Loading...

Difference between revisions of "Adresse:Eglise Saint-Bernard (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
(Eglise Saint-Bernard[1])
 
Line 26: Line 26:
  
 
== Eglise Saint-Bernard<ref>{{source|Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque)}} - Cote 934W153</ref> ==
 
== Eglise Saint-Bernard<ref>{{source|Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque)}} - Cote 934W153</ref> ==
[[Fichier:Eglise Saint-Bernard, courrier de Joseph Schwab.jpg|vignette]]
 
 
{{Infobox actualité
 
{{Infobox actualité
 
|date = 1960 à 1962
 
|date = 1960 à 1962
 
|architecte = Joseph  Schwab (fils);Jean Monsérat
 
|architecte = Joseph  Schwab (fils);Jean Monsérat
 
}}
 
}}
Cet édifice de plan circulaire avec un campanile octogonal a été construit entre 1960 et1962 d’après les plans des architectes Jean Monsérat et Joseph Schwab.
+
Cet édifice de plan circulaire avec un campanile octogonal a été construit entre 1960 et1962 d’après les plans de l'architecte Jean Monsérat, l'architecte DETP Joseph Schwab ayant cependant signé conjointement le projet avec J. Monsérat.  
  
 
Les premiers projets sont évidemment bien antérieurs : on trouve dans le dossier des dessins datés de 1957. L'autorisation de construire a été donnée le 11.6.1959.
 
Les premiers projets sont évidemment bien antérieurs : on trouve dans le dossier des dessins datés de 1957. L'autorisation de construire a été donnée le 11.6.1959.
Line 43: Line 42:
 
- Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 187,
 
- Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 187,
  
- Les Quartie des XV et l’Orangerie, éd. Oberlin, 1985, page 74
+
- Les Quartier des XV et l’Orangerie, éd. Oberlin, 1985, page 74
  
 
- Site : [http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=67482_107 Petit Patrimoine], consulté le 16/12/2016
 
- Site : [http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=67482_107 Petit Patrimoine], consulté le 16/12/2016
Line 58: Line 57:
 
Fichier:4 Boulevard Jean-Sébastien Bach Strasbourg 71616.jpg|Pierre avec la date 1960 marquant le début du chantier de construction
 
Fichier:4 Boulevard Jean-Sébastien Bach Strasbourg 71616.jpg|Pierre avec la date 1960 marquant le début du chantier de construction
 
Fichier:4 Boulevard Jean-Sébastien Bach Strasbourg 71617.jpg|Banderolle provisoire apposée pour le temps de Noël
 
Fichier:4 Boulevard Jean-Sébastien Bach Strasbourg 71617.jpg|Banderolle provisoire apposée pour le temps de Noël
 +
Fichier:Eglise Saint-Bernard, courrier de Joseph Schwab.jpg|Document d'archive : courrier de l'architecte Joseph, Schwab,  d'où il ressort que les plans de l'église ont été dessinés par J. Monsérat
 
</gallery>
 
</gallery>
 
== Les vitraux ==
 
== Les vitraux ==

Latest revision as of 13:39, 24 January 2020

4 Boulevard Jean-Sébastien Bach

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1960 à 1962
Architecte Joseph Schwab (fils)
Jean Monsérat
Structure Lieu de culte (église, temple, synagogue, mosquée)

Date de construction 1967 à 1977
Verrier d'art Ernest Werlé
Tristan Ruhlmann
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Eglise Saint-Bernard1

Date 1960 à 1962
Architecte Joseph Schwab (fils)
Jean Monsérat

Cet édifice de plan circulaire avec un campanile octogonal a été construit entre 1960 et1962 d’après les plans de l'architecte Jean Monsérat, l'architecte DETP Joseph Schwab ayant cependant signé conjointement le projet avec J. Monsérat.

Les premiers projets sont évidemment bien antérieurs : on trouve dans le dossier des dessins datés de 1957. L'autorisation de construire a été donnée le 11.6.1959.

La première pierre a sans doute été posée en 1960, car on trouve cette date gravée sur une pierre proche de l’entrée de l’église. Selon un source livresque, le premier coup de pioche pour l’ensemble paroissial a d'ailleurs été donné par Monseigneur Billing le 29 mai 1960.

L'entreprise de constructions est l’entreprise Zimmer et Cie, de Strasbourg.

Sources (autres que le dossier de la Police du bâtiment) :

- Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, page 187,

- Les Quartier des XV et l’Orangerie, éd. Oberlin, 1985, page 74

- Site : Petit Patrimoine [archive], consulté le 16/12/2016

Les vitraux

Date 1967 à 1977
Verrier d'art Ernest Werlé
Tristan Ruhlmann

C’est Ernest Werlé qui est l’auteur des vitraux non figuratifs qui équipent les vastes baies concaves ornant les parties élevées des côtés de l’église (côtés nord et sud), mais aussi la partie élevée au-dessus de l’entrée de l’édifice (côté ouest).

Ces vitraux apportent une atmosphère lumineuse, empreinte de gravité et de profondeur à la grande nef. On lit sur l’un d’eux la signature « P. Potet », qui correspond sans doute à un autre artiste. On devine par ailleurs la date 1977, sans pouvoir cependant confirmer si elle correspond également à la date de la pose des vitraux.

Les chapelles latérales sont décorées par des vitraux figuratifs de dimension plus habituelle créés en 1967 par le maître verrier Tristan Ruhlmann. Ils illustrent des scènes du Nouveau Testament : le baptême du Christ, la Pentecôte, la parabole de la poutre dans l'oeil et la parabole du fils prodigue.

Source :

Site Petit Patrimoine [archive], consulté le 16/12/2016

Intérieur de l'eglise

Date 2011

L'intérieur de l'église est surtout marqué par sa vaste nef ronde éclairée par de grandes baies concaves équipées de vitraux en dalles de verre colorés d’Ernest Werlé, auquel on doit aussi les scènes du chemin de croix.

On peut voir aussi dans des sortes de niches une petite statue classique de saint Bernard, une statue moderne de la Vierge à l’Enfant et une statue de saint Antoine de Padoue.

Mais le regard est surtout attiré par la sculpture en bois d’un Christ au-dessus de l’autel. La lecture de cette œuvre moderne, dont l’auteur n’est pas connu, semble volontairement ouverte à plusieurs interprétations qui s’articulent les unes avec les autres.

La croix évoque bien sûr la crucifixion, mais le Christ n’est pas cloué sur la croix, ses bras et ses mains indemnes s’élèvent comme pour bénir. Sa position évoque même une élévation qui pourrait être une allusion à l’Ascension.

En somme, la sculpture peut se lire à travers le temps : le Christ enseigne, bénit, il a été crucifié, il est mort et ressuscité, il retourne auprès de son Père dans les Cieux.

Source :

Site Petit Patrimoine [archive], consulté le 16/12/2016

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Claude Schwarz

30 months ago
Score 0
Les vitraux sont de Tristan Ruhlmann, artiste-verrier qui s'est fait une spécialité du travail verre et béton notamment à Haguenau et Schweighouse et souvent en collaboration avec l'architecte haguenauvien Alfred Guillier.