Loading...

Difference between revisions of "Adresse:24 Place de la Cathédrale (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
(Révision du 12/06/2012 à 15h43 importée depuis Archi-Wiki)
 
(27 intermediate revisions by 4 users not shown)
Line 14: Line 14:
 
|type1 = construction
 
|type1 = construction
 
|courant1 =  
 
|courant1 =  
|date2_afficher = 1794
+
|date2_afficher = 1773
|date2_début = 1794
+
|date2_début = 1773
 
|date2_fin =  
 
|date2_fin =  
|structure2 = autre
+
|structure2 = Immeuble
 
|type2 = construction
 
|type2 = construction
 
|courant2 =  
 
|courant2 =  
 +
|date3_afficher = 1977
 +
|date3_début = 1977
 +
|date3_fin =
 +
|structure3 = Statue/sculpture/oeuvre d'art
 +
|type3 = construction
 +
|courant3 =
 
|photo_principale = 24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29042.jpg
 
|photo_principale = 24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29042.jpg
 
}}
 
}}
  
== Maison, témoin de la Révolution.<ref>{{source|Connaître Strasbourg (éditions 1976) (Livre)}}</ref> ==
+
== Construction<ref>{{source|Connaître Strasbourg (éditions 1976) (Livre)}}</ref> ==
 
{{Infobox actualité
 
{{Infobox actualité
 
|date = 1772
 
|date = 1772
 
}}
 
}}
Immeuble de 4 étages datant de 1772.
+
Le n°24 regroupe deux immeubles qui étaient indépendants à l'origine. Celui de gauche a été construit en 1773 pour le tailleur d'habits Jean Feder et sa femme Anne Ursule Dangely, tandis que celui de droite, qui forme un angle, a été édifié en 1772 pour le serrurier Jean Michel Sultzer, et sa femme Marie Madeleine Drouel<ref>{{source|Maisons de Strasbourg (site internet)}} - Jean-Michel Wendling, ''Maisons de Strasbourg'' - [https://maisons-de-strasbourg.fr.nf/articles/architecture-18e-siecle/ "Maisons à l’architecture caractéristique du XVIII° siècle"] , consulté le 25/03/2021</ref>.
  
Des encadrements en grès rouge se détachent des murs crépis.
+
Sur la façade de l'immeuble de 1773, haute de quatre étages et large de deux travées de fenêtres, des encadrements en grès rose se détachent des murs crépis. Les fenêtres sont peu élancées, de forme rectangulaire, voire carrée pour celle des étages les plus hauts, et sans décor particulier hormis les ferronneries des garde-corps. Des bandeaux séparent les étages. Au rez-de-chaussée, des grilles d'imposte ornent les parties hautes de la porte d'entrée, avec un arc en plein cintre, et de la vitrine, avec un arc en anse de panier.
  
Un magasin d'antiquités, fondé en 1871, occupe le rez de chaussée.
+
Les façades de l'immeuble de 1772, hautes de trois étages, larges de deux travées de fenêtres sur les deux côtés, et surmontées d'une toiture à la Mansart, sont un peu plus élaborées. Les fenêtres sont dotées de linteaux légèrement cintrés avec de fausses clefs de cintre, des bandeaux séparent les étages et des chaînages à refends marquent les angles. Au rez-de-chaussée, des grilles d'imposte ornent aussi les parties hautes des baies. Les baies du rez-de-chaussée qui sont du côté de la façade nord-est se distinguent par des arcs dont la portée est inférieure à leur largeur, la différence étant compensée par des impostes taillées en consoles.
  
Les arcades et les fenêtres sont ornées de jolies grilles.
+
Un magasin d'antiquités "Antiquités Bastian", fondé en 1871, occupe le rez-de-chaussée<ref name="Bastian">https://antiquites-bastian.com/historique/ consulté le 05/03/2021</ref>.
  
Elles ont été copiées au 20è siècle sur celles du 28 rue de l'ail.
+
Les arcades et les fenêtres sont ornées de jolies grilles, qui ont été copiées au XXe siècle sur celles du [[Adresse:28 rue de l'Ail (Strasbourg)|28 rue de l'ail]].
  
" contre le chaînage d'angle arrondi et à refends", on remarque un buste d'homme et une curieuse enseigne avec la silhouette de la cathédrale coiffée d'un bonnet phrygien.
+
Contre le chaînage d'angle arrondi et à refends, on remarque un buste d'homme et une [[:Fichier:24_Place_de_la_Cathédrale_Strasbourg_30460.jpg|curieuse enseigne]] avec la silhouette de la cathédrale coiffée d'un bonnet phrygien<ref>https://www.flickr.com/photos/ctruongngoc/3272341522/ Pour en savoir plus sur l'enseigne révolutionnaire</ref>.
  
Selon les sources, 2 identités possibles pour le buste d'homme à "l'antique" sur un socle de style Louis XVI.
+
Le buste d'homme à "l'antique" sur un socle de style Louis XVI est celui de Jean Michel Sultzer<ref name="Bastian"/>, ferronnier propriétaire de la maison pendant la Révolution. Membre des Jacobins, il sauve la flèche de la Cathédrale de la destruction demandée par Téterel, membre de la municipalité révolutionnaire sous la Terreur (1793-94), en proposant de la coiffer d'un bonnet phrygien. Il réalise le bonnet en tôle peinte en rouge, de plus de 10 mètres de haut.
  
S'agit-il de Téterel, membre de la municipalité révolutionnaire sous la Terreur (1793-94) qui demande la démolition de la flèche de la Cathédrale ? Ou plus vraisemblablement de Jean Michel Sultzer, ferronnier propriétaire de la maison pendant la Révolution ?
+
Le bonnet restera juché jusqu'en 1802 puis conservé près de [[Adresse:Eglise_des_Dominicains_(Strasbourg)|l'église des Dominicains]] (Temple Neuf). Dans la nuit du 24 août 1870, il disparaît, avec d'autres vestiges, sous les obus allemands.
  
Membre des Jacobins, il sauve la flèche de la destruction en proposant de la coiffer d'un bonnet phrygien.
+
<gallery>
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29042.jpg|Façade sud-est, avec l'immeuble de 1773 à gauche et l'immeuble de 1772 à droite
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29039.jpg|Façade nord-est (immeuble de 1772)
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 63341.jpg|Entrée de l'immeuble  de 1773
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29001.jpg|Grille d'imposte de l'entrée
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29002.jpg|Grille d'imposte d'une vitrine de l'immeuble de 1772
 +
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29040.jpg|Buste d'homme à "l'antique" sur un socle de style Louis XVI.
 +
</gallery>
  
Il réalise le bonnet en tôle peinte en rouge,de plus de 10 mètres de haut.
+
== Enseigne ==
 +
{{Infobox actualité
 +
|date = 1977
 +
}}
 +
L'enseigne, avec la représentation du bonnet phrygien de 1794, a été mise en place en 1977 par Jean Bastian pour commémorer le sauvetage de la flèche de la cathédrale<ref name="Bastian"/>.
  
Le bonnet restera juché jusqu'en 1802 puis conservé près de l'église des Dominicains (Temple Neuf). Dans la nuit du 24 août 1870, il disparaît , avec d'autres vestiges, sous les obus allemands.
+
<gallery>
 
+
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 30460.jpg|enseigne avec la vraie cathédrale en arrière-plan.
== Enseigne ==
+
Fichier:24 Place de la Cathédrale Strasbourg 29041.jpg|enseigne
 +
</gallery>
  
 
== Références ==
 
== Références ==
 
<references />
 
<references />

Latest revision as of 10:34, 25 March 2021

24 Place de la Cathédrale

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1772
Structure Immeuble

Date de construction 1773
Structure Immeuble

Date de construction 1977
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1772

Le n°24 regroupe deux immeubles qui étaient indépendants à l'origine. Celui de gauche a été construit en 1773 pour le tailleur d'habits Jean Feder et sa femme Anne Ursule Dangely, tandis que celui de droite, qui forme un angle, a été édifié en 1772 pour le serrurier Jean Michel Sultzer, et sa femme Marie Madeleine Drouel2.

Sur la façade de l'immeuble de 1773, haute de quatre étages et large de deux travées de fenêtres, des encadrements en grès rose se détachent des murs crépis. Les fenêtres sont peu élancées, de forme rectangulaire, voire carrée pour celle des étages les plus hauts, et sans décor particulier hormis les ferronneries des garde-corps. Des bandeaux séparent les étages. Au rez-de-chaussée, des grilles d'imposte ornent les parties hautes de la porte d'entrée, avec un arc en plein cintre, et de la vitrine, avec un arc en anse de panier.

Les façades de l'immeuble de 1772, hautes de trois étages, larges de deux travées de fenêtres sur les deux côtés, et surmontées d'une toiture à la Mansart, sont un peu plus élaborées. Les fenêtres sont dotées de linteaux légèrement cintrés avec de fausses clefs de cintre, des bandeaux séparent les étages et des chaînages à refends marquent les angles. Au rez-de-chaussée, des grilles d'imposte ornent aussi les parties hautes des baies. Les baies du rez-de-chaussée qui sont du côté de la façade nord-est se distinguent par des arcs dont la portée est inférieure à leur largeur, la différence étant compensée par des impostes taillées en consoles.

Un magasin d'antiquités "Antiquités Bastian", fondé en 1871, occupe le rez-de-chaussée3.

Les arcades et les fenêtres sont ornées de jolies grilles, qui ont été copiées au XXe siècle sur celles du 28 rue de l'ail.

Contre le chaînage d'angle arrondi et à refends, on remarque un buste d'homme et une curieuse enseigne avec la silhouette de la cathédrale coiffée d'un bonnet phrygien4.

Le buste d'homme à "l'antique" sur un socle de style Louis XVI est celui de Jean Michel Sultzer3, ferronnier propriétaire de la maison pendant la Révolution. Membre des Jacobins, il sauve la flèche de la Cathédrale de la destruction demandée par Téterel, membre de la municipalité révolutionnaire sous la Terreur (1793-94), en proposant de la coiffer d'un bonnet phrygien. Il réalise le bonnet en tôle peinte en rouge, de plus de 10 mètres de haut.

Le bonnet restera juché jusqu'en 1802 puis conservé près de l'église des Dominicains (Temple Neuf). Dans la nuit du 24 août 1870, il disparaît, avec d'autres vestiges, sous les obus allemands.

Enseigne

Date 1977

L'enseigne, avec la représentation du bonnet phrygien de 1794, a été mise en place en 1977 par Jean Bastian pour commémorer le sauvetage de la flèche de la cathédrale3.

Références

Contribute to this article

Comments[edit | edit source]

You are not allowed to post comments.


Jocelyne BOES

46 months ago
Score 0

www.antiquites-bastian.com

Site très intéressant où vous découvrirez une famille d'antiquaires, peintres, céramistes, historiens de l'art, experts.

Pour la période Art Nouveau: Charles Bastian (1874-1952), peintre lié au Cercle Saint Léonard et au Kunschthaafe.