâtiment [archive] (lien brisé, consulté le 2/10/2018)

Conservatoire de Musique de Strasbourg

Date 11/1918 à 1995

Après l'armistice, le bâtiment n'a plus sa raison d'être. Il est alors occupé par le conservatoire de musique et le Théâtre.

On peut encore lire la mention "Conservatoire de Musique" entre l'architrave et la corniche.

Le conservatoire sera transféré temporairement au 4 rue Brûlée et rue du Hohwald en 1995, avant de s'installer définitivement dans la Cité de la Musique et de la Danse Le Conservatoire abritait un orgue Schwenkedel, qui après avoir été stocké pendant plus de 20 ans, devait reprendre une nouvelle vie dans la chapelle du Collège Saint Etienne.

Démolition

Date 25/9/1944

Un bombardement allié de 1944 détruisit l'arrière du bâtiment, l'ancienne salle du Parlement d'Alsace-Lorraine.

Théâtre

Date 1954 au 1/10/1957
Architecte Robert Will
Pierre Sonrel
Paul Dopff

Au printemps 1952 l'Etat et la Ville de Strasbourg entreprennent conjointement la reconstruction d'une salle de concert et la création pour le Centre dramatique de l'Est (CDE), encore installé à Colmar, d'un théâtre et de lieux de travail.

Les travaux ont duré 3 ans, de 1954 jusqu'à octobre 1957. Il semblerait que ceux-ci ont été difficiles car on n'avait pas construit de théâtre en France depuis 1914.-

Pour avoir plus d'infos sur la reconstruction du théâtre je vous conseille d'excellents articles sur le site du tns [archive] (lien coupé, vérifié le 13/4/2017)

Architectes:P.Dopff,P.Sonrel,

Architecte collaborateur:R.Will

Quatre bas-reliefs de René Hetzel

Date environ 1967
Sculpteur René Hetzel

Quatre reliefs monumentaux de 2,40 x 1,40 m sculptés avant 1967 par René Hetzel ornent les façades arrières et latérales du Théâtre National de Strasbourg (TNS), ancien Conservatoire de Musique et représentent : la Tragédie, la Comédie, la Danse, la Musique.

Malheureusement, par une curieuse ironie du sort, seuls sont actuellement visibles la Danse et la Musique.

La Comédie et la Tragédie, que l'institution idoine est censée prôner et partager, sont en effet occultés pas des bandeaux-annonces souhaitant promouvoir ces deux formes d'art ! (on précisera cependant que des photos qui existaient sur Archi-Wiki montrent que la Tragédie était encore visible en 2012).

Mais comme photos récentes, on ne pourra proposer au visiteur d'Archi-Wiki que les photos des deux reliefs qui sont visibles en ce moment, en espérant que cette situation soit un jour remise en question. On peine en effet à comprendre comment des autorisations ont pu être données, alors qu'elles ont pour conséquence d'occulter durablement les oeuvres d'un artiste aussi notoire que René Hetzel !

Concernant la qualité de ces oeuvres d'art, on partagera encore l'analyse pertinente de Emmanuel Honegger dans son ouvrage sur l'artiste René Hetzel : "Hetzel prend des libertés avec la figuration, les allégories y gagnent un langage plus graphique et plus immédiat. On pourrait presque voir une construction romane, dans l'adéquation du sujet par rapport au cadre. La forme se fait plus conceptuelle, moins charnelle ".2.

Classement Monuments Historiques

Date 29/9/1995

façades et toitures du bâtiment d'origine, avec ses escaliers d'accès sur la place (Classement Monuments Historiques:29 septembre 1995;cet arrêté se substitue à l' arrêté d'inscription du 2 juillet 1992 pour ce qui concerne les parties classées)

Réaménagement du Parvis

Date 1/6/2011
Architecte Ixo Architecture

Les travaux de transformation du parvis, situé avenue de la Marseillaise, devraient commencer cet été pour s'achever en octobre.

Le coût est estimé à 1 000 000 €.

Parvis

Date 7/2011

Début des travaux de transformation.

Rénovation

Date 11/2011
Architecte Ixo Architecture

Suite à une déformation inexpliquée du balcon situé au-dessus de l'entrée principale du bâtiment, en 2009, on installe une protection provisoire (DNA du 3/9/2009).

La réparation définitive vient de commencer.

Les travaux du parvis sont terminés3

Date 23/3/2012
Architecte Ixo Architecture

Les travaux sont terminés.

Les DNA du 23 mars 2012 [archive] nous apprennent que l'ancien revêtement grisâtre en béton datait de 1997.

Le béton a été remplacé par du comblanchien, une pierre originaire du Portugal.

On peut lire à propos de ce revêtement "que pour éviter de le détériorer avec du sel en hiver, un système de sonde a été installé dans le sol pour le maintenir à 4°".

La partie terrasse a été agrandie et permettra au bar d'accueillir 100 personnes au lieu de 60.

Autre nouveauté forte, l'ajout d'un auvent, éclairé dès la nuit tombée.

Rappelons que le parvis est orienté sud, idéal donc pour s'installer en terrasse aux premiers beaux jours. Une fontaine discrète, de type mur d'eau, a été intégrée, côté droit des marches.

Un nouveau local a de plus été ajouté. En inox en bois, il sert de dépendance pour ranger le mobilier du bar et le local poubelles.

Les travaux auront coûté un million d'euros, financés par le Ministère de la Culture.

Autres vues sur cette adresse

Vues prises depuis cette adresse

Références

  1. Strassburg und seine Bauten (Livre) - Architekten- und Ingenieur-Verein für Elsass-Lothringen, Strassburg und seine Bauten, Strasbourg, K. J. Trübner, 1894, p.411 à 417
  2. Emmanuel Honegger: René Hetzel 1902-1972, Carnet de croquis, Le Verger Editeur, 2012, page 53
  3. DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace (journal quotidien)

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
Merci, Roland, mais il ne s'agit pas d'un "article", mais d'un simple courriel au "courrier des lecteurs des DNA". Depuis, j'ai d'ailleurs déchanté, comme je l'ai écrit dans un commentaire ci-dessous. Mais si ma "colère" est retombée, et heureusement !, je n'en reste pas moins dans l'incompréhension la plus totale face à une telle initiative, qui consiste à masquer une oeuvre d'art par un "slogan", même s'il s'appelle "TNS". La communication compte plus que le sens ! Il ne me reste donc plus qu'à écrire à celui qui dirige cette maison...

Roland burckel

24 months ago
Score 0
Voir l'article de Wilfred dans les DNA:http://c.dna...incoherences [archive]

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
Ma prose est finalement parue très vite (dans les DNA du 16 avril, page 41). Plus "soft" que sur notre site, je m'y étonnais quand même que des autorisations aient pu être délivrées. Or, je viens d'avoir l'avis d'un archiviste qui en connaît un bout sur le sujet. Selon lui, point n'est besoin d'une autorisation pour recouvrir la façade d'un immeuble public avec un bandeau-annonce, et encore heureux, a-t-il ajouté... Mais bien entendu, cela ne répond pas à la question s'il est autorisé de recouvrir une oeuvre d'art. Eh bien, à part, disons... la Cathédrale, il semblerait que oui... Donc, en conclusion, vous avez une crèmerie, et vous voulez changer votre enseigne: la demande d'autorisation est obligatoire. Mais recouvrir l'oeuvre d'un artiste, cela ne pose pas de problème. Qu'est-ce que la vérité ? Une chose est sûre, et sur ce point on sera tous d'accord, c'est qu'elle est... relative !

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
J'ai écrit ce matin un courriel pour qu'il paraisse dans le courrier des lecteurs des DNA, qui trouvera peut-être un écho auprès de quelques Strasbourgeois, et bien sûr, je ne sais pas si mon courriel paraîtra, ni quand, mais je me suis dit : si je ne le fais pas, qui le fera ?

Fabien Romary

24 months ago
Score 0

Je partage ton avis. Je serais également curieux de savoir pendant combien de temps le droit d'auteur s'applique - s'il s'applique - après la mort d'un artiste (architecte, sculpteur etc). On a un autre exemple, en ce moment, avec le MAMCS ou l'architecte n'a pas apprécié les carreaux de couleurs et les a fait enlevé. Si le MAMCS ou le public avait pu décider peut être qu'on aurait eu une installation pérenne.

http://www.a...venement7799 [archive]

Dans le cas du TNS si les ayants droits n'ont pas leur mot à dire c'est sans doute au public d'exprimer son mécontentement.

Wilfred HELMLINGER

24 months ago
Score 0
Je suis retourné sur les lieux, et après réflexion, je trouve littéralement scandaleux qu'on ait occulté deux oeuvres d'un artiste notoire et méritoire, et probablement sans demander l'avis des ses descendants, s'il y en a. Mais, nous, citoyens, n'avons-nous pas notre mot à dire ? Quand je pense que nous sommes astreints à attendre 70 ans après la mort d'un architecte pour mettre en ligne ses dessins et plans, et là, sans crier gare, des élites, sorties d'une réunion où les cerveaux ont sans doute enfumé la salle, ont décidé de planter des clous et des banderolles occultant les oeuvres d'un artiste qui y donnait pourtant la pleine expression de ses moyens. Je suis écoeuré !

Aw2mw bot

24 months ago
Score 0
un escalier de secours est en cours de construction coté avenue de la liberté

Aw2mw bot

24 months ago
Score 0
L'ancien lien était brisé sur le site du tns [archive], je l'ai remplacé par le plus ressemblant.

Fabien Romary

24 months ago
Score 0

D'autres sources indique que la pierre de comblanchien est originaire d'une ville bien française en Côte d'Or portant un nom qui ne s'invente pas : Comblanchien [archive] !

Voir les carrières de pierre à Comblanchien (21) [archive]

Aw2mw bot

24 months ago
Score 0
Ancien palais de la Diète d'Alsace-Lorraine:façades et toitures du bâtiment d'origine, avec ses escaliers d'accès sur la place (Classement Monuments Historiques:29 septembre 1995;cet arrêté se substitue à l' arrêté d'inscription du 2 juillet 1992 pour ce qui concerne les parties classées).