Loading...

Difference between revisions of "Adresse:57 Rue du Faubourg de Pierre (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
(Construction{{source|Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque)}} – Cotes 789W200 (jusqu’en 1875) et 789W197 (à partir de 1875))
m
 
Line 13: Line 13:
 
|structure1 = Immeuble
 
|structure1 = Immeuble
 
|type1 = construction
 
|type1 = construction
|courant1 = néo-XVIIIe siècle
+
|courant1 = Néo-XVIIIe siècle
 
|architecte1=Emile Daubenberger
 
|architecte1=Emile Daubenberger
 
|date2_afficher = 2013
 
|date2_afficher = 2013
Line 34: Line 34:
 
Cette adresse est citée depuis 1539 par Adolphe Seyboth dans son livre ''Das Alte Strassburg''<ref>{{Source|Seyboth_Das_Alte_Strassburg_(Livre)}}, p. 259</ref>.
 
Cette adresse est citée depuis 1539 par Adolphe Seyboth dans son livre ''Das Alte Strassburg''<ref>{{Source|Seyboth_Das_Alte_Strassburg_(Livre)}}, p. 259</ref>.
  
Le dossier de la Police du bâtiment s'ouvre avec une demande en date du 1.7.1871 de Charles Brack, qui concerne en réalité le n° 53 rue du Faubourg de Pierre qui forme l’angle avec le n° 8 rue du Chevreuil.  
+
Le dossier de la Police du bâtiment s'ouvre avec une demande en date du 1.7.1871 de Charles Brack, qui concerne en réalité le [[Adresse:8_rue_du_Chevreuil,_53_Rue_du_Faubourg_de_Pierre_(Strasbourg)|n° 53 rue du Faubourg de Pierre]] qui forme l’angle avec le n° 8 rue du Chevreuil.  
  
 
Il faut préciser qu’en 1875 a eu lieu un changement de numérotation généralisé des immeubles de cette rue, dont la Police du Bâtiment de l’époque n’a de toute évidence pas réussi à tenir compte. Ce qui a pour conséquence que tous les renseignements et documents précédant la date de 1875 concernent  un autre immeuble, et ici il s’agit du n° 53.
 
Il faut préciser qu’en 1875 a eu lieu un changement de numérotation généralisé des immeubles de cette rue, dont la Police du Bâtiment de l’époque n’a de toute évidence pas réussi à tenir compte. Ce qui a pour conséquence que tous les renseignements et documents précédant la date de 1875 concernent  un autre immeuble, et ici il s’agit du n° 53.

Latest revision as of 11:47, 17 April 2021

57 Rue du Faubourg de Pierre

Image principale
"2013-04-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
"2013-04-00" contains a sequence that could not be interpreted against an available match matrix for date components.
Chargement de la carte...

Date de construction 1873
Architecte Emile Daubenberger
Structure Immeuble
Courant architectural Néo-XVIIIe siècle

Date de ravalement 2013
Consultez les 1 actualités de l'adresse


Construction1

Date 1873
Architecte Emile Daubenberger


Historique

Cette adresse est citée depuis 1539 par Adolphe Seyboth dans son livre Das Alte Strassburg2.

Le dossier de la Police du bâtiment s'ouvre avec une demande en date du 1.7.1871 de Charles Brack, qui concerne en réalité le n° 53 rue du Faubourg de Pierre qui forme l’angle avec le n° 8 rue du Chevreuil.

Il faut préciser qu’en 1875 a eu lieu un changement de numérotation généralisé des immeubles de cette rue, dont la Police du Bâtiment de l’époque n’a de toute évidence pas réussi à tenir compte. Ce qui a pour conséquence que tous les renseignements et documents précédant la date de 1875 concernent un autre immeuble, et ici il s’agit du n° 53.

Pour trouver les renseignements et documents concernant le n° 57 actuel, il faut donc se référer au dossier de l’actuel 65, qui était le premier numéro du n° 57. On apprend ainsi que le n° 57 a été construit en 1873 et que le maître d’œuvre était l’architecte-entrepreneur (Bauunternehmer) Emile Daubenberger, situé au n° 60, rue du Faubourg de Pierre (Steinstrasse 60).

Dans sa demande d’autorisation de construire, il précise que le bâtiment est complexe, se prolongeant à l’arrière, ce qu’on peut voir sur son dessin (n.b. : il est rare de trouver un dessin aussi précis à cette époque pour un bâtiment ordinaire).

L’autorisation de construire est accordée le 15.7.1873 et la construction est sans doute achevée soit dans l’année, soit au début de l’année qui suit.

Quant au maître d’ouvrage, il semble qu’au départ il s’agissait d’A. Goetz, dont on trouve le nom sur les documents les plus anciens, et qui demandait l’autorisation de reconstruire sa maison incendiée. Mais curieusement, sur le dessin de l’architecte, ce dernier est décrit comme le propriétaire (Eigenthum des Herrn Daubenberger).

Les documents mis en ligne permettront peut-être au lecteur souhaitant être fixé à ce sujet de se faire une opinion (il faut juste se souvenir que l’immeuble portait lors du projet initial le n° 65). Le site « Maisons de Strasbourg » semble avoir tranché en faveur de A. Goetz, mais il nous renseigne également sur l’identité des propriétaires après 1875 (c’est-à dire après le changement de numérotation, l’immeuble portant alors le n° 57, toujours actuel) : les propriétaires sont selon cette source Carl, Luise et Eugen Lipp3.

Description

Bel immeuble, avec son entrée majestueuse, et ses balcons aux trois premiers étages, des balustres ornant les fenêtres non pourvues de balcons. Les décors de la façade sont dans le style de l'architecture du XVIIIe siècle. Le dernier étage est cependant doté d'un balcon filant typique du XIXe siècle.

Les balcons du premier étage sont supportés par des consoles ornées de têtes sculptées et des cartouches comme clés de cintres. A examiner d'un peu plus près les visages, on est frappé par leur réalisme, et il n'est pas exclu que l'un ou l'autre de ces visages représente quelqu'un qu'on pouvait reconnaître à l'époque de la construction de l'immeuble.

Aux balcons des deuxième et troisième étages, les consoles n'ont pas d'ornements humains, ceux-ci étant réservés aux clés de cintre, mais cette fois les visages sont davantage des allégories, avec une tête féminine recouverte des feuilles et des fruits de la vigne, et une tête masculine barbue aux feuilles de chêne.

Ravalement

Date 2013


Après ravalement en 2013, on redécouvre littéralement cet immeuble avec toutes ses caractéristiques remarquables. .

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) – Cotes 789W200 (jusqu’en 1875) et 789W197 (à partir de 1875)
  2. Seyboth_Das_Alte_Strassburg_(Livre), p. 259
  3. Site de Jean-Michel Wendling « Maisons de Strasbourg » : http://maisons-de-strasbourg.fr.nf/vieille-ville/f-g/faubourg-de-pierre/ [archive], consulté le 13/01/2019

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Anne-françoise auberger

one month ago
Score 0
Découverte pour moi de ces belles têtes, merci !

Wilfred HELMLINGER

28 months ago
Score 0
Merci Jean-Michel Wendling pour vos explications très claires, mais je vais laisser passer un peu de temps avant de réorganiser cette fiche, ainsi que celle du n° 53. En attendant, notre échange de commentaires éclairera le lecteur sur la difficulté de documenter ces deux adresses. Encore une fois merci pour votre commentaire.

Wilfred HELMLINGER

28 months ago
Score 0
Une fois n'est pas coutume, je n'ai pas bien compris votre commentaire, Jean-Michel Wendling. D’après ce que vous écrivez, l’actuel n° 53 rue du Faubourg de Pierre aurait porté avant 1875 le n° 57 ? Et Charles Brack aurait donc été le commanditaire de l’actuel n° 53, et non pas de l’actuel n° 57 ? Mais quel était alors l’ancien numéro de l’actuel n° 57 ? Peut-être n’existait-il tout simplement pas ? En tous les cas, dans l’annuaire de 1876, on ne trouve aucun Lipp domicilié rue du Faubourg de Pierre. Auraient-ils cependant été les commanditaires de l’actuel n° 57 ? Et s’agirait-il de la famille du confiseur (Zuckerbäcker) Constantin Lipp, originaire de Rothenburg (Wurtemberg), dont le commerce et l’habitation se trouvait 9, rue des Bouchers (Metzgerstrasse 9) ? Si cela était le cas, on aurait alors une piste au sujet du caractère relativement ostentatoire de cette façade, signe d'une aisance matérielle évidente (Constantin était fils de boulanger).

Jean-Michel Wendling

28 months ago
Score 0

Je n’ai pas donné de détail parce que j’ai estimé que le tableau de la page à laquelle je renvoyais donnait toutes les informations. L’actuel 53 portait avant 1875 le n° 57 d’après les deux états du cadastre (1872 puis nouveau registre ouvert en 1875). Il en résulte que le début du dossier consacré au 57 traite en fait du n° 53. Le propriétaire est toujours le même, soit Charles Brack qui n’a jamais été propriétaire de l’actuel n° 57. L’actuel 57 portait avant 1875 le n° 65 et appartenait alors à Auguste Gœtz. En 1875 (toujours d’après le cadastre) il appartient à Charles, Louise et Eugène Lipp. D'après mes informations, Auguste Goetz était marchand de bois.

J’espère avoir répondu à vos interrogations.

Digito

28 months ago
Score 0

Pour être cohérent avec la méthodologie du site j'ai migré l'info concernant le "ravalement en cours" dans la rubrique actualité.

Cela permets d'avoir sur la fiche principale l'état actuel sans être encombré de la façade en cours de ravalement puisqu'elle est terminée.

Belle fiche en tout cas même si on ne connaît pas encore l'architecte!

Jean-Michel Wendling

29 months ago
Score 0

Le n° 57 est l’ancien numéro qui correspond au nouveau n° 53, voir ma table de correspondance http://maiso...g-de-pierre/ [archive] L’actuel n° 57 appartient alors aux consorts Lipp.

Le dossier de la Police du Bâtiment réunit les pièces d’un numéro sans que la maison soit toujours la même.