Loading...

Difference between revisions of "Adresse:16 rue de Bouxwiller (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
Line 68: Line 68:
 
Le troisième et dernier étage est composé de bureaux mais également de deux appartements avec trois chambres, cuisine et salle de bains.
 
Le troisième et dernier étage est composé de bureaux mais également de deux appartements avec trois chambres, cuisine et salle de bains.
  
L'édifice ressemble à celui de L'hôtel du Ministère des PTT, à Paris, construit par l'architecte J. Debat-Ponsan, Premier Grand Prix de Rome, et dont la réalisation était sans doute connu de P. Dopff par le biais des revues d'architectures<ref name="visite_Clodi">Voir la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX de Mois / Année, cet information a été communiqué par Amandine Clodi, doctorante en histoire de l'art lors d'une visite du quartier Halles, architecture moderne des années 1930, le 16/06/2019</ref>.
+
L'édifice ressemble à celui de L'hôtel du Ministère des PTT, à Paris, construit par l'architecte J. Debat-Ponsan, Premier Grand Prix de Rome, et dont la réalisation était sans doute connu de P. Dopff par le biais des revues d'architectures<ref name="visite_Clodi">Voir la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX de Mois / 1939, cette information a été communiquée par Amandine Clodi, doctorante en histoire de l'art, lors d'une visite du quartier Halles, architecture moderne des années 1930, le 16/06/2019</ref>.
  
 
L'agencement intérieur de l'édifice était très innovant pour l'époque, ainsi les flux entre entrée et sortie étaient séparés, de même, les accès pour les demandeurs d'emplois et les employeurs étaient séparés, de sorte qu'il ne pouvait pas se croiser<ref name="visite_Clodi"/>.
 
L'agencement intérieur de l'édifice était très innovant pour l'époque, ainsi les flux entre entrée et sortie étaient séparés, de même, les accès pour les demandeurs d'emplois et les employeurs étaient séparés, de sorte qu'il ne pouvait pas se croiser<ref name="visite_Clodi"/>.
Line 122: Line 122:
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
- Article dans la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX du Mois / Année (à compléter)
+
- Article dans la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX du Mois / 1939 (à compléter)
  
 
== Références ==
 
== Références ==
 
<references />
 
<references />

Revision as of 09:51, 17 June 2019

9 rue du Travail, 16 rue de Bouxwiller, 23 Boulevard du Président Poincaré

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1896
Structure autre

Date de construction 1934 à 1936
Architecte Paul Dopff
Structure Bâtiments publics
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Ancien emplacement de la CTS

Date 1896

A cet emplacement se trouvait le dépôt des tramways de la CTS.

Vers 1930 le dépôt a été déplacé à Cronenbourg, rue de la gare aux marchandises

Pour en savoir plus sur l'historique du tramway visiter ce site très instructif [archive]

Office de Placement (Ancien)1

Date 1934 à 1936
Architecte Paul Dopff

Construction

Selon le dossier des archives, les premières mentions du projet datent de 1932, date à laquelle le plan de situation est signé. Le plan représente une construction qui se développe en triangle, une face côté rue de Bouxwiller, une face côté rue du Travail et la dernière côté boulevard du Président Poincaré; avec une cour intérieure.

Tous les plans sont signés de la mention "Service Municipal d'Architecture", cependant nous pouvons clairement y reconnaître la signature de Paul Dopff, tandis que l'ingénieur des travaux est Charles Rudmann.

Les plans définitifs datent de mai 1934, mais on trouve aux archives les traces d'un premier projet daté de 1933. Le permis d'occuper est délivré le 7 août 1936.

Les plans de 1934 nous renseignent sur la fonction du bâtiment, qui se développe sur trois étages. En effet, on y trouve notamment au rez-de-chaussée, une salle d'attente, des vestiaires, des toilettes, des bureaux, des guichets (hommes et femmes séparés) et des caisses.

Au premier étage, les différents postes occupent des salles spécifiques (une salle pour les employés de commerce, une salle pour les garçons, les serveuses, les dactylos...) mais on trouve également un service comptabilité, et à nouveau des guichets et des caisses.

Au deuxième étage, les espaces sont majoritairement à destination des employés de l'Office et ne sont donc plus accessibles au public. Les plans indiquent de nombreux bureaux, une salle de lecture pour les employés et une salle de séance.

Le troisième et dernier étage est composé de bureaux mais également de deux appartements avec trois chambres, cuisine et salle de bains.

L'édifice ressemble à celui de L'hôtel du Ministère des PTT, à Paris, construit par l'architecte J. Debat-Ponsan, Premier Grand Prix de Rome, et dont la réalisation était sans doute connu de P. Dopff par le biais des revues d'architectures2.

L'agencement intérieur de l'édifice était très innovant pour l'époque, ainsi les flux entre entrée et sortie étaient séparés, de même, les accès pour les demandeurs d'emplois et les employeurs étaient séparés, de sorte qu'il ne pouvait pas se croiser2.

Concernant l'évolution du bâti, une déclaration de sinistre a été déposée le 14 septembre 1945 suite aux bombardements qui ont occasionné de légers dégâts. En 1967, une demande de rénovation intérieure et extérieure de l'immeuble est déposée à la Police du bâtiment. Les travaux, incluant un ravalement de façade, sont réalisés entre 1973 et 1978.

Cet édifice a donné son nom à la rue dans laquelle il se trouve, à savoir la rue du Travail.

Historique du bâtiment

Il semblerait que l'office de placement était l'ancêtre de nos Pôle Emploi (ex-ANPE) actuels (peut être un synonyme des bourses de l'emploi). On pouvait voir les personnes qui cherchaient un emploi attendre dans la rue, Boulevard du Président Poincaré.

Une des adresses de la Police du Bâtiment avant la construction des Archives Municipales.

Descriptif architectural

Le bâtiment forme un triangle donnant sur trois rues. L'un des côtés est complété par un immeuble d'angle plus ancien situé 27 Boulevard du Président Poincaré et occupé également par le rectorat.

L'édifice est décrit "strict et monotone" par le Dictionnaire historique des rues de Strasbourg.3

La façade donnant sur la rue du Travail est animé par un imposant avant-corps central légèrement en saillie, sur 18 travées, avec étage en attique. La partie centrale de l'attique comporte la date de l'achèvement définitif de l'édifice (1936) encadrée de deux écussons dont l'un celui de gauche l'emblème de Strasbourg.

Délégation Académique à la Formation Continue

Date environ 1990

Vaste bâtiment de l'académie accueillant les annexes suivantes :

Délégation Académique à la Formation Continue) et GIP FCIP Alsace (Groupement d'Intérêt Public Formation Continue et Insertion professionnelle)

Voir le site officiel de l'académie [archive]

Date exact de l'installation de l'Académie dans ce bâtiment à confirmer, nous avons indiqués 1990 par recoupement d'informations.

Bibliographie

- Article dans la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX du Mois / 1939 (à compléter)

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 899W442
  2. a et b Voir la revue "L'Architecture d'aujourd'hui" n°XX de Mois / 1939, cette information a été communiquée par Amandine Clodi, doctorante en histoire de l'art, lors d'une visite du quartier Halles, architecture moderne des années 1930, le 16/06/2019
  3. Dictionnaire historique des rues de Strasbourg, éd. 2002, p.113