Open main menu

Archi-Wiki β

Eglise Saint Aloïse (Strasbourg)

2 Place Saint Aloïse

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1886 à 1887
Architecte Jean Geoffroy Conrath
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)
Courant architectural néo-roman
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Eglise Saint Aloïse

Date 1886 à 1887
Architecte Jean Geoffroy Conrath

L’église catholique Saint-Aloïse, située au centre de l’agglomération du Neudorf, a été construite de 1886 à 1887 sur les plans de l’architecte de la ville Jean-Geoffroy Conrath, qui lui a donné un plan basilical, avec une tour surmontant la façade du bras sud du transept, ce qui crée une façade imposante visible depuis la route du Polygone1. On notera que le presbytère se trouve juste à côté de l’église.

Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg consacre une vraie petite notice à cette église : "Depuis 1845, il existait une chapelle installée dans une maison de l'actuelle rue de la Chapelle. Pour répondre à l'augmentation rapide de la population, il fallut construire une vaste église. L'architecte de la Ville, Jean-Geoffroy Conrath, établit un plan assez curieux réalisé en style néo-roman de 1886 à 1887. A une triple nef sur colonnes succède un transept à chevet polygonal surmonté du clocher. Le choeur polygonal est de nouveau dans l'axe du vaisseau. La Piétà en bois et le calvaire à côté de l'église datent du XVIIIéme s.2.

Par ailleurs, dans une étude sur la construction d’édifices religieux à Strasbourg au 19e s. et au début du 20e s., Wolfgang Brönner précise qu’à la différence du Temple Neuf construit entre 1874 et 1877, l’église Saint-Aloïse "respecte entièrement le schéma basilical tel qu’il avait été proposé par Charles Questel en 1835-1849 à Saint-Paul de Nîmes, première église néo-romane en France". L’influence française est donc évidente. Mais selon l’auteur, une influence allemande est cependant perceptible également dans la conception et la construction de l’église Saint-Aloïse 3.

Concernant l’élévation extérieure, on peut encore dire que « la façade principale à pignon est percée d'un portique à deux ventaux et surmontée d'un triplet de baie. Les bas cotés sont également percés d'un portique à deux ventaux.

Les murs longitudinaux sont percés de baies en plein cintre.

La tour-clocher sur le transept est percée d'un portique en plein cintre à deux ventaux surmontée d'une baie en plein cintre. La partie haute du clocher est percée de baies munie d'abat-sons. L'édifice est couvert d'une toiture à deux pans »4.

Intérieur de l’église

Date 9/2011

On trouvera ci-dessous quelques photos de l’intérieur de l’église, mais pour voir davantage de photos, on se rendra sur le site du Petit Patrimoine, où on trouve en particulier de belles photos de la Piéta. On apprend également grâce à ce site que les vitraux de 1954 sont issus des ateliers Ott Frères de Strasbourg5.

D’une manière générale, « si les façades extérieures sont austères, l’intérieur, lumineux, est habillé en pierre de taille en grès rose. Les espaces au-dessus des arcades des bas-côtés reçoivent des peintures de Carola Sorg ».

L’intérieur est par ailleurs « richement meublé. Le baldaquin aux colonnes torses et le maître autel, ainsi que les lambris du chœur sont signés par Théophile Klem, de Colmar, le plus célèbre fabricant de mobilier religieux alsacien de son temps. L’artiste s’est inspiré du style « romano-byzantin » alors en vogue »1.

On y trouve aussi une statue de la Vierge de Pitié (Piéta). Cette statue, d’une facture populaire, se trouvait auparavant dans l’église Saint-Louis de la Citadelle de Strasbourg qui fut détruite durant le siège de 1870. Dans un premier temps conservée chez un particulier, la statue a ensuite trouvé une place dans cette église depuis le 16 novembre 18876.

Enfin, « l’orgue achevé en 1880 est dû à Koulen, facteur d’orgues installé à Oppenau7 et qui ouvre un important atelier à Strasbourg ; il installe dans cet instrument un procédé de transmission pneumatique d’une conception nouvelle. L’instrument actuel est reconstruit par J.G.Koenig, de Sarre-Union, en 1966 » 1. .

Calvaire

Date environ 1750

On trouvera ci-dessous deux belles photos du calvaire, datant de 2009.

Références

  1. a, b et c Benoît Jordan, in "Neudorf, nouveau village, nouvelle ville", éd. des Archives de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg, page 121
  2. Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, édition 2002, pages 291 et 292
  3. Metacult : Strasbourg, Lieu d’échanges culturels entre France et Allemagne, Architecture et urbanisme de 1830 à 1940, Deutscher Kunstverlag, 2018, pages 171 (texte en français) et 182 à 187 (photos de l’église et beaux dessins d’archive de Jean Geoffroy Conrath )
  4. Observatoire du Patrimoine religieux : http://www.patrimoine-religieux.fr/eglises_edifices/67-Bas-Rhin/67482-Strasbourg/174329-EgliseSaint-AloysedeNeudorf [archive], consulté le 01/05/2019
  5. Site Petit Patrimoine : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=67482_208 [archive], consulté le 01/05/2019
  6. Article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Aloyse_de_Strasbourg [archive], consulté le 01/05/2019
  7. Heinrich Koulen en Alsace : http://decouverte.orgue.free.fr/facteurs/koulen.htm [archive], consulté le 03/05/2019