Loading...

Difference between revisions of "Adresse:14 Avenue de la Marseillaise (Strasbourg)"

From Archi-Wiki
m
 
Line 6: Line 6:
 
|rue1=Avenue de la Marseillaise (Strasbourg)
 
|rue1=Avenue de la Marseillaise (Strasbourg)
 
|numéro1=14
 
|numéro1=14
 +
|date1_afficher=1895 à 1896
 
|date1_début=1895
 
|date1_début=1895
|type1=construction
 
 
|date1_fin=1896
 
|date1_fin=1896
 
|structure1=Immeuble
 
|structure1=Immeuble
 +
|type1=construction
 
|architecte1=Frédéric Haussmann
 
|architecte1=Frédéric Haussmann
 
|photo_principale=14, avenue de la Marseillaise, Strasbourg, 2019, vue distanciée a.jpg
 
|photo_principale=14, avenue de la Marseillaise, Strasbourg, 2019, vue distanciée a.jpg

Latest revision as of 15:53, 15 August 2019

14 Avenue de la Marseillaise (Strasbourg)

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1895 à 1896
Architecte Frédéric Haussmann
Structure Immeuble
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Construction1

Date 1895 à 1896
Architecte Frédéric Haussmann

Courte description

Immeuble de trois étages à l’angle de la rue Pierre Bucher, datant de la toute fin du XIXe siècle. Il ne peut pas laisser le regard du passant indifférent, car on observe au troisième étage, sur la façade située avenue de la Marseillaise, une étonnante verrière ou baie vitrée qui occupe quasiment tout l’espace de l’étage.

Le reste de l’immeuble ne présente pas d’originalité particulière, si ce n’est que le rez-de-chaussée est entièrement occupé par un restaurant. Mais l’impression générale est que ces deux particularités de l’immeuble sont sans doute anciennes, sinon d’origine.

Historique de la construction

C’est ce que confirme d’ailleurs la consultation du dossier des Archives :

Le maître d’œuvre est Frédéric Haussmann, architecte et entrepreneur situé 13, rue Kageneck, qui rédige la demande d’autorisation de construire.

Le maître d’ouvrage est le restaurateur ou aubergiste (Wirth) Georges Meyer, domicilié alors au n°16, place des Bouchers (Metzgerplatz n° 16), qui est évidemment à l’initiative de l’espace de restauration au rez-de-chaussée, mais qui a sans doute également souhaité l’aménagement d’un atelier de photographie dans son immeuble, comme il ressort de la demande d’autorisation de construire rédigée par le maître d’œuvre.

Le photographe, pour qui cet atelier de photographie a été conçu au troisième étage, s’appelle Ferdinand Bauer, et dès l’annuaire de 1896, on le trouve logé au 2e étage.

L’autorisation de construire avait en effet été accordée la 15 janvier 1895. Quant à l’achèvement des travaux, il est beaucoup plus difficile à préciser, car ceux-ci semblent avoir avoir tiré en longueur, en raison peut-être de la complexité des aménagements. On considérera cependant qu’il est vraisemblable que le gros des travaux était achevé en 1896.

Bref historique des lieux jusque vers les années 50

Pour être plus précis concernant l’occupation des lieux, les annuaires d’adresses de Strasbourg sont éminemment précieux :

On apprend ainsi que le restaurant s’est appelé d’emblée « Zur Brieftaube » (« Au Pigeon Voyageur ») (on se souvient que l’Hôtel des Postes se situait juste en face) et qu’il a gardé ce nom jusqu’au début de la Première Guerre Mondiale.

En 1921, l’Alsace est redevenue française, et le restaurant s’appelle alors « Philipps Restaurant » (le nom est cette fois plus énigmatique, le restaurateur s’appelle en effet Emile Jesel, et il n’y a donc pas de lien évident). Ce nom, sous la forme raccourcie « Philipp’s » est encore celui du restaurant en 1948. Dans les années 1970 et jusque dans les années 1980, le restaurant s'appelait "Chez Clément".

Concernant l’atelier de photographie, le premier photographe, celui pour qui l’atelier a été conçu, s’appelait, on l’a vu, Ferdinand Bauer. Mais il ne sera présent que peu d’années, jusqu’en 1900 environ. Il est alors même décrit comme « Hof-Photograph » (« photographe de la Cour »). Il y a donc de fortes chances qu'il comptait parmi ses clients les princes de Hohenlohe...

Après 1900, le photographe s’appelle Fritz Gollas 2, qui fonde l’atelier « Gollas u. Cie ». A Charles Gollas (sans doute fils ou parent de Fritz Gollas) s'ajoute par la suite le photographe Alex Piot.

En résumé, la présence d’un photographe dans l’immeuble est patente au moins jusqu’au début de la Deuxième Guerre Mondiale, et il semble que ce ne soit plus le cas par la suite.

Photos d’archive3

Date 1990 à 1993

Grâce aux demandes d’autorisation concernant la pose d’enseignes, un dossier de l’immeuble de la Police du Bâtiment conserve quelques photos d’archive qui montrent que le restaurant au rez-de-chaussée était au début des années 1990 un restaurant thailandais qui s’appelait : « L’Ecrin d’Or ».

Deux ans plus tard, en 1992 et 1993, le restaurant s’appelait « Chez Lecomte ».

Vues récentes de l’immeuble

Date 2019

Depuis une date indéterminée on trouve au rez-de-chaussée le restaurant « Francesca ».

Références

  1. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 852W239
  2. On peut admirer une photographie de Fritz Gollas, Hohenlohestrasse 14, sur le blog memoiredenosanciens.centerblog.net [archive], consulté le 19/07/2019
  3. Archives de la ville et de l'Eurométropole (Bibliothèque) - Cote 942W218