Loading...

Difference between revisions of "Adresse:Maison des Têtes (Colmar)"

From Archi-Wiki
(Cent six têtes et masques grotesques.)
Line 25: Line 25:
 
}}
 
}}
  
== Maison des Têtes<ref>{{source|Le patrimoine des communes du Haut Rhin. (Livre)}}</ref> ==
+
== Maison des Têtes==
 
{{Infobox actualité
 
{{Infobox actualité
 
|date = 1609
 
|date = 1609
 
|architecte = Albrecht Schmidt
 
|architecte = Albrecht Schmidt
 
}}
 
}}
Le maître d'oeuvre de la Maison des Têtes est Albert (ou Albrecht) Schmidt <ref name="office">[https://www.tourisme-colmar.com/fr/sites-a-visiter-dans-le-grand-pays-de-colmar/F235008785_maison-des-tetes-colmar Office du tourisme de Colmar, ''Maison des Têtes''] , consulté le 19/12/2018</ref>.
+
'''Historique de la construction'''
  
Entièrement construite en pierre, cette maison caractéristique de la fin de la Renaissance rhénane conserve des traces de l'héritage gothique, comme la disposition dissymétrique du portail et de l' oriel, et les fenêtres placées irrégulièrement. Son constructeur, Anton Burger, un riche marchand, laisse son monogramme au-dessus du portail et ses armoiries au sommet de la façade. La date figure au pignon. Elle fut acquise en 1698 par Baudoin de Launoy, puis par Guillier, "trésorier de l' extraordinaire des guerres" qui la fit restaurer en 1738. Aucun décor ancien n'est conservé dans les intérieurs, qui sont utilisés comme restaurant.
+
Le maître d'oeuvre de la Maison des Têtes est probablement l'architecte Albert (ou Albrecht) Schmidt <ref name="office">[https://www.tourisme-colmar.com/fr/sites-a-visiter-dans-le-grand-pays-de-colmar/F235008785_maison-des-tetes-colmar Office du tourisme de Colmar, ''Maison des Têtes''] , consulté le 19/12/2018</ref>.
  
La façade sur rue comporte un rez-de-chaussée, deux étages-carrés et trois niveaux sur pignon; ces différents étages sont séparés par des bandeaux, placés sous l'appui de fenêtre pour les étages-carrés et au-dessus des linteaux dans le pignon. Sur la droite du rez-de-chaussée, dont les fenêtres ont des piédroits et meneaux pour montant de fond, le portail cintré dans un encadrement rectangulaire est orné de termes, de figures animales et de pointes de diamant. Un oriel de plan rectangulaire, au décor exubérant, occupe le milieu de la façade aux premier et deuxième étages; un garde-corps ajouré en pierre, orné de figures bifides, ferme sa terrasse, accessible depuis le niveau inférieur du pignon. Ses panneaux, ses montants et ses meneaux sont sculptés de têtes humaines, sans fonction autre que décorative. On retrouve de telles têtes sur les montants et meneaux des diverses fenêtres, y compris celle du poche d'entrée. Au nombre de cent six, ces têtes, en grande partie restaurées, ont donné son nom à la maison et, en 1888, à la rue entière. Le pignon aigu, à volutes et ailerons, est couronné par la statue en bronze d' un tonnelier, exécutée en 1902 par Auguste Bartoldi.
+
«''Son constructeur, Anton Burger, un riche marchand, laisse son monogramme au-dessus du portail et ses armoiries au sommet de la façade. La date figure au pignon.''»<ref name="Patrimoine"/>
 +
 +
«''Propriété de Baudoin de Lannoy en 1698, elle appartient ensuite à Guillier "trésorier de l' extraordinaire des guerres de Sélestat" puis à son gendre, l'écuyer Joseph Perrin, seigneur de Rudonne, jusqu'à la Révolution.''»<ref name="agenda2006">{{source|Agenda 2006 de la ville de Colmar (Livre)}}, p 83,
 +
[http://www.colmar.fr/sites/colmar.fr/files/kiosque/pdf/agenda-2006.pdf téléchargeable], consulté le 10/05/2019</ref>
 +
 
 +
'''Descriptif architectural'''
 +
 
 +
«''Entièrement construite en pierre, cette maison caractéristique de la fin de la Renaissance rhénane conserve des traces de l'héritage gothique, comme la disposition dissymétrique du portail et de l' oriel, et les fenêtres placées irrégulièrement.''» <ref name="Patrimoine">{{ source| Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, Flohic Editions, 1998, Tome 1}}, page 214</ref>
 +
 
 +
La façade sur rue comporte un rez-de-chaussée, deux étages-carrés et trois niveaux sur pignon; ces différents étages sont séparés par des bandeaux, placés sous l'appui de fenêtre pour les étages-carrés et au-dessus des linteaux dans le pignon. Sur la droite du rez-de-chaussée, dont les fenêtres ont des piédroits et meneaux pour montant de fond, le portail cintré dans un encadrement rectangulaire est orné de termes, de figures animales et de pointes de diamant. Un oriel de plan rectangulaire, au décor exubérant, occupe le milieu de la façade aux premier et deuxième étages; un garde-corps ajouré en pierre, orné de figures bifides, ferme sa terrasse, accessible depuis le niveau inférieur du pignon. Ses panneaux, ses montants et ses meneaux sont sculptés de têtes humaines, sans fonction autre que décorative. On retrouve de telles têtes sur les montants et meneaux des diverses fenêtres, y compris celle du poche d'entrée. Au nombre de cent six, ces têtes, en grande partie restaurées, ont donné son nom à la maison et, en 1888, à la rue entière.  
 +
 
 +
Le pignon aigu, à volutes et ailerons, est couronné par la statue en bronze d' un tonnelier, exécutée en 1902 par Auguste Bartoldi.
  
 
Les survivances gothiques, type des fenêtres à meneau, trace sans rigueur des divisions et percements, alors qu'on est début du XVIIe siècle, et le foisonnement du décor gratuit font de cette façade une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance; à l'en contre de ce qu'on constate à la maison Pfister, le commanditaire a voulu ici faire montre de son opulence, non de sa culture humaniste.<ref>Alsace Dictionnaire des Monuments Historiques (pages 101 et 102)</ref>
 
Les survivances gothiques, type des fenêtres à meneau, trace sans rigueur des divisions et percements, alors qu'on est début du XVIIe siècle, et le foisonnement du décor gratuit font de cette façade une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance; à l'en contre de ce qu'on constate à la maison Pfister, le commanditaire a voulu ici faire montre de son opulence, non de sa culture humaniste.<ref>Alsace Dictionnaire des Monuments Historiques (pages 101 et 102)</ref>
 +
 +
La Maison des Têtes a été restaurée en 1738. Aucun décor ancien n'est conservé dans les intérieurs, qui sont utilisés comme restaurant.
  
 
<gallery>
 
<gallery>
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 66316.jpg|Photo sans le tonnelier au sommet de la façade
+
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 66316.jpg|photo sans le tonnelier au sommet de la façade
 
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59456.jpg|
 
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59456.jpg|
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59632.jpg|Elévation de la façade en 1881 par Heinrich von Kann [http://opac.bnu.fr/FullBB.csp?WebAction=ShowFullBB&EncodedRequest=*F0*28*D0*81*5B*E9*01*2F*95*0B*F8*99*07*8Cgd&Profile=Default&OpacLanguage=fre&NumberToRetrieve=100&StartValue=7&WebPageNr=1&SearchTerm1=1881.1.720220&SearchT1=&Index1=Tit&SearchMethod=Find_2&ItemNr=7 BNU] de Strasbourg
+
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59632.jpg|élévation de la façade en 1881 par Heinrich von Kann [http://opac.bnu.fr/FullBB.csp?WebAction=ShowFullBB&EncodedRequest=*F0*28*D0*81*5B*E9*01*2F*95*0B*F8*99*07*8Cgd&Profile=Default&OpacLanguage=fre&NumberToRetrieve=100&StartValue=7&WebPageNr=1&SearchTerm1=1881.1.720220&SearchT1=&Index1=Tit&SearchMethod=Find_2&ItemNr=7 BNU] de Strasbourg
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59633.jpg|Perspective de la partie basse de l'oriel par Heinrich von Kann, en 1881 [http://opac.bnu.fr/FullBB.csp?WebAction=ShowFullBB&EncodedRequest=*F0*28*D0*81*5B*E9*01*2F*95*0B*F8*99*07*8Cgd&Profile=Default&OpacLanguage=fre&NumberToRetrieve=100&StartValue=6&WebPageNr=1&SearchTerm1=1881.1.720225&SearchT1=&Index1=Tit&SearchMethod=Find_2&ItemNr=6 BNU] de Strasbourg
+
Fichier:19 rue des Têtes Colmar 59633.jpg|perspective de la partie basse de l'oriel par Heinrich von Kann, en 1881 [http://opac.bnu.fr/FullBB.csp?WebAction=ShowFullBB&EncodedRequest=*F0*28*D0*81*5B*E9*01*2F*95*0B*F8*99*07*8Cgd&Profile=Default&OpacLanguage=fre&NumberToRetrieve=100&StartValue=6&WebPageNr=1&SearchTerm1=1881.1.720225&SearchT1=&Index1=Tit&SearchMethod=Find_2&ItemNr=6 BNU] de Strasbourg
 
</gallery>
 
</gallery>
  
Line 49: Line 62:
 
|date = 1609
 
|date = 1609
 
}}
 
}}
"Le foisonnement du décor de la façade est une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance. Les montants et les meneaux des fenêtres ainsi que les panneaux de l'oriel central sont décorés de 106 têtes grimaçantes, en grande partie restaurées, qui ont donné son nom à la maison dès le XVIIIè siècle, et en 1888, à l'ensemble de la rue."<ref>Agenda 2006 de la Ville de Colmar, page 83.</ref>
+
«Le décor exubérant comporte plus d'une centaine de mascarons, pignons à volutes et ailerons.<ref name="Patrimoine"/>
 +
 +
«''Le foisonnement du décor de la façade est une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance. Les montants et les meneaux des fenêtres ainsi que les panneaux de l'oriel central sont décorés de 106 têtes grimaçantes, en grande partie restaurées, qui ont donné son nom à la maison dès le XVIIIè siècle, et en 1888, à l'ensemble de la rue.''»<ref name="agenda2006"/>
  
Les photos "des têtes" sont présentées par niveau. L'oriel est à deux étages surmontés d'un balcon.
+
Dans cet article, les photos "des têtes" sont présentées par niveau. L'oriel est à deux étages surmontés d'un balcon.
 
Les photos sont ordonnées selon une lecture allant de gauche à droite.
 
Les photos sont ordonnées selon une lecture allant de gauche à droite.
  

Revision as of 20:47, 10 May 2019

19 rue des Têtes

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1609
Architecte Albrecht Schmidt
Structure Immeuble
Courant architectural renaissance

Date de restauration 2012

Classement Monument Historique 6/12/1898
Consultez les 8 actualités de l'adresse


Maison des Têtes

Date 1609
Architecte Albrecht Schmidt

Historique de la construction

Le maître d'oeuvre de la Maison des Têtes est probablement l'architecte Albert (ou Albrecht) Schmidt 1.

«Son constructeur, Anton Burger, un riche marchand, laisse son monogramme au-dessus du portail et ses armoiries au sommet de la façade. La date figure au pignon.»2

«Propriété de Baudoin de Lannoy en 1698, elle appartient ensuite à Guillier "trésorier de l' extraordinaire des guerres de Sélestat" puis à son gendre, l'écuyer Joseph Perrin, seigneur de Rudonne, jusqu'à la Révolution.»3

Descriptif architectural

«Entièrement construite en pierre, cette maison caractéristique de la fin de la Renaissance rhénane conserve des traces de l'héritage gothique, comme la disposition dissymétrique du portail et de l' oriel, et les fenêtres placées irrégulièrement.» 2

La façade sur rue comporte un rez-de-chaussée, deux étages-carrés et trois niveaux sur pignon; ces différents étages sont séparés par des bandeaux, placés sous l'appui de fenêtre pour les étages-carrés et au-dessus des linteaux dans le pignon. Sur la droite du rez-de-chaussée, dont les fenêtres ont des piédroits et meneaux pour montant de fond, le portail cintré dans un encadrement rectangulaire est orné de termes, de figures animales et de pointes de diamant. Un oriel de plan rectangulaire, au décor exubérant, occupe le milieu de la façade aux premier et deuxième étages; un garde-corps ajouré en pierre, orné de figures bifides, ferme sa terrasse, accessible depuis le niveau inférieur du pignon. Ses panneaux, ses montants et ses meneaux sont sculptés de têtes humaines, sans fonction autre que décorative. On retrouve de telles têtes sur les montants et meneaux des diverses fenêtres, y compris celle du poche d'entrée. Au nombre de cent six, ces têtes, en grande partie restaurées, ont donné son nom à la maison et, en 1888, à la rue entière.

Le pignon aigu, à volutes et ailerons, est couronné par la statue en bronze d' un tonnelier, exécutée en 1902 par Auguste Bartoldi.

Les survivances gothiques, type des fenêtres à meneau, trace sans rigueur des divisions et percements, alors qu'on est début du XVIIe siècle, et le foisonnement du décor gratuit font de cette façade une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance; à l'en contre de ce qu'on constate à la maison Pfister, le commanditaire a voulu ici faire montre de son opulence, non de sa culture humaniste.4

La Maison des Têtes a été restaurée en 1738. Aucun décor ancien n'est conservé dans les intérieurs, qui sont utilisés comme restaurant.

Cent six têtes et masques grotesques.

Date 1609

«Le décor exubérant comporte plus d'une centaine de mascarons, pignons à volutes et ailerons.2

«Le foisonnement du décor de la façade est une oeuvre de sculpteur plutôt que d'architecte de la Renaissance. Les montants et les meneaux des fenêtres ainsi que les panneaux de l'oriel central sont décorés de 106 têtes grimaçantes, en grande partie restaurées, qui ont donné son nom à la maison dès le XVIIIè siècle, et en 1888, à l'ensemble de la rue.»3

Dans cet article, les photos "des têtes" sont présentées par niveau. L'oriel est à deux étages surmontés d'un balcon. Les photos sont ordonnées selon une lecture allant de gauche à droite.

Rez-de-chaussée

Porche donnant sur la cour

Suite de la présentation des têtes par niveau dans Actualités.

Références

  1. Office du tourisme de Colmar, Maison des Têtes [archive] , consulté le 19/12/2018
  2. a, b et c Le patrimoine des communes du Haut-Rhin, Flohic Editions, 1998, Tome 1, page 214
  3. a et b Agenda 2006 de la ville de Colmar (Livre), p 83, téléchargeable [archive], consulté le 10/05/2019
  4. Alsace Dictionnaire des Monuments Historiques (pages 101 et 102)

Sources

- Texte figurant dans la vitrine du Musée Bartholdi à Colmar pour la présentation d'une maquette (lu en septembre 2015).

- CDDP haut Rhin dossier documentaire et pédagogique sur les oeuvres d'Auguste Bartholdi [archive], consulté sur internet le 30/06/2016.

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jocelyne

one month ago
Score 0
Si on compte les têtes et autres représentations, le total est 126.

Jocelyne

7 months ago
Score 0

Je reprends la rédaction de cette fiche.C'est un gros travail et j'essaye de présenter les têtes, 106, si j'ai réussi à les photographier toutes, ce qui n'est pas certain...

Il me faudra du temps et je vous remercie de votre compréhension pour une fiche "en chantier".

Jocelyne BOES

27 months ago
Score 0
La statue est de petite taille compte tenu de son installation sur le pignon de la Maison des Têtes.