Loading...

89 Rue des Grandes Arcades (Strasbourg)

De Archi-Wiki

87-89 Rue des Grandes Arcades

Image principale
Chargement de la carte...
Structure Immeuble

Date de construction 1955
Architecte Erasme Schwab
Il n'y a pas encore d'actualités sur cette adresse


Synthèse historique1

Depuis le XVI° siècle, cette maison abrita une boulangerie, puis plus tard une bijouterie. Le bâtiment fut entièrement détruit par le bombardement de 1944 et reconstruit en 1955, le rez-de-chaussée accueillant les grosses colonnes d’ordre toscan originelles. Une sculpture représentant une femme en costume strasbourgeois du XVI° siècle est présente dans une niche sur l’arête du bâtiment et représenterait l’épouse du bijoutier propriétaire de l’édifice. Par ailleurs, la façade est ornementée par les armes des différentes corporations de jadis. Ces écus sont difficiles à percevoir, mais toutes les corporations ne sont pas représentées et certains écus ne sont pas exactement représentatifs de la corporation qu'ils sont censés représenter (voir photos jointes).

(Synthèse des documents suivant : Strasbourg historique et pittoresque page 342, Dictionnaire des rues de Strasbourg page 88, Connaître Strasbourg page 132)

Vers 1930

Date environ 1930


Bijoutier Jean Roger

Date 1950 à 1954

Les années 1950 à 1954 sont marquées par l'acquisition du terrain actuel par le bijoutier Jean Roger, pour la reconstruction de l'immeuble du 89 rue des Grandes Arcades, qui avait été entièrement sinistré par les bombardements de 1944. Cet immeuble de style Renaissance a ceci de particulier que les fenêtres de ses quatre étages sont ornées de blasons des différents corps de métiers et que l'angle du bâtiment est décoré de la très belle statue d'une femme tenant un coffret à bijoux dans sa main, du sculpteur strasbourgeois Alphonse Rompel (1895-1971) (à confirmer)2(lien coupé, vérifié le 11/2/2017)

Le site internet de cette bijouterie est par ailleurs illustré par une aquarelle de Robert Kuven, (1901-1983), architecte jusqu’en 1926, camarade d’étude et ami du frère d’Alphonse Rompel, René Edouard Rompel, architecte et professeur à l’Ecole d’architecture de Strasbourg [archive] (1890-1971)(ce n'est plus le cas, vérifié le 11/2/2017)

Note

ce site internet mentionne également que l'édifice est classé monument historique, or il n'est pas recensé dans la base Mérimée [archive], cette information est donc inexacte.(ce n'est plus le cas, vérifié le 11/2/2017)

6-2017 (date approximative): la bijouterie a fermé ses portes définitivement.

Construction3

Date 1955
Architecte Erasme Schwab

Immeuble détruit pendant la guerre et reconstruit en 1955 par l'architecte Erasme Schwab.4

La femme dans la niche en costume strasbourgeois du XVIème siècle représenterait l'épouse du bijoutier propriétaire de l'immeuble5

D'après cette même source, la façade de cette demeure est ornée des armes des corporations de jadis.

On trouve dans la Maison de Cagliostro au 7 rue des écrivains [archive], également une femme sculptée au 1er étage dans une niche. Ces deux femmes ont-elles été intégrées aux immeubles à la même époque ?

Autres vues sur cette adresse

Références

  1. Seyboth - Strasbourg historique et pittoresque (Livre)
  2. Histoire de la bijouterie Jean Roger [archive] consultée le 15/05/2015
  3. Dictionnaire Historique des Rues de Strasbourg (Livre)
  4. Bâtir 67 mai 1957
  5. dictionnaire historique des rues de Strasbourg

Contribuez aussi à cet article

Commentaires[modifier | modifier le wikicode]

Vous n'êtes pas autorisé à publier de commentaire.


Wilfred HELMLINGER

Il y a 20 jours
Pointage 0
Merci Roland, c'est bien de réussir à se comprendre, malgré les risques inévitables de malentendu !

Roland burckel

Il y a 20 jours
Pointage 0
J'ai modifié le texte.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 20 jours
Pointage 0
Si j'ai bien compris ta réponse, il serait plus judicieux de supprimer la mention d'Alphonse Rompel dans l'événement évoqué ? J'hésite à le faire puisque tu ne l'as pas fait toi-même...

Roland burckel

Il y a 20 jours
Pointage 0
Ce n'est pas moi qui avait fourni cette information, mais elle figurait vers 2015 sur le site de la bijouterie, mais plus rien sur le site actuel.

Wilfred HELMLINGER

Il y a 20 jours
Pointage 0
Roland, il y a quelque chose dans cet événement qui est attribué au sculpteur Alphonse Rompel, mais comme celui-ci n'est pas mentionné dans le texte de la fiche, il est difficile de savoir de quoi il s'agit. Merci si tu pouvais apporter une précision.

Roland burckel

Il y a 20 jours
Pointage 0
Merci pour votre remarque, c'est corrigé.

Jean-Michel Wendling

Il y a 20 jours
Pointage 0
C’est le 91 (et non les 87-89) rue des Grandes Arcades qui correspond au 1, rue des Hallebardes et qui a été détruit en 1944.

Fabien Romary

Il y a 20 jours
Pointage 0

J'ai ajouté une note concernant le site internet de la bijouterie Jean Roger [archive].

Après vérification sur Mérimée [archive] effectivement l'édifice n'est ni inscrit ni classé. Peut être l'était-il avant sa démolition ?

Jean-Daniel Lohner

Il y a 20 jours
Pointage 0
Cet immeuble n'est ni classé ni inscrit au titre des Monuments Historiques mais dans le site inscrit du 10 juin 1947.