Loading...

Gare de Strasbourg (Strasbourg)

De Archi-Wiki

20 Place de la Gare

Image principale
Chargement de la carte...

Date de construction 1878 à 1883
Architecte Johann Eduard Jacobsthal
Structure Bâtiments publics

Date de construction 1882
Sculpteur Otto Geyer
Structure Statue/sculpture/oeuvre d'art

Date de extension 1902
Verrier d'art Frères Ott

Date de rénovation 1980

Date de extension 8/10/2006
Architecte Jean-Marie Duthilleul

Date de construction 2007
Structure Immeuble

Date de construction 7/7/2007
Structure Bâtiments publics

Inscription à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques 28/12/1984
Consultez les 18 actualités de l'adresse


Gare de Strasbourg

Date 1878 à 1883
Architecte Johann Eduard Jacobsthal

La nouvelle gare a été construite par les allemands en 1881. La création de la gare a accompagné une multitude de modifications de grande envergure dans les transports (création de boulevards pour les "voitures" et de nouvelles voies de chemin de fer), comparable aux travaux de Haussmann à Paris. Le premier train, l'express d'Appenweier y entra en gare le 15/08/1883 à 3h35. (source ?)

La gare s'organise en fer à cheval autour du bâtiment principal desservant les voies, elle remplace celle qui se trouvait à l'emplacement du Centre Commercial des Halles actuel. L'ancienne gare était en cul-de-sac c'est-à-dire quel n'allait pas plus loin que Strasbourg (pas de desserte de l'Allemagne et de l'est)

Programme iconographique de la façade principale

Sur le bâtiment central ont trouve deux reliefs montrant la population rurale offrant des fruits de la terre aux figures trônantes de "Alsatia" et de "Lotharingia". A l'arrière plan du premier, on peut voir la cathédrale de Strasbourg; à l'arrière plan du second, celle de Metz. Au dessus des hall d'entrée se détachent, à droit et à gauche, les blasons de l'Alsace et de la Lorraine, tandis qu'une rangée de médaillons avec les blasons des villes du Pays d'Empire cerne tout l'édifice.1

Oeuvres d'Otto Geyer

Date 1882
Sculpteur Otto Geyer

Les deux reliefs situés sur l'avant-corps central de la façade du bâtiment et les deux statues représentant l’industrie et l’agriculture dans le hall ont été réalisés par le sculpteur berlinois Otto Geyer d'après le livre Strassburg und seine Bauten [archive], p.596, publié en 1894. Ces oeuvres datent de 1882 d'après la biographie en allemand d'Otto Geyer [archive] sur Wikipédia, consultée le 27/07/2015.

Fresques dans le hall d'entrée centrale2

Date 1885
Peintre Herrmann Knackfuss

Deux fresques représentant l'ancien Empire et le nouvel Empire étaient installées dans le hall d'entrée central.

La première représentait la translation des Joyaux de la Couronne dans la Forteresse de Haguenau par Frédéric Barberousse en 1164. Sur le phylactère se trouvait l'inscription "Im alten Reich" (dans l'ancien empire).

En face, la seconde fresque représentait la visite de l'Empereur Guillaume Ier à Strasbourg le 3 mai 1877. On peut y lire sur le phylactère "Im neuen Reich" (dans le nouvel empire). Des jeunes filles en costume alsacien offrent à l'Empereur le vin d'honneur.

Ces fresques ont été réalisées vers 1885 par le peintre allemand Hermann Knackfuss de Kassel.

Elles font le lien sur 700 ans d'histoire du Pays d'Empire. Il peut paraître surprenant que dans la cité capitale du Reichsland l'Empereur soit représenté sur fond d’accueil campagnard. Le motif est que c'est sur la population des campagnes que les nouvelles autorités allemandes croyaient surtout pouvoir s'appuyer.

Ces peintures disparaissent lors de travaux de modernisation de la gare.3

Escalier de l'empereur

Date 1902
Verrier d'art Frères Ott

Le hall d'entrée des salons de l'empereur, avec son escalier, côté façade, a été ajouté en 1902 par l’architecte Hermann Eggert d’après un article du Point [archive] du 17 Janvier 2007, consulté le 4/08/2015. Cet architecte est aussi connu pour avoir conçu le Palais de l’empereur [archive] place de la République.

L'extension en pierre de taille se trouve à côté de l'avant-corps-central. A l'extérieur, le niveau inférieur, aveugle, est simplement revêtu d’un appareil à refends, tandis qu’à l’étage, le décor est plus riche. L’angle arrondi est muni d’un décor végétal, et les trois baies, séparées par des colonnes sont surmontées d’un fronton cintré dont le tympan est orné de ce qui semble être deux blasons de Strasbourg et de palmes. De chaque côté des baies, un pilastre surmonté d’un décor végétal supporte le fronton, dont le bas de chacun des rampants est orné d’un dauphin. Le toit est couvert par un dôme surbaissé comportant un globe à son sommet. L'autre façade de l'extension comporte une seule fenêtre en plein cintre, sans décor particulier. L’accès au hall se fait par une porte située à gauche de l’avant-corps central, et qui a pris la place de la fenêtre qui préexistait.

A l’intérieur, la cage d’escalier est éclairée par quatre baies ornées de vitraux. Trois d’entre elles sont regroupées ensemble sur la façade vers la place. Celle du centre comporte une silhouette du centre-ville avec la cathédrale, surmontée des armoiries de la ville derrière lesquelles se trouvent des drapeaux français, ce qui indique que ces vitraux ne datent pas de l’époque allemande, ou qu’ils ont été remaniés après une des deux guerres mondiales. La baie centrale comporte la signature des frères Ott et la mention « Ch. Houlbert del » pour "delineavit" qui signifie "a dessiné" en latin.

Rénovation

Date 1980

La rénovation de la gare à partir de 1980 est accompagnée d'une réorganisation de l'implantation des emplacements commerciaux : suppression du Buffet de la Gare au rez-de-chaussée et au premier étage et démolition en 2006.

Courant sous le buffet de la gare, un tunnel aux parois en pierre de taille est aménagé et conduit aux différents quais.4

Information

Date 28/12/1984

Inscrit sur l'inventaire des Monuments Historiques le 28/12/1984

Gare ferroviaire centrale: Le bâtiment principal et halle métallique.

08 Octobre 2006 Travaux

Date 8/10/2006
Architecte Jean-Marie Duthilleul

La verrière sera inaugurée fin 2007 soit quelque mois après l'arrivée du TGV-Est prévu le 10/06/2007. L'architecte de la verrière est M. Jean-Marie Duthilleul.

Les travaux de la verrière ont commencé au mois de septembre 2006. Ces travaux ont également été accompagnés de divers aménagements au sein même de la gare. Ainsi les salons de l'empereur ont été ouverts aux grands voyageurs. De même un nouvel accès au quai de la gare a été ouvert.


5 juin 2007 : Verrière

Date 2007

Pose de la verrière, presque terminée sur les côtés

07 juillet 20075

Date 7/7/2007

La verrière est presque terminée, il reste encore quelques plaques de verre à poser de chaque côté de la verrière.

Ouvrage de verre et acier long de 120 mètres et 20 mètres de profond dans la partie centrale et de 8 mètres aux extrémités,couvrant la façade sur toute sa hauteur,la verrière comprend une charpente composée d'éléments en acier à section tubulaire et pèse 650 tonnes.

La géométrie du hall est sophistiquée: il s'agit d'une figure toroïdale, le tore étant comme chacun le sait, une surface de révolution engendrée par une courbe qui, ici, tourne autour d'un axe incliné.

La structure primaire de la charpente est constituée de 16 arcs de métal appuyés chacun sur un poteau fixé sur un module pris dans le béton des fondations; à la manière d'une roue de bicyclette avec ses rayons et son moyeu,un faisceau de tirants assure la rigidité de l'ensemble.

L'enveloppe de l'ouvrage est constituée de vitrages, 900 plaques représentant au total quelque 5000 mètres carrés. Traitée de façon à assurer une protection contre le rayonnement solaire,la verrière est voulue transparente, peu réfléchissante et neutre chromatiquement afin de ne pas altérer la vision du bâtiment historique.

Précision: bâtiment existant et verrière sont totalement indépendants l'un de l'autre,dépourvus de liens à la fois pour respecter les normes parasismiques et l'intégrité de l'édifice historique. L'extrémité supérieure de la verrière est ainsi en porte-à-faux, surplombe les chéneaux du bâtiment de la galerie: la verrière ne se trouve donc pas accrochée à cette dernière mais vient recouvrir l'édifice.

La réalisation a été confiée à l'entreprise Seel basée à Gersthoffen, en Bavière.

C'est elle qui a réalisé notamment la verrière de la nef du Musée d'art moderne et contemporain de Strasbourg.6

Salons de l'empereur

Date 16/9/2007
Architecte Johann Eduard Jacobsthal

Les salons de l'empereur sont situés au premier étage à gauche du hall central en venant de la place de la Gare.

La revue Centralblatt der Bauverwaltung [archive] du 25 Août 1883, montre les plans d’origine de la gare p.303. La disposition initiale de ces salons y est donc également visible. Il y avait à l'origine trois grandes pièces dans cette suite: coté quai, le salon d’accueil de l'empereur, et côté place le salon de l’impératrice et celui de l’empereur.

Une pièce destinée aux domestiques côté quai et un cabinet d’aisance étaient accessibles par ces salons en traversant une antichambre. Cette dernière distribuait directement toutes les pièces de la suite impériale, sauf le salon de l’impératrice pour lequel il fallait passer par le salon d’accueil de l’empereur.

Le salon d’accueil des grands voyageurs a pris la place de l’antichambre et des deux petites pièces de service mentionnées. Quant au salon de l’empereur, il est aujourd’hui divisé en deux pièces. Ces remaniements intérieurs ont probablement été réalisés suite à l’ajout de l’escalier impérial, qui donne sur l’ancien salon de l’empereur.

Un dessin du décor du plafond du salon de l’impératrice, et de la frise située en-dessous, signé par l'architecte Jacobsthal, est visible sur le site du musée de l'architecture de l’université technique de Berlin [archive]. Le plafond de l’ancien salon de l’empereur, ainsi que celui de l’ancien salon d’accueil sont visibles dans le livre Strassburg und seine Bauten [archive], publié en 1894, p. 589.

Réservés aux majestés prussiennes du temps où Strasbourg était la capitale du Reichsland, les appartements impériaux accueillent depuis le 9 mai 2006 les clients privilégiés de la SNCF.

Longtemps occupés par des bureaux la suite impériale, les travaux de restauration réalisés par la SNCF visaient à mettre en valeur un décor exceptionnel. L'opération inclut par ailleurs l'intégration d'éléments de confort moderne.7

Une visite exceptionnelle des salons de l'empereur rénovés en 2007 en même temps que l'ajout de la verrière s'est déroulée pendant les journées du patrimoine et a duré une vingtaine de minutes. Quatre salles se visitent, ainsi que l'accès depuis la façade, ajouté au début des années 1900.

Les salons sont ouverts au public titulaire d'une carte grand voyageur et en possession d'un billet SNCF du jour. Ces salons sont également utilisés par les grands hommes politiques lors de leurs déplacements dans la capitale Alsacienne.

Les plafonds sont en bois à caisson et voûtés dans le salon d’accueil de l’Empereur. Les parquets sont en marqueterie, tous différents.

Horloge du Millénaire

Date 26/7/2015
Architecte Michel Reverdy
Personnalité Daniel Depoutot

Depuis quelques jours est exposée une horloge monumentale sous la verrière de la gare.

Elle a été créée par Michel Reverdy et Daniel Depoutot. Elle restera à cet emplacement jusqu'au 20 août, pus elle sera exposée à la Maison de la Région8

L'horloge a déménagé de la gare à la Maison de la Région, elle y restera jusqu'au 24 septembre)9

pour en savoir plus [archive]

Autres vues sur cette adresse

Références

  1. Programme iconographiques au services de la légitimation nationale in Construire une capitale Strasbourg Impérial de 1870 à 1918, 1997, Klaus Nohlen, p213
  2. Construire une capitale, Strasbourg impérial de 1870 à 1918 (Livre)
  3. Programme iconographiques au services de la légitimation nationale in Construire une capitale Strasbourg Impérial de 1870 à 1918, 1997, Klaus Nohlen, pp213-217
  4. D.N.A. du 04/03/2004
  5. DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace (journal quotidien)
  6. D.N.A. du 8/07/2006
  7. DNA du 22/04/2006
  8. DNA du 22/7/2015 [archive]
  9. DNA du 23/5/2015 [archive]

Annexes

Liens externes

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Roland burckel

Il y a un mois
Pointage 0
merci pour ces précisions, j'ai indiqué Jacobsthal comme architecte et rajouté les articles que vous citez .

S R.

Il y a un mois
Pointage 0

Dans un article de la Deutsche Bauzeitung de Décembre 1883, p.616, l'architecte Jacobsthal en personne écrit que c’est lui qui s’est occupé de l’aménagement intérieur et des détails architecturaux de la gare centrale, et ne mentionne pas Eggert. Si Eggert a participé à un aménagement dans la suite impériale, il est alors très probablement le concepteur de l’escalier, probablement ajouté en 1902 comme l'affirme l'article du Point.

Lien vers le document PDF de la Deutsche Bauzeitung: https://opus...x/docId/1585 [archive]

(Voir aussi la planche d'illustrations de l'intérieur de la gare, p.617)

S R.

Il y a un mois
Pointage 0

Hermann Eggert est-il l’architecte de la cage d’escalier de l’empereur ajoutée vers 1900, ou est-il l’auteur de l’aménagement des salons impériaux datant de la construction de la gare, au début des années 1880 ?

Un article du Point indique que l’escalier a été construit en 1902. Lien vers l'article: http://www.l...1556/0/23100 [archive]

Fabien Romary

Il y a un mois
Pointage 0
ok merci Roland

Roland burckel

Il y a un mois
Pointage 0
Si,il est architecte, il faut regarder sur son site http://www.h...hel-reverdy/ [archive]

Fabien Romary

Il y a un mois
Pointage 0
D'après le http://www.h...m/le-projet/ [archive] Michel Reverdy n'est pas architecte mais "musicien, metteur en sons et espace"

Jocelyne BOES

Il y a un mois
Pointage 0

Lire dans Les Saisons d'Alsace de mars 2015, n° 63:

page 87,la destruction de l'ancienne gare de Strasbourg,page 83,les gares au temps du Reichland, Strasbourg et Colmar et page 51 Inauguration de la ligne Strasbourg-Paris en 1852.

Jocelyne BOES

Il y a un mois
Pointage 0

"Pourquoi la gare de Strasbourg n'est pas (encore) ouverte à 360° "

Lire sur Rue 89 Strasbourg, [archive] article du 9 janvier 2014.

Wilfred HELMLINGER

Il y a un mois
Pointage 0
Magnifique verrière, mais avec la poussière qui s'entasse, sa transparence, qui était le but, laisse à désirer (observé le matin du 31 juillet dernier).