Loading...

Difference between revisions of "Adresse:Eglise Saint Guillaume (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
m (Restauration de l’église)
m (Extérieur)
 
Line 60: Line 60:
 
=== Extérieur ===
 
=== Extérieur ===
  
"Selon la tradition, l'église a été fondée par Heinrich de Mullenheim, riche noble strasbourgeois, revenu indemne de la croisade en Terre Sainte, aurait entrepris d' édifier un couvent à la "Crutenowe" pour y installer des moines guillemites. Terminée vers 1307, elle est rapidement confiée à l'ordre mendiant des Moines de Saint-Guillaume (Guillemites ou Wilhelmites), qui ont leur couvent à côté. Architecturalement, l'édifice, tout en brique, en épouse l'idéal d'austérité. Seul un long chœur, où les moines se réunissaient, trahit sa fonction conventuelle. Mais il est vrai, qu'alors l'église était "hors les murs", dans le secteur marécageux et peu exploité de la Krutenau. La proximité du port et des quais font que les bateliers choisissent Saint-Guillaume pour paroisse. Elle l'est encore aujourd'hui, comme en témoigne, à la pointe du clocher, l'ancre sur laquelle est fiché le coq. Le plan, et plus globalement l'édifice, ont peu changé depuis cette époque. Mais une transformation notable s'effectue en 1667 : on réunit les trois pignons qui constituaient la façade (les petites fenêtres triangulaires en marquent les pointes) en un seul, qu'on couvre d'un véritable clocher, remplaçant un vieux clocheton situé plus avant. Mais l'ancien porche épousait la rue. Ainsi, son plan trapézoïdal, continué en façade, aboutit à un clocher problématique. On voit la solution adoptée par le maître charpentier : il penche !
+
"Selon la tradition, l'église a été fondée par Heinrich de Mullenheim, riche noble strasbourgeois. Revenu indemne de la croisade en Terre Sainte, il aurait entrepris d' édifier un couvent à la "Crutenowe" pour y installer des moines guillemites. Terminée vers 1307, elle est rapidement confiée à l'ordre mendiant des Moines de Saint-Guillaume (Guillemites ou Wilhelmites), qui ont leur couvent à côté. Architecturalement, l'édifice, tout en brique, en épouse l'idéal d'austérité. Seul un long chœur, où les moines se réunissaient, trahit sa fonction conventuelle. Mais il est vrai, qu'alors l'église était "hors les murs", dans le secteur marécageux et peu exploité de la Krutenau. La proximité du port et des quais font que les bateliers choisissent Saint-Guillaume pour paroisse. Elle l'est encore aujourd'hui, comme en témoigne, à la pointe du clocher, l'ancre sur laquelle est fiché le coq. Le plan, et plus globalement l'édifice, ont peu changé depuis cette époque. Mais une transformation notable s'effectue en 1667 : on réunit les trois pignons qui constituaient la façade (les petites fenêtres triangulaires en marquent les pointes) en un seul, qu'on couvre d'un véritable clocher, remplaçant un vieux clocheton situé plus avant. Mais l'ancien porche épousait la rue. Ainsi, son plan trapézoïdal, continué en façade, aboutit à un clocher problématique. On voit la solution adoptée par le maître charpentier : il penche !
  
 
=== Intérieur ===
 
=== Intérieur ===

Latest revision as of 19:00, 26 April 2020

1 rue Munch (Strasbourg)

Image principale
"2018-04-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
"2018-04-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1307
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)

Date de transformation 1485
Courant architectural gothique

Date de transformation 1488

Date de transformation 1667

Date de rénovation 1978

Date de rénovation 04/2018 à 2019
Architecte  Joëlle Leoni
Agence d'architecture  D’AR JHIL

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 30/12/1985
Consultez les 17 actualités de l'adresse


Eglise Saint Guillaume1,2

Date 1307

La grande originalité de cette modeste église, à l'origine pour les "pêcheurs du quartier et les bateliers" est son clocher totalement asymétrique.

Voici ci-dessous le texte intégral d'une excellente synthèse sur l'histoire et l'architecture de Saint-Guillaume, due à Julien Louis, à qui nous présentons ici nos plus vifs remerciements.

Extérieur

"Selon la tradition, l'église a été fondée par Heinrich de Mullenheim, riche noble strasbourgeois. Revenu indemne de la croisade en Terre Sainte, il aurait entrepris d' édifier un couvent à la "Crutenowe" pour y installer des moines guillemites. Terminée vers 1307, elle est rapidement confiée à l'ordre mendiant des Moines de Saint-Guillaume (Guillemites ou Wilhelmites), qui ont leur couvent à côté. Architecturalement, l'édifice, tout en brique, en épouse l'idéal d'austérité. Seul un long chœur, où les moines se réunissaient, trahit sa fonction conventuelle. Mais il est vrai, qu'alors l'église était "hors les murs", dans le secteur marécageux et peu exploité de la Krutenau. La proximité du port et des quais font que les bateliers choisissent Saint-Guillaume pour paroisse. Elle l'est encore aujourd'hui, comme en témoigne, à la pointe du clocher, l'ancre sur laquelle est fiché le coq. Le plan, et plus globalement l'édifice, ont peu changé depuis cette époque. Mais une transformation notable s'effectue en 1667 : on réunit les trois pignons qui constituaient la façade (les petites fenêtres triangulaires en marquent les pointes) en un seul, qu'on couvre d'un véritable clocher, remplaçant un vieux clocheton situé plus avant. Mais l'ancien porche épousait la rue. Ainsi, son plan trapézoïdal, continué en façade, aboutit à un clocher problématique. On voit la solution adoptée par le maître charpentier : il penche !

Intérieur

Dans la sacristie ont été regroupés quelques objets intéressants. Immédiatement à gauche, une gravure représente la façade de l'église avant 1667. Sur le mur de droite, un tableau, réalisé par un paroissien, donne une vue intérieure de Saint-Guillaume, tel qu'il était à l'époque, du XVIIIème s. On peine à y reconnaître le jubé, entièrement peint, et les tribunes, couvertes de tableaux. Enfin, à gauche, à côté de l'ancien coq du clocher, une inscription dans la pierre, dernière trace des bâtiments du couvent, réalisés en 1502. On y lit ce proverbe flatteur : "Wolt ich arbeiten, ich wer ein Wilhelmer worde" (Si j'avais voulu travailler, je me serais fait moine de Saint-Guillaume).

Dans la nef, au sud, sont installés d'autres témoins funéraires : deux enfeus de la fin du XVème s. Celui situé à l'ouest est le plus soigné, avec notamment son petit chien, symbole de fidélité. Il est parfois attribué à Hans Hammer, architecte et sculpteur à la cathédrale (chaire de Geiler). C'est à cette époque que se prépare un bouleversement dans la vie strasbourgeoise. Après une période de décadence, où les moines oublient leurs devoirs, la vie monastique est redressée dans un vaste mouvement moralisant. A son comble, il prépare le peuple et certains édiles à l'arrivée de la Réforme.

Dès 1524, les bateliers réclament un prédicateur évangéliste. Mais Saint-Guillaume dépend du très catholique chapitre de Saint-Etienne, et ce n'est qu'en 1534 qu'est célébrée la première cérémonie protestante à Saint-Guillaume.

Dès lors, et malgré les vicissitudes, l'église est définitivement consacrée à la foi protestante.

En 1533, le couvent est fermé, et aménagé pour servir d' "internat" au prestigieux "Gymnase", ancêtre de l'actuelle université, où enseignent Martin Bucer et Jean Calvin.

Le collège Saint Guillaume fut ensuite déplacé au couvent des Dominicains en 1660. En 1860 les étudiants furent transférés à Saint Thomas.

L'église, les premiers et graves troubles passés, s'aménage. En 1589, les tribunes sont construites pour accueillir la foule, avec leurs anges sculptés.

En 1656, le jubé est reculé : dans l'espace libéré sont aussitôt placés la chaire et l'autel. . L'autel, lui, a été remplacé en 1767 ; tout en pierre, il adopte les canons du style Louis XV. Autour, une grille de 1803 remplace celle fondue lors du pillage de 1793.

En 1728, les orgues sont complètement refaites par un membre d'une prestigieuse dynastie de facteurs, André Silbermann.

En 1897 lors de la rénovation de l' église, on recule l' orgue vers l' arrière du chœur.

La tuyauterie n'est plus d'origine, mais le buffet à trois tourelles semi-circulaire aux couronnements et ailes très ouvragés, de même que ceux du positif de dos (postiche) suspendu à la balustrade du jubé; témoigne toujours de son art.

En 1987, Yves Koenig a construit un instrument entièrement neuf selon l'esthétique de Gottfried Silbermann. Autour de l' instrument remanié, l' église s' est forgé une tradition dans l' exécution des grandes œuvres de musique religieuse où domine la figure de J.S. Bach C'est encore au XVIIème s. que l'église se couvre de tableaux.

Aujourd'hui, après une campagne de restauration dans les années 1980, l'église a retrouvé son faste. Elle peut ainsi servir de cadre aux activités musicales du prestigieux Chœur de Saint-Guillaume, fondé par Ernest Münch en 1885."3.

Le double tombeau des frères de Werd

Date 1344
Sculpteur  Woelflin de Rouffach

Derrière le jubé de l'église Saint Guillaume, une salle abrite une oeuvre assez exceptionnelle : il s'agit du double tombeau des frères de Werd, représentés sous la forme de deux gisants, chef d'oeuvre dû au ciseau du sculpteur Woelflin de Rouffach.

Sur la dalle déposée à même le sol se trouve le gisant de Philippe de Werd, landgrave d'Alsace et chanoine du grand Chapitre de la cathédrale de Strasbourg, mort en 1332. Il est représenté en habit ecclésiastique, les mains jointes, la tête posée sur un coussin soutenu par deux colombes, les pieds posés sur un petit chien.

Deux lions assis portent la dalle de la partie supérieure, sur laquelle est étendu le gisant d'Ulrich de Werd, avant-dernier landgrave de cette famille, mort le 16 septembre 1344. Il est étendu droit sur la dalle, la tête appuyée sur son heaume et les pieds posés haut sur deux lionceaux. A sa droite sont déposés l'épée et les gantelets d'écaille. On peut déchiffrer, le long de l'épée, la signature de l'artiste qui exécuta cette oeuvre majeure : "Meister Wolvelin von Rufach ein Burger zu Strasburg der het dis werk gemacht"

Jubé

Date 1485

Barrant le choeur en son milieu, le jubé date de 1485. Initialement, il séparait le choeur des moines de la nef des fidèles. Devenu inutile, il fut reculé en 1656, mais tronqué aux côtés (on voit encore le départ des travées détruites), constituant ainsi, derrière, une chapelle. En 1964, il fut avancé à sa place actuelle pour agrandir l'espace des chanteurs, au-dessus. En passant dessous, admirez les clefs de voûte sculptées : au centre, Dieu le Père et les symboles des quatre Evangélistes ; à droite, la Vierge à l'enfant : à gauche, un ange avec les instruments de la Passion. Dans la chapelle on a groupé les épitaphes des plus nobles donateurs de l'église qui, initialement, tapissaient le sol même du choeur. Mais le tombeau le plus impressionnant est celui des comtes de Werd. Situé dans un enfeu où se devinent encore les traces d'une Dormition de la Vierge, il adopte une forme exceptionnelle double. Ces deux frères étaient comtes d'Alsace. En dessous, Philippe, mort en 1332, en tenue de chanoine de la cathédrale. Au dessus, Ulrich, mort en 1344, représenté avec un attirail militaire très détaillé. Le long du fourreau, le sculpteur a signé : "Meister Wolvelin von Rufach" (Maître Woelflin de Rouffach). Au fond, un relief représente le moment où saint Guillaume renonce à sa vie de soldat pour l'idéal monacal : laissant derrière lui son cheval et son armure, il se fait riveter sa cotte de maille sur le corps, en signe de pénitence. On pense que le monastère représenté est celui de Saint-Guillaume même. Cette sculpture, en châtaignier, repeinte au XIXème s,est datée du début du XVème s., . dans lequel l'officiant catholique venait laver les objets du culte. Fait particulier, il est pourvu d'un double écoulement3.

porche

Date 1488

A part dans l'édifice, le porche, entrée de l'église, a été embelli en 1488, dans le même temps que les vitraux et le jubé. Des statues qui l'ornaient, il n'en reste que les dais et les consoles. Sur ces dernières on peut voir des représentations assez mal identifiées. C'est la seule partie de l'édifice couverte d'ogives : sur les clefs, le soleil, la lune et les étoiles3.

Clocher

Date 1667

En 1667, la toiture est modifiée de façon spectaculaire. La tâche fut confiée à Philippe Schermann, charpentier de métier, qui réalisa le clocher asymétrique que l'on connait. Ce clocher singulier valut au pauvre Schermann d'être condamné à la bastonnade.4

Monument Historique5

Date 30/12/1985

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques le 30 décembre 1985

Eglise y compris le jubé et les vitraux figurés de la Tribune, de la nef et du choeur (cad. 29 40) : inscription par arrêté du 30 décembre 1985

Rénovation

Date 4/2018

Les travaux de rénovation viennent de commencer.

Voir les dernières Actualités

Restauration de l’église

Date 01/2019

La première phase du chantier de rénovation de l’église, qui avait démarré au printemps 2018, se termine en ce mois de janvier 2019.

Parmi les mauvaises surprises : les enduits extérieurs devront être repris et il faudra trouver une solution pour le drainage des eaux de pluie.

La chapelle devrait être livrée d’ici le mois de juin, et la deuxième tranche pourrait démarrer à l’automne6.

On apprend aussi que deux vitraux datant des XIVe et XVe siècles ont été déposés et restaurés par l’atelier Parot.

Références

  1. Dictionnaire_des_Monuments_Historiques_d'Alsace_(Livre), p. 455 à 457
  2. Eglises_de_Strasbourg_(Livre), Suzanne Braun et Jacque Hampé 2002, p.123 à 131
  3. a, b et c Julien LOUIS : L'église protestante Saint-Guillaume de Strasbourg, histoire et architecture , dépliant d'information à la disposition des visiteurs de l'église St-Guillaume, 1999
  4. Strasbourg secret, p. 108
  5. Mérimée [archive]
  6. Article de Valérie Walch, dans les DNA du 19/01/2019, pagr 39 : https://c.dna.fr/edition-de-strasbourg/2019/01/18/premieres-surprises [archive], consulté le 25/01/2019

Sources

  • Plaquette anonyme sur l'église, saep, Colmar-Ingersheim, 1969
  • Suzanne Braun : Eglises de Strasbourg, éd. Oberlin Strasbourg, 2002, page 129
  • Victor Beyer, in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne n° 40, page 4286

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Wilfred HELMLINGER

2 months ago
Score 0

Bonne question, mais actuellement il est très difficile d'y répondre. Personnellement, je l'ai déjà visitée, en dehors de toute cérémonie cultuelle ou culturelle, mais le mieux, à mon avis, c'est de se renseigner à la source, en téléphonant (si ça répond, car à ma connaissance, l'excellent pasteur Christophe Kocher, vient d'être muté. Mais il doit bien y avoir quelqu'un qui le remplace...).

Une autre solution serait de trouver son site sur internet, où vous dénicherez sans doute des renseignements, car c'est une église très ouverte sur le monde, ainsi que sur les questions éthiques et de société.

Jmoreau47

2 months ago
Score 0

Bonjour, Est-ce que cette église se visite ?

Bonne journée et prenez soin de vous !!!

Wilfred HELMLINGER

2 months ago
Score 0
Merci Baptiste, pour l'ajout de la jolie photo bleutée de décembre 2019. Du coup, j'ai aussi rendu visible la photo de décembre 2018 où l'on voit les barrages de sécurité du Marché de Noël, et qui m'avait servi de photo principale (où les barrages ne sont heureusement pas visibles !). J'ai également réparti les légendes du poème de Redslob sur les trois photos de Fabien. J'aime beaucoup cette église qui a vaillamment traversé les siècles !

Fabien Romary

34 months ago
Score 0
J'ai supprimé l'événement "Vue après 1870". Il s'agissait peut être de photo "vue vue" qui ont été repositionné ou d'une erreur car l'événement était manifestement sans objet.

Wilfred HELMLINGER

34 months ago
Score 0
Quelqu'un sait-il de quand date et à quoi servait le petit pavillon à colombages sur lequel se concentre l'événement que j'ai intitulé "Quatre photos" (1988). A ce propos, je signale en passant, l'existence d'un événement intitulé "Vue après 1870", qui est dénué de contenu. Peut-être un oubli ?

Aw2mw bot

34 months ago
Score 0
L'ancre au sommet du clocher de l'église donna son nom à la fameuse bière "Ancre" brassée par la Brasserie de l'Espérance (Heineken). Symbole d'espoir pour les bateliers elle donna également son nom à la brasserie.

Fabien Romary

34 months ago
Score 0
Les trésors de l'église saint Guillaume sont a découvrir tout l'été, les samedi de 14h à 17h30. Profitez-en l'église est rarement ouverte.1

Wilfred HELMLINGER

34 months ago
Score 0
Je voudrais ici dire en toute simplicité tout le bien que je pense de cette notice, avec en entrée, les admirables photo de Fabien, avec la phrase si poétique de Redslob ! Superbe ! Mon lien avec cette église est double, puisque j'y ai été baptisé trois mois après ma naisance, et qu'elle est l'église de mes nombreux ancêtres pêcheurs et bateliers depuis la Réforme (et avant aussi bien sûr!)

Aw2mw bot

34 months ago
Score 0
In der Kunstgeschichte ist diese Kirche berühmt wegen der Glasfenster des hemmel von Andlau. Vor Jahren haben wir vor verschlossenen Türen gestanden - und auch auf diesen Lnternet-Seiten können wir sie nicht sehen...

Wilfred HELMLINGER

34 months ago
Score 0
Il n'y a pas, à ma connaissance, de vitrail représentant Calvin à St-Guillaume. Ses vitraux datent pour la plupart d'avant la Réforme protestante. De plus elle est, depuis lors, une église luthérienne !

Aw2mw bot

34 months ago
Score 0

Hallo,

haben Sie ein Foto von einem Calvin Fenster? (vitrail avec le reformateur Jean Calvin)

Jochen Desel

Aw2mw bot

34 months ago
Score 0

Un lien vers votre site personnel concernant L'Eglise Saint Guillaume a été ajouté sur le site de voyageurs trivago http://www.t...199394/liens [archive]

. Il est possible de s’y inscrire pour pouvoir laisser une opinion sur ce lieu, ou un tas d’autres (hotels, restaurants, attractions diverses) et ainsi faire partager son expérience tout en gagnant quelques euros pourquoi pas?