Loading...

Difference between revisions of "Adresse:24 rue des Hallebardes (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
 
Line 27: Line 27:
 
Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, dans son édition de 2002, évoque encore l’existence d’un restaurant dans les lieux, et décrit une « ''Maison Renaissance de 1614. A l’intérieur du restaurant, belle porte flamboyante rapportée, date de 1524, avec des écussons dont une licorne'' »<ref name="DHRS">Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, édition 2002, page 58</ref>.  
 
Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, dans son édition de 2002, évoque encore l’existence d’un restaurant dans les lieux, et décrit une « ''Maison Renaissance de 1614. A l’intérieur du restaurant, belle porte flamboyante rapportée, date de 1524, avec des écussons dont une licorne'' »<ref name="DHRS">Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, édition 2002, page 58</ref>.  
  
On peut cependant douter de cette mention de « maison Renaissance », et on peut penser que seuls ont été conservés certains éléments de la construction datant de cette époque.  
+
On peut cependant douter de cette mention de « maison Renaissance », et on peut penser que seuls ont été conservés certains éléments de la construction datant de cette époque, à moins qu'on fasse durer la Renaissance jusqu'en 1614...
  
 
On ne trouve malheureusement aucune documentation livresque ni en ligne concernant cette maison. Et l’ouvrage de référence d’Adolphe Seyboth ne mentionne même pas la date de 1614, qui est pourtant bien lisible sur la façade<ref>Voici ce qu'on peut lire dans cette source,  concernant le n° 24, rue des Hallebardes : "''Dr. Kachelhoffen sel. 1587. Haus mit Ueberhang. Herr Daniel Richshoffer, Rathherr 1765, XVer 1768 (mit n° 22)''" (fin de citation).  Das Alte Strassburg, Adolph Seyboth, éd. Heitz et Mündel, 1890, page 38</ref>.  
 
On ne trouve malheureusement aucune documentation livresque ni en ligne concernant cette maison. Et l’ouvrage de référence d’Adolphe Seyboth ne mentionne même pas la date de 1614, qui est pourtant bien lisible sur la façade<ref>Voici ce qu'on peut lire dans cette source,  concernant le n° 24, rue des Hallebardes : "''Dr. Kachelhoffen sel. 1587. Haus mit Ueberhang. Herr Daniel Richshoffer, Rathherr 1765, XVer 1768 (mit n° 22)''" (fin de citation).  Das Alte Strassburg, Adolph Seyboth, éd. Heitz et Mündel, 1890, page 38</ref>.  
  
Concernant les mascarons du premier étage, ils font penser à des figures allégoriques. Leurs photos détaillées inspireront peut-être des lecteurs perspicaces. De même que le détail de l’écu ou du blason central, où on lit bien la date de ''1614'', mais où est également représenté ce qui semble bien être l’emblème d’une corporation de métier. On peut également observer des traces donnant à penser  qu'au cours du temps cet élément historique avait été recouvert.  
+
Concernant les mascarons du premier étage, ils font penser à des figures allégoriques. Leurs photos détaillées inspireront peut-être des lecteurs perspicaces. De même que le détail de l’écu ou du blason central, où on lit la date de ''1614'', mais où est également représenté ce qui semble bien être l’emblème d’une corporation de métier. On peut également observer des traces donnant à penser  qu'au cours du temps cet élément historique avait été recouvert.  
  
 
Concernant la période récente : depuis une date qui n’a pas pu être précisée, mais sans doute après 2002<ref name="DHRS" />,  le rez-de-chaussée n’est plus occupé par un restaurant, mais par un commerce de vêtement.  
 
Concernant la période récente : depuis une date qui n’a pas pu être précisée, mais sans doute après 2002<ref name="DHRS" />,  le rez-de-chaussée n’est plus occupé par un restaurant, mais par un commerce de vêtement.  

Latest revision as of 08:26, 25 August 2019

24 rue des Hallebardes

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1614
Structure Immeuble
Courant architectural Renaissance
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction

Date 1614

Immeuble avec un encorbellement au premier étage. La façade des étages n'est cependant pas à pans de bois, puisque les encadrements des fenêtres sont en pierre. Les trumeaux des deux premiers étages sont ornés de sculptures de style Renaissance comprenant des triangles et des disques. Au premier étage, les disques des trumeaux latéraux sont ornés de visages sculptés, tandis que celui du centre est occupé par un écu. Au deuxième étage, le disque du trumeau central comporte la date 1614.

Une plaque en pierre qui semble vide de toute inscription se trouve également au deuxième étage.

Le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, dans son édition de 2002, évoque encore l’existence d’un restaurant dans les lieux, et décrit une « Maison Renaissance de 1614. A l’intérieur du restaurant, belle porte flamboyante rapportée, date de 1524, avec des écussons dont une licorne »1.

On peut cependant douter de cette mention de « maison Renaissance », et on peut penser que seuls ont été conservés certains éléments de la construction datant de cette époque, à moins qu'on fasse durer la Renaissance jusqu'en 1614...

On ne trouve malheureusement aucune documentation livresque ni en ligne concernant cette maison. Et l’ouvrage de référence d’Adolphe Seyboth ne mentionne même pas la date de 1614, qui est pourtant bien lisible sur la façade2.

Concernant les mascarons du premier étage, ils font penser à des figures allégoriques. Leurs photos détaillées inspireront peut-être des lecteurs perspicaces. De même que le détail de l’écu ou du blason central, où on lit la date de 1614, mais où est également représenté ce qui semble bien être l’emblème d’une corporation de métier. On peut également observer des traces donnant à penser qu'au cours du temps cet élément historique avait été recouvert.

Concernant la période récente : depuis une date qui n’a pas pu être précisée, mais sans doute après 20021, le rez-de-chaussée n’est plus occupé par un restaurant, mais par un commerce de vêtement.

Dans cet immeuble se trouvait le Restaurant Débit de Vins Gaston Pinck (fondé en 1875) où Leo Schnug [archive] allait souvent pour boire et il vendait ses tableaux pour payer sa boisson.

Références

  1. a et b Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, édition 2002, page 58
  2. Voici ce qu'on peut lire dans cette source, concernant le n° 24, rue des Hallebardes : "Dr. Kachelhoffen sel. 1587. Haus mit Ueberhang. Herr Daniel Richshoffer, Rathherr 1765, XVer 1768 (mit n° 22)" (fin de citation). Das Alte Strassburg, Adolph Seyboth, éd. Heitz et Mündel, 1890, page 38